Éric Lapointe a fait plaisir à ses fans au Métropolis pour sa rentrée montréalaise

Catégories

Début de l'événement

Image

C’est de sa voix rauque et dans un nuage de fumée qu’Éric Lapointe a entamé « Des hommes qui tombent », lors de sa première montréalaise au Métropolis jeudi soir dernier. La foule composée d’admirateurs vendus d’avance à fait entendre sa joie en chantant au même rythme que le rockeur.

Jonas and The Massive Attraction ont réchauffé la scène avant l’arrivée de Lapointe. Le public, impatient de voir son chanteur favori, a servi au premier band un accueil lent et difficile à démarrer malgré l’énergie dont Jonas faisait preuve sur scène.

« C’était le fun de jouer à Montréal, comme d’habitude », a dit Lapointe après le spectacle « Jusqu’au bout ». Au Métropolis je me sens à la maison. » Le chanteur, qui a dit être toujours certain que le party va pogner à Montréal, a interprété 25 de ses chansons, dont « Mon ange », en rappel. Éric Lapointe, qui monte sur scène non pas pour chanter devant les gens mais bien pour chanter avec les gens, a été choyé de ce côté. Ses fans ont fredonné les paroles de ses chansons avec lui tout au long du spectacle.

« Quand j’ai sortit la toune « N’importe quoi », je savais que les journalistes allaient dire que j’écrivais n’importe quoi, » a dit Lapointe avant d’entamer sa maintenant célèbre chanson, pendant que des briquets s’allumaient dans la foule. Lorsqu’il a joué les premiers accords de « Terre promise » à la guitare sèche, ses admirateurs, qui le suivent avec le temps, ont semblé former une chorale dans la salle. « Au début, quand nos tounes ne jouaient pas encore à la radio et qu’on jouait dans les bars, on était dans la rue, a lancé Lapointe, mais on était bien. » Il a remercié son public en ajoutant que ses chansons sont devenues comme ses enfants avec le temps.

Éric Lapointe était bien entouré sur scène. Rick Hughes a interprété avec lui Naziland, avec beaucoup d’énergie. Jonas, qui assurait la première partie du spectacle, est revenu chanter avec le rockeur « Émeute ». Plusieurs musiciens accompagnaient le rockeur ainsi que des choristes, effacés au fond de la scène.

« J’ai monté mon dernier album pendant que j’étais dans le sud, a raconté au public Lapointe, pendant que ça puait le reggae à plein nez. Mais au moins les femmes étaient chaudes », a ajouté le chanteur en souriant. En plus de ses chansons cultes, il a interprété quelques-unes des chansons de « Le ciel de mes combats », dont « Jusqu’au bout », thème de son spectacle. « Lapointe symphonique », un album enregistré pendant les Francofolies en juin 2011, reprend également ses succès avec l’OSM. Éric Lapointe est en tournée partout au Québec jusqu’en avril 2012.