Douce nuit d’hiver en compagnie d’Allah-Las

Catégories

Début de l'événement

Image

Allah Las - Morgane de Capele

Allah-las, c’est l’histoire de quatres copains qui partagent, outre leurs habilités musicales, une passion pour le rock et le surf. Trois d’entre eux se sont rencontrés au royaume de la musique indépendante, j’ai nommé Amoeba Music sur Sunset Boulevard. Après la douce mélancolie offerte par leur premier album sorti en 2012, le groupe de pop rock psychédélique Allah-las est de retour avec 14 titres méticuleusement articulés. Intitulé Worship of the sun, ce dernier album sonne comme une invitation au voyage. Mais pas n’importe lequel. Un voyage dans le temps, plongé dans les années 60 sur les côtes californiennes. Pedrum, Matthew, Spencer et Miles puisent leur inspiration dans cet âge d’or musical qu’ils chérissent. Même si ils ne les ont pas vécu, le quatuor fait revivre ces années avec prouesse et nostalgie, encore une fois sous l’oeil bienveillant de leur producteur, Nick WaterHouse. Un petit bijou de pop rock qui sent bon la West Coast, à ranger non loin de leurs compères The Growlers, White Fence et Ty Segall.
En tournée mondiale depuis Avril, ils se sont produits à Montréal mercredi dernier. C’est devant une salle comble qu’ils prennent place sur la scène du Café Campus. Quelques réglages et accords, et ils ouvrent le bal en douceur sur No Werewolf, l’une des trois instrumentales du dernier album. Calme et attentive la première demi heure, la foule se dévergonde, les langues se délient sur Sandy. Le public chantonne et balance frénétiquement la tête sous les éclats cristallins des guitares de Miles et Pedrum sur Sacred Sands. Derrière eux, une route du sud américain qui rappelle le clip de Busman’s Holiday avec le même filtre vintage que l’on retrouve dans celui de Catamaran. Immersion d’une heure et demi dans l’univers feutré d’Allah-Las, chaude balade qui se conclura en beauté sur Long Journey et Every Girl.

Amélie Guénard

Worship the Sun, Allah-Las. Innovative Leisure - Because.
26 Novembre 2014, Café Campus – Greenland Productions // Evenko