Fantasia fait revivre Chaplin, Keaton et Laurel et Hardy en projections extérieures gratuites‏

Catégories

Début de l'événement

Image

Le Festival international de films Fantasia en collaboration avec le festival Juste pour rire présente l’événement Les rois du rire, le lundi 22 juillet 2013 à 21 h 30 sur la scène Vidéotron de la Place des festivals dans le Quartier des spectacles. L’espace d’une soirée, les deux festivals feront revivre en projection extérieure gratuite l’ère glorieuse du cinéma muet avec un programme composé de trois courts métrages classiques de certains des grands génies du cinéma comique, à savoir Buster Keaton, Charlie Chaplin et Laurel & Hardy. Comme à l’ère du muet, ces courts métrages seront accompagnés simultanément sur scène du musicien Gabriel Thibodeau qui improvisera en direct au piano de nouvelles bandes sonores pour ces courts hilarants.

Compositeur, chef d’orchestre et pianiste attitré de la Cinémathèque québécoise, Gabriel Thibaudeau est reconnu à travers le monde comme l’un des grands spécialistes de l’accompagnement du cinéma muet. Le festival Fantasia a déjà travaillé avec Gabriel Thibaudeau sur la production de MÉTROPOLIS et du FANTÔME DE L’OPÉRA à la Place des Arts en 2010 et en 2011. Ce nouvel événement est donc une suite logique dans notre collaboration et une chance unique pour les festivaliers de vivre un moment privilégié.

One week (Buster Keaton, 1920, 25 min.)

Buster reçoit en cadeau de noce une maison préfabriquée livrée en pièces détachées dans plusieurs caissons. Par malheur, les numéros des caisses ont été intervertis, rendant impossible l’assemblage des pièces. Ajoutez à cela l’arrivée d’un piano, d’une tempête et d’un train.

Liberty (Leo McCarey, 1929, 20 min.)

Laurel et Hardy s'échappent de prison. En voulant s’habiller en civils, ils intervertissent leur pantalon et s'ensuit toute une série de gags visuels qui culmineront sur les poutrelles d'un bâtiment en construction.

The immigrant (Charlie Chaplin, 1917, 25 min.)

Dans un traversier, Charlie Chaplin et d'autres immigrés se rendent à destination de New York. Difficile traversée. Arrivé à New York, Charlot n’a ni le sou, ni l’emploi, ni de résidence. Un jour, il trouve une pièce de monnaie par terre.

--

Source: Brigitte Chabot Communications
Crédit photo: Photo d'archive