Entrevue avec Mada Mada - «Autonome», un clip touchant et universel

Catégories

Image

Autonome de Mada Mada

L’artiste montréalais Mada Mada a dévoilé mardi dernier son nouveau vidéoclip Autonome qui a été nominé par Rome Prisma Independant Film Awards dans la catégorie du meilleur vidéoclip.

Un sentiment artistique universel

Autonome nous porte à travers les tourments du créateur et de la créatrice qui, à la recherche de l’inspiration, courent après leur identité, tentent de vivre de leur art. Le vidéoclip souligne ce combat intérieur qui trouble le personnage. Celui-ci, dansant et se mouvant dans son bureau, laisse s’échapper tout ce poids qui pèse sur lui. Il le laisse aller pour se libérer, mieux respirer et, qui sait, peut-être retrouver l’inspiration et l’envie de créer.

La réalisation

Réalisé par Alexandre Richard, le clip se déroule dans un bureau dans lequel le bois et le papier encadrent le personnage principal comme pour l’enfermer avec lui-même. Alors que la pluie fait des ravages à l’extérieur et que nous entendons les bruitages (le vent, le bois qui craque, les mouvements du protagoniste), nous avons l’impression qu’il fait froid, même à l’intérieur. Interprété par Charles-Alexis Desgagnés, le protagoniste se met alors à danser d’un bout à l’autre de la pièce comme s’il était habité par un besoin urgent de s’exprimer, de laisser aller.

La pluie qui commence à tomber du plafond de la pièce plonge le personnage dans une transe et porte le clip à son paroxysme alors que l’homme cherche à se retrouver, à reprendre conscience. La réalisation du vidéoclip donne une couleur à la chanson et la chanson colore également le clip à sa façon. Les deux arts se complètent et forment un tout riche.

Entrevue avec Mada Mada

Ton album composé de cinq pièces est sorti le 20 novembre dernier, voilà bientôt un an déjà. Depuis combien de temps travaillais-tu sur celui-ci?

C’est particulier à dire, mais ça m’a pris deux mois le faire au complet, mais c’est sans compter toutes les mauvaises tounes que j’ai faites pendant l’année. Parce que c’est souvent ça; je fais 60 chansons ou esquisses et ensuite, je finis par en prendre quatre – celles que je préfère.

Celles du EP, il y a eu une bulle dans l’univers qui s’est révélée à moi à ce moment-là pis en deux mois, j’ai écrit ces quatre chansons et demie et d’un coup, j’ai tout collé. Alors, je pense que c’était quand même spécial et ça m’a encouragé à le sortir justement parce que j’ai développé un peu un perfectionnisme, mais qui était un peu malveillant à l’égard du fait que je sortais pu des trucs, mais ça, ça m’a encouragé à le sortir.

Le clip Autonome faisait-il partie de tes projets lors de la création de ton album à la base?

À la base, non. Mais c’est à la sortie de cet album-là qu’un collaborateur que j’avais à ce moment-là, Alexandre Richard qui a réalisé le clip, m’a contacté pour me demander si je voulais faire un clip sur Autonome parce que la chanson l’avait beaucoup touché et, Alexandre et moi, la relation qu’on avait c’est que je faisais la musique pour ses films. Alors c’est comme ça qu’on a développé un peu cette idée de faire un clip sur Autonome. Ensuite, ça a débouché le tout, mais à cause de la pandémie, on a dû retarder le tournage et c’est pour ça que ça sort aussi tard – presque un an après la sortie de la chanson originale.

Album Mada Mada

Comment s’est déroulé la création et le tournage du vidéoclip?

Dans le fond, Alexandre et moi, on a conceptualisé le clip. C’était très important pour moi que certaines idées et émotions soient respectées dans la direction et il les a écoutées pis on était d’accord ensemble. Pis on a brainstormer des idées pour ensuite trouver nos contraintes et nos possibilités étant donné qu’on avait vraiment un micro-budget. C’est pour ça que ça a inspiré beaucoup de choses dans le fait qu’on a juste utilisé un acteur dans une pièce. On a dû brainstormer à partir de ça, arriver à mettre tous les thèmes qu’on voulait rentrer là-dedans que ça fonctionne dans le narratif avec la chanson.

C’est très envoutant le mélange des deux, ensemble : la chanson avec le clip, l’eau aussi à la fin.

Alexandre était le plus motivé de nous deux. Sans lui, ça n’aurait jamais eu lieu. Alexandre c’est un peu le visionnaire là-dedans. Si on a réussi à le faire, c’est vraiment grâce à lui.

Je trouve ça intéressant parce que parfois, comme artiste, on se retrouve sur une pente glissante comme le personnage du clip. Parfois, quand tu crées, tu es sur une bonne lancée, puis tu ne sais plus où donner de la tête pour finir tes projets d’où la pente glissante.

C’est vraiment une émotion commune. Le but de la chanson, quand je l’ai écrite, c’était que Autonome soit une ode au travailleur autonome justement et à la solitude dans son travail. Dans les moments un peu difficiles, c’est ça qui arrive à l’intérieur. La danse, c’est un peu un symbole. C’est du symbolisme pour décrire la tempête intérieure de la personne à ce moment-là.

Le clip Autonome a été nominé à Rome Prisma Independant Film Awards pour le Best Music Video. Qu’est-ce que cette nouvelle t’a inspiré?

C’était tellement un beau projet dans lequel j’ai tellement été fier qu’il parte de ma musique même si, au final, la manière que ça s’est déroulé, j’ai un peu laissé les rennes à Alexandre et son équipe et ils ont fait quelque chose d’assez miraculeux (sans mettre de côté Alexis, le danseur). C’est comme si j’avais déjà laissé le bébé marcher depuis longtemps. On a appliqué à plusieurs festivals, mais c’est le premier qui a répondu, mais le fait qu’on commence à avoir de la reconnaissance pour ça je pense que c’est vraiment une belle reconnaissance pour Alexandre et son équipe justement.

Qu’est-ce qui t’a motivé à poursuivre votre travail d’artiste malgré les derniers événements issus de la pandémie?

La pandémie m’a donné du temps pour composer à un moment où j’en n’avais pas justement, à un moment où j’étais particulièrement chargé. Ironiquement – et je sais que ce n’est pas vrai pour tout le monde – mais pour moi, c’est tombé à un bon timing pour ma création. Il y a eu des moments un peu difficiles pour la création qui ont été causé par le prolongement de cette pandémie-là justement et un peu le fait de rester dans une activité dans laquelle il était difficile de sortir. Mais je dirais que, pour moi, la pandémie a pas vraiment changé quoi que ce soit dans ma vie initiale parce que je ne performais pas encore alors ça n’a pas mis de bâtons dans mes roues.

Mada Mada

Quelles sont tes inspirations quand tu crées?

Quand je crée, je suis vraiment éclectique. En fait, je n’arrive jamais à faire le même genre de musique. C’est tout le temps des musiques qui reflètent toutes mes influences à des moments précis ou des influences que j’ai eues avant. Justement, Autonome je pense que c’est la plus simple dans son instrumentation et dans sa forme. Une de mes grosses inspirations pour celle-là c’était un peu l’intention et le lyrisme de Pierre Lapointe et un peu la sensibilité et la douceur des chansons similaires de Karkwa comme Moi Léger

Est-ce que la création musique est ton métier à temps plein?

Je dirais que mon projet personnel c’est comme mon hobby. C’est un peu ce qui me rattache à ma passion le plus, mais je fais de la musique pour d’autres gens. Je fais beaucoup de musique pour des courts-métrages, j’enseigne aussi. Mais le fait que dans tout ce que je fais il y a des compromis à faire et dans ma musique je me laisse ne pas faire de compromis : c’est une peu mon échappatoire pour que ça reste une passion.

Quels sont tes projets à venir?

J’ai de la nouvelle musique qui va sortir après le clip justement. À peu près un mois après le clip je vais sortir une chanson et sûrement après Noël, je vais sortir un EP. Pour l’instant, c’est le plan. Mes chansons sont prêtes et j’ai aussi des collaborations avec d’autres artistes. J’ai des trucs intéressants.

Pour vous procurer l’album de Mada Mada, cliquez ici : https://madamada.bandcamp.com/album/mada-mada

Pour en savoir plus sur Mada Mada, cliquez ici : https://www.facebook.com/MadaMadaMusic/.