« Dédé à travers les brumes », un film résolument politique avec Sébastien Ricard - Sortie le 13 mars 2009 au Québec

Début de l'événement: 

13 mars 2009 - 00:00
Catégories:

Je reviens tout juste du visionnement de presse du film Dédé à travers les brumes, un film de Jean-Philippe Duval produit par Roger Frappier et Luc Vandal, mettant en vedette Sébastien Ricard (Batlam des Loco Locass). La bande sonore du film sort le 3 mars 2009. Ce long-métrage de 2h10, une fiction, raconte la vie des Colocs, groupe francophone mythique des années 1990 au Québec, à travers le prisme de la vie personnelle et publique du chanteur André « Dédé » Fortin, et ce dans le contexte politique de l'époque (référendum de 1995 sur l'indépendance). Rappelons que Dédé s'est suicidé en 2000, déprimé.

Voir le tapis rouge: http://www.letapisrosedecatherine.com/blogue-de-catherine/

On n'a pas le droit de diffuser notre critique avant la première du 9 mars, mais je tiens ici à vous résumer la conférence de presse de ce midi.

Jean-Philippe Duval estimait au départ qu'il était impensable de faire une fiction sur Dédé, mais deux ans de recherche sur le chanteur l'ont convaincu du bien-fondé du projet. Pour lui, son intuition de base était que seul Sébastien Ricard pouvait incarner le rôle de Dédé Fortin. «Le film a été abordé en rencontrant les gens qui ont connu Dédé. Je ne voulais pas faire un vidéoclip qui changerait le récit, a confié M. Duval.

Roger Frappier a souligné pour sa part qu'il lui semblait important de garder l'oeuvre de Dédé pour la mémoire collective. Certaines parties du film sont des films d'animation, genre ONF et BD.

M. Duval n'a pas voulu faire de raccourci dans son film. Pour lui, les chansons de Dédé ne sont pas un testament. Il a expliqué que l'histoire de Pat (premier joueur de musique à bouche du groupe) montre l'amitié fulgurante avec Dédé, ce qui fait que le film se construit sur le principe du «Dédé avant et après la mort de Pat» des suites du sida.

La famille et les amis proches de Dédé ont vu le film hier (dimanche 1er mars) et la réaction générale aurait été fort positive. «C'est tough mais c'est beau et c'est vrai aurait dit un des frères de Dédé à M. Duval, un cinéaste spcialisé dans les documentaires.

Sébastien Ricard, alias Batlam, croit pour sa part que «Dédé représente le Québec tout entier, qui se sent proche de lui». Pour M. Ricard, «c'est une espèce de patrimoine national» et ce film est un parti audacieux et périlleux. «Le dommage est fait», a-t-il lancé.

Sébastien estime que le film est avant-tout politique, car «faire de l'art au Québec est politique», ajoutant cepedant que le combat référendaire et les années 1990 semblait «très loin de nous», ici en 2009.

Sébastien, un bon ami à moi, raconte qu'il a eu accès à une banque de données hallucinante pour se documentaire sur le chanteur originaire du Lac St-Jean: Dédé. Reprenant l'accent de Dédé en paroles et en chansons dans le film, Sébastien Ricard affirme qu'il a «essayé de trouver l'esprit de ce personnage-là». «Il y avait une certaine proximité entre lui et moi. Il ne faut pas avoir peur d'imiter.»

Pour Ricard, Dédé était un être qui vivait «dans une urgence totale, comme une ligne de haute tension». En ce sens, il perçoit avoir eu un accès à l'intimité de Dédé en jouant ce rôle capital.

Ricard a expliqué ne pas se sentir hanté par le personnage de Dédé, et en ce sens il ne pense que qu'il sera difficile de quitter son rôle.

Selon Jean-Philippe Duval, le film Dédé à travers les brumes représente une fiction ancrée dans la vie, sur un éternel enfant qui refusait de vieillir. Duval prend la peine de nous montrer crûment la vie sexuelle et amoureuse de Dédé et il a justifié cela. «Dédé était un grand amoureux. Ses relations amoureuses étaient capitales. L'angle est accentué dans le film.»

Est-ce que les Colocs sont ainsi réhabilités maintenant, alors qu'à l'époque on parlait de bums, de drogués et d'alcolos?

M. Duval dit espérer que le film va ramener la musique des Colocs à l'avant-scène. Le CD, chanté par Sébastien Ricard, est produit par Éloi Painchaud.

En conclusion, Jean-Philippe Duval ose espérer que le timing de son long-métrage est très bon, bien que les Québécois aient la mémoire courte.

Sur la question du suicide, abordé dans le film (Dédé s'est fait hara-kiri avec un couteau), Duval estime que ne film ne colporte pas de quelconque message. «Ce n'est pas un film qui explique le suicide de Dédé Fortin. J'ai essayé d'être le plus authentique.»

VOUS POURREZ LIRE MA CRITIQUE DU FILM LUNDI LE 9 MARS

Patrick White

Les autres acteurs sont:

Joseph Mesiano, un Canadien anglais qui incarne Mike, un guitariste anglo qui jouait dans Les Colocs.

Dimitri Storoge, un Français qui joue Pat (joueur de musique à bouche du band).

Bénédicte Décary, une superbe actrice qui incarne Nicole, une des premières copines importantes de Dédé aux débuts des Colocs et même avant.

David Quertigniez, un Belge qui joue Vander, ingénieur de son et producteur du groupe.

Claudia Ferri, qui joue Cha Cha, une des intimes de Dédé.

Mélissa Désormeaux-Poulin, dans le rôle de Sophie, la 2e copine importante dans la vie de Dédé.

Louis Saia, dans le rôle de Raymond Paquin, agent de Dédé.

Jonathan Charbonneau, dans le rôle du batteur Jimmy.

Yan Rompré, dans le rôle de Mononc' Serge, membre du band à ses débuts.

Mathieu Handfield, dans le rôle de Éric, un ami de Dédé depuis le collège.

Marie-Laurence Moreau, dans le rôle de Sélanie, dernière blonde de Dédé.

Les Frères Diouf, dans les rôles de El Hadj et Karim, deux membres sénégalais du groupe.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon