Des dieux, des héros et Kent Nagano (Lancement-OSM)

Catégories

Début de l'événement

Image

Ce 23 mars, L’orchestre symphonique de Montréal en collaboration avec la maison de disque Analekta a lancé le nouvel album Des Dieux, des Héros et des Hommes, où Kent Nagano nous fait découvrir deux œuvres de Beethoven qui ont souvent été critiquées et mises de côté : les Créatures de Prométhée et la Symphonie #3 «Héroïque».Celles-ci représentent les forces et faiblesses de l’homme en quête de connaissance. Cet album est le 5e d’une série où Kent Nagano et l’OSM interprètent les œuvres de Beethoven. On y retrouve également la narration d’un texte, rédigé par Yann Martel, l’auteur d’Histoire de Pi, accompagnant la musique de la première partie de l’album.

Cette dernière s’inspire du mythe de Prométhée symbolisant à la fois le Siècle des lumières et Napoléon Bonaparte, par la quête de connaissance et de progrès nécessitant audace et force. Par contre, les héros ne sont pas parfaits et les hommes encore moins. Cette musique symbolise à la fois la faiblesse, la perte de contrôle et la déchéance des Dieux, des Héros et des Hommes. Ceci est représenté dans le mythe par Prométhée se faisant dévorer le foie par un aigle. Kent Nagano nous emmène à s’interroger sur ce que représente ce mythe et le revers de la médaille de la quête du progrès. Son œuvre est à la fois un hommage à Napoléon vivant dans l’espoir d’un avenir meilleur et d’une société illusoire. À cette époque, lorsque Beethoven présenta son premier ballet, Créatures de Prométhée, celle-ci fut perçue comme étant révolutionnaire par sa prise de position politique et par sa thématique représentant l’espoir d’un peuple accédant aux connaissances et à la dignité de ce peuple suscité par les arts et les émotions humaines. À l’époque contemporaine, il prend plutôt la forme d’un avertissement.

La deuxième partie, la 3e symphonie Héroïque, conserve la même thématique en représentant la vie, la mort et la renaissance d’un Héros. Par sa puissance et son intensité, elle est l’œuvre la plus appréciée de son compositeur. Tout comme Les créatures de Prométhée, elle illustre à la fois la puissance et la conquête du Héros dans le premier mouvement, ainsi que la faiblesse et la douleur de celui-ci dans le deuxième mouvement la Marche funèbre, qui est selon moi l’œuvre la plus intense de Beethoven.

Loin d’être le premier et le dernier enregistrement sur l’œuvre de Beethoven, Des Dieux, des Héros et des Hommes restera gravé dans nos mémoires par sa singularité: l’interprétation de l’unique ballet de Beethoven ainsi que la symbolique de l’œuvre dévoilant une véritable prise de position politique du compositeur face à Napoléon Bonaparte et l’esprit des lumières. Kent Nagano et l’OSM ont interprété et agencé avec brio ces deux œuvres de Beethoven, avec toute l’intensité et la puissance qu’elle nécessite. En plus de dévoiler le nouvel album et la programmation 2011-2012 de l’OSM, c’est avec fierté que Kent Nagano, nous annonça la première participation de l’Orchestre Symphonique de Montréal au festival international d’Édimbourg, le festival artistique le plus important en Europe.