Don de trois célèbres affiches de Toulouse-Lautrec au Musée des beaux-arts de Montréal

Catégories

Image

Trois œuvres de Toulouse-Lautrec au MBAM

Le Musée des beaux-arts  de Montréal (MBAM) se réjouit de l'arrivée dans sa collection de trois affiches signées Henri Toulouse-Lautrec.

Intitulées La Revue blanche, May Milton et Divan japonais, ces œuvres ont été réalisées entre  1893 et 1895, alors que l'artiste était au sommet de sa créativité.

Des témoins du Paris de la Belle Époque

Les trois affiches offrent une  merveilleuse diversité de sujets : une publicité pour une publication  littéraire et artistique d'avant-garde; le portrait remarquablement stylisé  d'une artiste sur scène; et l'intérieur d'un music-hall. Toulouse-Lautrec est un fin observateur de l'esprit qui anime théâtres, cabarets, cirques, demi-monde et maisons closes à Montmartre. Il dévoile la nature véritable de  leurs habitués en caricaturant leurs expressions faciales et leur langage  corporel.
 
Comme bien des artistes de  l'avant-garde parisienne à la fin du dix-neuvième siècle, il est séduit par les  estampes japonaises. Cette influence profonde, qui touche toute sa production  d'estampes et d'affiches, est perceptible dans chacune des trois œuvres offertes  au Musée. Ces dernières ont été réalisées par lithographie, technique qui permet  à l'artiste de dessiner librement au crayon sur des blocs de calcaire préparés  et lui donne la possibilité d'imprimer de nombreux tirages sans détérioration  de l'original – une nécessité pour les affiches publicitaires.

Affiche La Revue blanche

Fondée en Belgique en 1889, La Revue blanche se consacre à la promotion de l'art et réunit certains des  plus grands écrivains et artistes de l'époque. En 1891, son siège déménage à  Paris où les frères Natanson – Alexandre, Thadée et Louis-Alfred – en deviennent  rédacteurs et chroniqueurs. Toulouse-Lautrec se rapproche de Thadée et de sa  femme, Misia, modèle pour cette affiche. Femme belle, intelligente et très  active dans le monde de l'art parisien, spécialement auprès des peintres nabis,  ses salons sont fréquentés par Proust, Valéry, Debussy, Vollard et Gide.  Toulouse-Lautrec représente Misia en train de patiner, activité suggérée par la  fluidité du mouvement de son sujet plutôt que par l'illustration directe d'une  paire de patins.

Affiche May Milton

Commande de l'artiste britannique May Milton en vue de sa tournée américaine (qui ne se réalisera jamais), cette affiche en cinq couleurs ne sera jamais commercialisée. Milton, en vedette au Moulin Rouge, avait une carnation claire et la mâchoire proéminente. Certains ont suggéré qu'en l'habillant d'une robe blanche de débutante, Toulouse-Lautrec l'avait dépeinte avec une subtile ironie; pourtant, il s'agit bien du costume  qu'elle portait sur scène. Malgré l'annulation de la tournée, le public  français a pu découvrir l'affiche lors de sa publication dans Le Rire, le  3 août 1895, et lors d'une exposition tenue à Reims, en 1896. Picasso en  possédait un exemplaire et l'a reproduite à l'arrière-plan de sa Chambre bleue, en 1901 (collection Phillips, Washington, D.C.).

Affiche Divan japonais

Ce café-concert décoré «à la japonaise» baigne dans l'éclairage jaune des lanternes. Toulouse-Lautrec  montre ici les spectateurs plutôt que les performeurs. La silhouette spectrale  d'Yvette Guilbert, à la tête tronquée, ne se dessine qu'à l'arrière-plan gauche – on la reconnaît grâce à ses gants noirs. Jane Avril, chanteuse, danseuse et artiste  de cabaret, occupe à l'avant-plan la place de première spectatrice. Dans cette  lithographie en quatre couleurs, ses cheveux roux sont mis en valeur par sa  robe noire et son élégant chapeau. Assis à côté d'elle, on reconnaît le  critique Édouard Dujardin, fondateur de La Revue wagnérienne et propriétaire de La Revue indépendante de littérature et d'art, fervent partisan du  japonisme.

Remerciements

Le Musée remercie chaleureusement le généreux donateur.

Images : Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901)

1. La  Revue blanche, 1895, lithographie.
2. May  Milton, 1895, lithographie.
3. Divan  Japonais, 1893, lithographie.

MBAM, en cours d'acquisition.

À propos du Musée des beaux-arts de Montréal

Avec plus d'un million de visiteurs par année, le MBAM est l'un des musées les plus fréquentés au Canada et en Amérique du Nord. Ses expositions temporaires aux scénographies originales croisent les disciplines artistiques (beaux-arts, musique, cinéma, mode, design) et sont exportées aux quatre coins du monde, tandis que sa riche collection encyclopédique, répartie dans cinq pavillons, comprend l'art international, les arts du Tout-Monde, l'art contemporain, les arts décoratifs et le design, ainsi que l'art québécois et canadien. Le Musée a connu une croissance exceptionnelle au cours des dernières années avec l'inauguration de deux nouveaux pavillons et d'une nouvelle aile : le pavillon Claire et Marc Bourgie en 2011, le pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein en 2016, et l'aile Stéphan Crétier et Stéphany Maillery dédiée aux arts du Tout-Monde en 2019. Le complexe du MBAM est par ailleurs doté d'une salle de concert de 460 places, la salle Bourgie, ainsi que d'un auditorium et d'une salle de cinéma. Le MBAM est en outre l'un des plus importants éditeurs canadiens de livres d'art en français et en anglais diffusés à l'international. Enfin, le Musée abrite l'Atelier international d'éducation et d'art-thérapie Michel de la Chenelière, le plus grand complexe éducatif dans un musée d'art en Amérique du Nord, qui permet la mise en œuvre de projets innovants en éducation, en mieux-être et en art-thérapie.