Exposition - Yannick Pouliot au Musée d'art contemporain de Montréal - Du 8 février au 20 avril 2008

Catégories:

Il nous fait craquer avec des oeuvres dotées d'un pouvoir de séduction indéniable : mobilier luxueux tout droit sorti du XVIIIe; siècle en acajou recouvert de jacquard, mais doublé d'une forte charge psychologique très contemporaine... "Essayez d'imaginer, écrit Marc Mayer, Watteau et Polanski associés dans une entreprise de décoration intérieure." Bienvenue dans l'univers de l'artiste québécois Yannick Pouliot, qui vit et travaille à Saint-Casimir dans la région de Portneuf. Le Musée d'art contemporain présente Yannick Pouliot, la première exposition personnelle de l'artiste à Montréal, du 8 février au 20 avril 2008.

Après avoir expérimenté divers médiums dont la photographie, la vidéo et le son, Yannick Pouliot s'est fait connaître par des oeuvres spectaculaires pleines de sensibilité et de poésie, intégrant éléments décoratifs, mobilier et architecture détournés de leur fonction d'origine.

L'exposition

L'exposition présente une suite de dix sérigraphies ; un ensemble de trois sculptures : Empire : possessif, Eastlake : intransigeant et Régence monomaniaque de 2007 ; et une installation architecturale majeure Louis XVI : indifférent de 2008. Dans ces oeuvres, Pouliot poursuit sa réflexion sur les univers domestiques anthropomorphiques à l'aide de mobilier inspiré de styles des XVIIIe; XVIII et XIXe siècles. Comme l'explique le commissaire Mark Lanctôt : "L'isolement (ou l'aliénation) de la contemporanéité trouve écho dans des lieux désarticulés et étourdissants et dans un mobilier replié sur lui-même, excluant toute possibilité d'usage normal, atteint d'excroissances, d'enfilades forcées, d'élévations et de désarticulations.." Pouliot nous convie à porter un regard sur notre société et sa décadence, non sans nous faire vivre une expérience visuelle, émotive et kinestésique envoûtante.

Yannick Pouliot

Né à Sainte-Justine-de-Newton (Québec) en 1978, Yannick Pouliot vit et travaille à Saint-Casimir-de-Portneuf. Horticulteur de formation (Saint-Hyacinthe), Pouliot envisage de lancer sa petite production agricole avant de se tourner définitivement vers l'art. Diplômé de l'Université Laval en arts visuels, il étudie également l'ébénisterie. Sa participation à la Manif d'art 2 de Québec en 2003 le révèle tant auprès du milieu de l'art que du grand public qui l'adopte instantanément. L'année suivante, il est invité à Artefact 2004 et les grandes institutions le sanctionnent. L'oeuvre Le Courtisan est achetée par le Musée national des beaux-arts du Québec et le Musée d'art contemporain l'invite à faire partie de l'exposition L'Envers des apparences en 2005. La critique l'encense : coup de coeur de l'année du journal La Presse en 2004, recensions dans les revues de l'année 2005 des hebdomadaires Voir et Ici, oeuvre de l'année 2003 dans l'édition du 20e anniversaire de la revue Espace sculpture, "Noisemaker" en arts visuels 2008 du Hour, "valeur sûre" de la rentrée d'hiver 2008 du Voir et portrait dans le magazine L'Actualité de février 2008.

Catalogue

Un catalogue sera publié et sortira en mars afin d'inclure des photos de l'installation in situ. On y retrouvera un essai du commissaire Mark Lanctôt, un texte poétique de l'auteur-compositeur Pierre Lapointe ainsi qu'une biobibliographie et des reproductions des &;uvres. La publication sera en vente à la librairie Olivieri du Musée et chez votre libraire.

Série Point(s) de vue

Dans le cadre de l'exposition, il y aura une visite de l'exposition en compagnie de Mark Lanctôt, conservateur au Musée et commissaire de l'exposition, le mercredi 13 février 2008 à 18 h. La rencontre se déroulera en français et en anglais. Entrée gratuite.

Ces images sonores

Le public peut revivre l'enchantement de l'oeuvre Le Courtisan puisqu'elle est actuellement présentée dans le cadre de Ces images sonores, une exposition de la Collection permanente, grâce à un prêt exceptionnel du Musée national des beaux-arts du Québec.

http://www.macm.org/fr/expositions/42.html

À SURVEILLER AUSSI:

Exposition - Arnaud Maggs: Nomenclature au Musée d'art contemporain de Montréal - Du 8 février au 20 avril 2008

C'est l'un des plus grands artistes conceptuels au Canada, dixit Marc Mayer, directeur du Musée. Le Musée d'art
contemporain présente Arnaud Maggs : Nomenclature, du 8 février au 20 avril 2008.

Arnaud Maggs

A quatre-vingts ans, cet artiste natif de Montréal est à l'avant-plan des photographes conceptuels canadiens depuis plus de quatre décennies. Arnaud Maggs a d'abord été designer graphique, puis photographe de mode jusqu'au milieu des années 1970. Il entame alors une carrière en arts visuels où il s'est fait connaître par des séries de portraits en noir et blanc, systématiquement de face, de profil et de dos, à caractère conceptuel et présentés sous forme de grilles. Après des années consacrées à révolutionner l'art du portrait et à créer une iconographie fascinante à partir de données abstraites, Maggs se tourne vers la notion de mémoire collective, étudiant les rapports que la société entretient avec le passé.

L'exposition

La présente exposition se situe dans la foulée de ses travaux constituant une sorte de "bibliothèque visuelle" à partir d'illustrations que l'artiste livre en grands formats rappelant la taille de portraits d'Etat. Nomenclature présente deux corpus photographiques récents d'Arnaud Maggs : Werner's Nomenclature of Colours de 2005 et Cercles chromatiques de M. E. Chevreul de 2006, titres éponymes d'ouvrages cultes sur le langage de la couleur.

La série Werner's Nomenclature of Colours, qui donne son nom à l'exposition, comprend treize photographies que Maggs a tirées de planches couleur d'un ouvrage portant le même nom. Le livre, publié en 1814 par Patrick Syme, peintre floral écossais, est en fait une adaptation de l'ouvrage original du minéralogiste Abraham Gottlob Werner édité en 1774, et revu afin d'y inclure les règnes animal et végétal. La nomenclature en question est donc une extension et une relecture d'un système de couleurs.

« Maggs, fait observer Mark Lanctôt, responsable de la présentation à Montréal, attire notre attention sur la nature variable de l'observation " objective " et sur l'impossibilité d'organiser de manière exaustive un phénomène aussi volatil que les couleurs dans la nature."

La série Cercles chromatiques de M. E. Chevreul fait référence aux travaux du chimiste français Michel Eugène Chevreul (1786-1889) qui proposait aux artistes une approche "scientifique" des combinaisons de couleurs dans un ouvrage intitulé Les lois du contraste simultané des couleurs publié en 1839. Ses théories ont passionné des peintres comme Ingres, Delacroix, Signac et les postimpressionnistes.

Maggs a choisi de photographier non pas les planches portant sur le contraste simultané des couleurs, mais plutôt celles accompagnant une étude ultérieure qui s'intéressait moins à la manière dont la couleur est utilisée mais qu'à celle dont elle est définie et répertoriée, ce qui rejoint davantage les préoccupations de Maggs. La série des cercles chromatiques comprend onze photographies qui vont en s'assombrissant et qui représentent, comme l'explique l'artiste, "le passage du jour à la nuit, du positif au négatif, de la vie à la mort".

Nomenclature propose un essai photographique sur le désir humain d'inventorier et de catégoriser l'ensemble des phénomènes naturels. Maggs questionne notre subjectivité face à la nature et aux limites de la science.

L'exposition Arnaud Maggs : Nomenclature a été organisée par The Robert McLaughlin Gallery, à Oshawa, Ontario où elle a été inaugurée en 2006. Linda Jansma, conservatrice à la Robert McLaughlin Gallery, en est la commissaire. Par la suite, l'exposition a été présentée au McMaster Museum of Art, à Hamilton, et à la Gallery One One One, à Winnipeg en 2007, avant de se rendre à Montréal. Il s'agit de la première exposition personnelle de l'artiste au Musée d'art contemporain de Montréal. Le Musée possède dans sa collection l'oeuvre Joseph Beuys: 100 Frontal Views, Dusseldorf, 21.10.80, de 1980, qui fut présentée en 1992 dans Tableau inaugural, puis dans l'exposition Autour de la mémoire et de l'archive en 1999-2000 et l'an dernier dans le cadre de l'exposition La Collection.

Arnaud Maggs vit et travaille à Toronto. Il est représenté par la galerie Susan Hobbs à Toronto. Depuis 1978, l'artiste eu de nombreuses rétrospectives, expositions personnelles et collectives un peu partout au pays et à travers le monde. Il obtient au fil des ans plusieurs prix prestigieux : le Victor Martyn Lynch-Staunton en 1984 du Conseil des Arts du Canada, le Gershon Iskowitz Prize en 1991, le Toronto Arts Award en 1992 et, en 2006, le prix du Gouverneur général du Canada en arts visuels et médiatiques pour l'ensemble de son oeuvre.

Catalogue

Un catalogue de 85 pages intitulé Arnaud Maggs : Nomenclature accompagne l'exposition. Editée conjointement par The Robert McLaughlin Gallery, la Gallery One One One et le McMaster Museum of Art, la publication comprend des essais de la commissaire Linda Jansma et de l'historienne d'art Martha Langford, une liste d'oeuvres, une biobliographie et l'ensemble des planches couleur. Le catalogue est en vente à la Librairie Olivieri du Musée et chez votre libraire.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon