Délice Paloma, le tout dernier film de Nadir Moknèche

Catégories:

Métropole Films présente Délice Paloma, le tout dernier film de Nadir Moknèche. Après Viva Laldjérie, ce long métrage marque le retour de celui que l’on qualifie de Pedro Almodovar du Maghreb. Délice Paloma prendra l’affiche le 18 avril 2008 à Québec au cinéma Le Clap en version originale française.

Vous avez besoin d'un permis de construire ? Vous êtes seul un soir ? Appelez la bienfaitrice nationale, Mme Aldjéria : elle vous arrange ça. Celle qui s'est donné le nom du pays ne recule devant aucune combine pour survivre dans l'Algérie d'aujourd'hui. Pour peu qu'elles soient jolies et peu scrupuleuses, ses recrues peuvent faire carrière. La dernière, Paloma, fait grand effet, en particulier sur Riyad, le fils de Mme Aldjéria. Le rachat des Thermes de Caracalla, le rêve qui devait permettre au clan d'Aldjéria de changer de vie, sera l'affaire de trop.

Le réalisateur algérien Nadir Moknèche résume Délice Paloma : "Mon film brosse le portrait d'un "petit peuple" qui, pour s'en sortir, imite des comportements qui ne sont pas les siens."

Biyouna , l'actrice principale de Délice Paloma, est une véritable icône populaire en Algérie. Née dans le quartier populaire de Belcourt au sein d'une famille citadine d'Alger, elle est danseuse dans les années 60, dans des orchestres féminins et dans de prestigieux cabarets de l'époque. En 1972, elle décroche par hasard un petit rôle dans le feuilleton télévisé culte El-Harrik. Le succès de l’émission est immense, en grande partie grâce à la gouaille de Fatma, le personnage que la jeune Biyouna interprète avec un naturel alors encore inédit sur les écrans algériens. Elle devra attendre jusqu’en 1999 avant que l’on ne lui offre un rôle dans un registre autre que comique. C’est Nadir Moknèche qui lui ouvre cette porte avec le film Le Harem de Mme Osmane .

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon