Emanuel Gat Dance au Centre national des Arts

Catégories:

Deux sommets absolus du répertoire musical – le Sacre du printemps d’Igor Stravinski et Winterreise (Voyage d’hiver) de Franz Schubert – prennent des accents iconoclastes dans le programme double de danse contemporaine que la compagnie Emanuel Gat Dance présente au Théâtre du Centre national des Arts le mercredi 12 mars 2008 à 19 h 30. Le chorégraphe et danseur israélien Emanuel Gat est acclamé par la critique dans le monde entier pour sa présence scénique sensuelle, sa grâce de panthère, et son art chorégraphique robuste, physique, audacieux, singulier et d’une intelligence raffinée. Le CNA présente cette production en exclusivité canadienne.

National Arts Centre/Centre national des Arts
53 Elgin Street, P.O. Box 1534/53, rue Elgin; C.P. 1534, Succursale B
Ottawa (Ontario) K1P 5W1
Telephone/Téléphone (613) 947-7000

Le communiqué:

Deux sommets absolus du répertoire musical – le Sacre du printemps d’Igor Stravinski et Winterreise (Voyage d’hiver) de Franz Schubert – prennent des accents iconoclastes dans le programme double de danse contemporaine que la compagnie Emanuel Gat Dance présente au Théâtre du Centre national des Arts le mercredi 12 mars 2008 à 19 h 30. Le chorégraphe et danseur israélien Emanuel Gat est acclamé par la critique dans le monde entier pour sa présence scénique sensuelle, sa grâce de panthère, et son art chorégraphique robuste, physique, audacieux, singulier et d’une intelligence raffinée. Le CNA est heureux de présenter cette production en exclusivité canadienne.

CAUSERIE D’APRÈS-SPECTACLE AVEC EMANUEL GAT

La partition – heurtée, dissonante et imprévisible – du Sacre du printemps est sans conteste l’un des plus éclatants chefs-d’œuvre de la musique du XXe siècle. Emanuel Gat offre une version hypnotique et terrifiante du controversé ballet de 1913, jouant du contraste entre la danse salsa et les rythmes martelés de la partition interprétée par Leonard Bernstein et l’Orchestre symphonique de Londres. Cinq danseurs (deux hommes et trois femmes), tout de noir vêtus, évoluent sur une scène nue divisée par un tapis rouge. La sauvagerie et la luxure s’installent, induisant une sensation de vertige. Le chorégraphe a recours à une gestuelle proche de la salsa, mais on est loin du mouvement coulant et allègre généralement associé à cette danse dans un contexte social. Ici, la danse se fait rapide et d’une extrême complexité, utilisant des pas de deux fluides entrecoupés de solos pleins d’abandon ou de mouvements lents en position accroupie. À la fin, une femme est abandonnée au sacrifice rituel – son sort funeste ne suscitant qu’indifférence parmi ses compagnons.

« (…) la montée du sexe (…) explose avec cette pointe de fatalisme qui est au cœur de l’engrenage amoureux. Tout est beau et dangereux, dans cette partie de chasse moderne, où le suspense reste vif (…). Emanuel Gat (…) assène un uppercut bien ajusté. »
Rosita Boisseau, Le Monde

« (…) c’est comme assister à une exécution au ralenti ponctuée d’arrêts sur image. »
Deborah Jowitt, The Village Voice

« (...) cette pièce représente un pas de géant pour Emanuel Ga en tant que chorégraphe. Le mouvement est riche de détails complexes et fascinants. Une pièce originale d’une grande qualité qui classe [Emanuel] Gat parmi les créateurs de danse les plus prometteurs et les plus talentueux. »
Ruth Eshel, 15 juillet 2004

Le mariage de la poésie de Wilhelm Müller et de la musique de Franz Schubert a donné Winterreise, évocation poignante d’un voyage tragique dans le froid mordant de l’hiver – peut-être le plus brillant cycle de lieder jamais écrit. Voyage d’hiver est un duo hypnotique pour deux danseurs réglé sur trois lieder tirés du cycle de Schubert, interprétés par Dietrich Fischer-Dieskau accompagné au piano par Gerald Moore. Dans ce Voyage d’hiver, les deux hommes – pieds nus, le crâne rasé, vêtus de tuniques longues – tanguent et posent, se tordent les bras et le torse, bougeant tantôt à l’unisson, tantôt en contrepoint. Ils ne peuvent dissimuler l’ambiguïté animal et l’érotisme de leur duel – pas plus que la force de l’immobilité pour communiquer ce qui ne peut être exprimé ni par la parole ni par le geste.

« Tout comme le Voyage d’hiver, Le Sacre du printemps laisse à l’auditoire le soin d’interpréter ce qu’il voit (…) la musique, la danse et les éclairages sont tout à fait torrides – et c’est à chacun de décider de quelle façon il veut en ressentir la chaleur. » Pia Catton, The New York Sun

« La grâce ondoyante de leur mouvement est une source constante de fascination. Leur synchronie est incroyable, proprement hypnotique. Leurs gestes varient d’un lied à l’autre (…) mais pour l’essentiel, ils tournent l’un autour de l’autre, comme en transe. Ils se regardent l’un l’autre dans le blanc des yeux; ils se placent côte à côte et leurs bras se touchent, mais leurs mains restent en retrait. Même quand ils se tiennent aux deux extrémités de la vaste scène, la tension entre eux demeure palpable. (…) L’aura qui s’en dégage n’est pas tant homoérotique que pansexuelle, désir touché par le désespoir hivernal. » John Rockwell, The New York Times

« (…) [La compagnie] a subjugué l’auditoire et ne l’a pas lâché (…) deux danses idéalement programmées, réinterprétant toutes deux des pièces fondamentales de musique de danse qu’elles parviennent ainsi à renouveler, les restituant toutes neuves à nos oreilles, et nous amenant à les considérer sous un angle inédit en termes de danse. Et ce n’était qu’un aperçu de tout ce que ce chorégraphe et cette compagnie ont à offrir (…) »
Seth Rogovoy, Berkshire Living magazine, 6 juillet 2006

Le Sacre du printemps (2004)
CHORÉGRAPHIE Emanuel Gat
MUSIQUE Igor Stravinsky ÉCLAIRAGES et COSTUMES Emanuel Gat

Voyage d’hiver (2004)
CHORÉGRAPHIE Emanuel Gat
MUSIQUE Franz Schubert ÉCLAIRAGES et COSTUMES Emanuel Gat

Emanuel Gat Dance présente Le Sacre du printemps et Voyage d’hiver au Théâtre du Centre national des Arts le mercredi 12 mars 2008 à 19 h 30. Les billets sont en vente aux coûts de 45,59 $, 41,63 $ et 33,70 $ (24,05 $, 22,07 $ et 18,10 $ pour les étudiants, sur présentation d’une carte d’étudiant en règle). On peut se les procurer à la Billetterie du CNA (en mains propres) ou, par l’entremise de Ticketmaster (frais de service en sus), au 613-755-1111 ou en ligne, via le site Web du CNA à l’adresse www.nac-cna.ca . Les étudiants à plein temps de treize à vingt-neuf ans peuvent aussi se procurer des billets Buzz en direct (s’il en reste) à 10 $ chacun, à la Billetterie du CNA ou en ligne à l’adresse www.nac-cna.ca , entre 14 h et 18 h le jour de la représentation seulement, sur présentation d’une carte de membre Buzz en direct dûment enregistrée. Les groupes de dix personnes et plus épargnent de 15 % à 20 % du prix courant des billets pour toutes les présentations de Musique, de Théâtre ou de Danse du CNA. Réservations : 613-947-7000, poste 384 ou grp@nac-cna.ca .

Consultez le site Web du CNA à l’adresse www.nac-cna.ca .

Des photographies de toutes les productions de danse à l’affiche peuvent être vues et téléchargées à l’adresse www.nac-cna.ca/media/ .

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon