Dépasser les bornes avec Lech Kowalski : Du 15 avril au 15 mai 2009 à la Cinémathèque québécoise

Début de l'événement: 

15 avril 2009 - 00:00
Catégories:

La Cinémathèque québécoise présente, du 15 avril au 15 mai, l’univers singulier et déjanté du cinéaste américain d’origine polonaise Lech Kowalski. Réalisateur indépendant, Kowalski se passionne pour les destins hors normes qu’il dévoile dans un cinéma libre de toute contrainte. Une sélection de huit films permettra au public montréalais punk, initié, marginal ou tout simplement curieux de saisir l’œuvre documentaire rare et forte de ce cinéaste passionné. Lech Kowalski présentera ses films lors des séances des 15, 16 et 17 avril 2009.

Force et indépendance

Actif depuis la fin des années 70, Lech Kowalski tourne des documentaires depuis plus de 20 ans. Figure aussi mythique qu’inconnue du grand public, sa démarche de création l’amène à positionner sa caméra fiévreuse sur les maux qui rongent de l’intérieur les sociétés occidentales. D’un extrême à l’autre, son œuvre prend racine dans le milieu underground new-yorkais qu’il côtoie avec fascination, détermination et ténacité.

Avec des films comme D.O.A. : A Right of Passage (1980) sur l’extraordinaire déflagration du mouvement punk, Born to lose, the Last Rock and Roll Movie (1999), Gringo, Story of a Junkie (1987) et Rock Soup (1991) sur les sans-abris, Kowalski provoque et ne laisse personne indifférent. Les années 2000 le voient également à explorer les replis obscurs de l’histoire de la Pologne au XXe siècle dans des films comme East of Paradise (2005), The Boot Factory (2000) et On Hitler’s Highway (2002).

Un projet unique : Camera War

Le plus récent projet de Lech Kowalski est une expérience de blogue cinématographique interactif. Mis à jour chaque lundi, le site www.camerawar.tv regroupe à ce jour plus de 40 courts métrages. Pour lui, « les innombrables problématiques auxquelles nous sommes maintenant confrontés ne peuvent être présentées dans un documentaire “classique” ». C’est donc pour rendre compte de cette complexité dans une œuvre audiovisuelle que le cinéaste a trouvé nécessaire d’inventer une nouvelle façon d’organiser le réel [...] D’où la création du site internet camerawar.tv. « Camera War est ma façon de me connecter à un monde qui se situe bien au-delà de la compréhension. [...] Nous vivons dans une réalité post-documentaire, ce qui signifie que nous ne vivons plus dans un monde où il y a une possibilité d’explication. Nous sommes suspendus dans la réalité. [...] Camera War, c’est mon action. [...] Il s’agit d’imagination et de créativité. C’est une énergie en soi » expliquait Lech Kowalski dans une entrevue accordée à la Cinémathèque.

Vous pouvez lire l’intégralité de cette entrevue, en anglais et en français sur le site de la Cinémathèque: www.cinematheque.qc.ca

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon