Décès de David Karel, éminent professeur de l'histoire de l'art au Québec

Catégories:

L’éminent professeur d'histoire de l'art David Karel, de l'Université Laval, auteur d'importants ouvrages sur l'histoire de la peinture au Québec, est décédé le 26 août à l'âge de 63 ans. J'entretenais une correspondance avec lui depuis plusieurs années, étant tout deux passionnés par l'art et son histoire.

M. Karel avait aussi dirigé les travaux de mon ex-conjointe Annie Fraser, de 1997 à 2000. Ils préparaient ensemble un article complet pour le Dictionnaire biographique du Canada sur le méconnu peintre anglais émigré à Québec, Henry Daniel Thielcke (1788-1874). Lors de notre séjour à Londres en 1997-1998, Annie avait effectué pour M. Karel de multiples recherches sur Thielcke dans les musées, les archives, la British Library et diverses institutions culturelles. Avant de mourir, M. Karel m'a remis tout le dossier sur le peintre Thielcke, afin que je poursuive son oeuvre, soit de faire la lumière sur un peintre qui a vécu ici mais qui est demeuré dans l'ombre depuis 140 ans.

Né en Caroline du Nord, M. Karel avait obtenu un doctorat en histoire de l'art de l'Université de Chicago en 1974 et, était depuis, professeur à l'Université Laval.

Il était le fils de Léon Karel et de Nan McHenry. Une cérémonie d'échanges et de témoignages a eu lieu dimanche le 2 septembre 2007 au funérarium du Centre funéraire du Plateau, à Québec, à l'intention de la famille, des amis et des collègues.

David Karel explorait le domaine de l'art au Québec depuis des années. Il avait notamment publié en 1986 le catalogue de l'exposition "Horatio Walker" au Musée du Québec (maintenant appelé Musée national des beaux-arts du Québec), puis, en 2003, "André Biéler ou le choc des cultures" et "Edmond-J. Massicotte, illustrateur". Il est également l'auteur du "Dictionnaire des artistes de langue française en Amérique du Nord: Peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, photographes et orfèvres", un document de référence publié en 1992 par le Musée du Québec et les Presses de l'Université Laval.

Il avait également rédigé en 1991 "La Collection de Maurice Duplessis", le catalogue d'une exposition sur la collection de l'ancien premier ministre du Québec présentée au Musée du Québec.

M. Karel a contribué au Dictionnaire biographique du Canada et s’était spécialisé dans la peinture québécoise du XIXe siècle, redécouvrant des peintres peu connus comme Henry Daniel Thielcke, un sujet qui l’avait passionné.

Lisez ici l'hommage rendu par John Porter : http://www.aufil.ulaval.ca/articles/courrier-1242.html


De Thielcke, voici ce que M. Karel m'a confié avant de mourir:

Bonjour M. White,

En effet, les épopées d'artistes sont une belle matière pour le romancier. La vie de Horatio Walker épouse presque parfaitement le scénario d'un Job des temps modernes. Mon dictionnaire regorge de mégalomanies et d'espoirs déçus, mêlés à quelques brillantes épopées. Quant à notre Thielcke, j'y entrevois un personnage talentueux mais entravé qui serait de l'ordre d'un témoin quasi anonyme de grands personnages et de grands événements. Il traverse les milieux variés où il a vécu comme un être passe-partout quasi invisible, alourdi, ralenti par des limites personnelles qu'il reviendrait au romancier de préciser, sinon même de concevoir.

Malheureusement, Henry Daniel T. devra attendre qu'un autre s'intéresse à lui, car ma propre fortune a connu, entre-temps, un revirement. Je me trouve aux prises avec une condition chronique qui n'augure rien de bon pour l'avenir, et qui me vaut d'avoir mis inopportunément un terme à ma carrière universitaire. Je fréquente encore ces lieux dans le but de fermer ce bureau, dont la documentation - tant historique que pédagogique - est en principe destinée à un dépôt en archive. Le processus de classement s'achève. Presque tout le matériel, revu et allégé de son bois mort, a été installée dans des boîtes, lesquelles sont empilées jusqu'au plafond.

Dans l'une de ces boîtes - relativement peu accessible pour le moment - se trouve le petit fonds Thielcke. Je pourrai facilement le repérer. Je vous laisserai volontiers une copie intégrale de mes recherches antérieures sur Thielcke (cependant, il n'est pas impossible que vous la possédiez déjà). Quant aux éléments plus récents - dont il se peut que vous ayez les originaux en main -, j'attends vos instructions. Sans autre nouvelle de vous, et advenant que tout se passe comme je veux, l'ensemble de mon grand fonds de recherche sera à bientôt la disposition des chercheurs.

Toutes mes félicitations pour le nouveau poste auprès du Journal de Québec.

Au plaisir de vous relire bientôt,

David K.

Il va de soi que j'ai relevé le défi. En mémoire de M. Karel et de Annie Fraser, j'ai décidé d'écrire un livre sur le peintre Henry Daniel Thielcke. Il sera intitulé «M. Thielcke». La rédaction est en cours. Publication prévue en 2012.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon