«De sueur et d'encre» à la Tohu : prouesses acrobatiques et créativité

Catégories

Début de l'événement

Image

Du 4 au 6 novembre 2021, le cirque Barcode présente le spectacle « De sueur et d'encre » à la Tohu. D'une durée de 75 minutes, « De sueur et d'encre » est une exploration de métaphores acrobatiques qui nous interroge sur le rôle de la mémoire et des rapports humains dans la construction de notre identité.

Conçu avec très peu d'accessoires physiques, le spectacle met à l'honneur toute la créativité dont ont dû faire preuve les 4 artistes circassiens ainsi que leur directrice générale, Sophie Picard. Les principales techniques utilisées ici sont le cerceau aérien, les boîtes à cigares, la barre russe et le main à main. On assiste donc à un voyage en 4 histoires entrecroisées où chaque artiste rivalise de prouesses techniques, afin de nous présenter des métaphores de vie imaginaire.

Sans temps mort, le spectacle livre tout un kaléidoscope de petites saynètes reliées au thème  Le rôle de la mémoire et des rapports humains dans la construction de notre identité. Ainsi, on assiste à certaines scènes statiques telles le dialogue entre un ordinateur et un être humain, où l'ordinateur enregistre systématiquement tous les souvenirs évoqués par l'homme. Cet outil qu'est l'ordinateur fait maintenant partie intégrante de nos vies et de notre identité! Dans une autre scène, on utilise à l'envi les post-it pour identifier et stigmatiser les individus.

Bien sûr, la très grande majorité des scènes sont des numéros circassiens de haute voltige, où les 4 athlètes montrent leur savoir-faire dans l'exécution de figures acrobatiques impressionnantes. On échappe des Oh! et des Ah! deci delà, en attendant que l'acrobate projeté dans les airs retombe sur ses pieds. La foule applaudit alors à plusieurs reprises durant le spectacle.

Personnellement, j'ai été impressionnée par la quantité de prouesses acrobatiques que l'on peut faire avec très peu d'accesssoires. Ainsi, la barre russe, qui est, en quelque sorte, un long morceau de bois flexible ressemblant à un simple long billot, permet quantité de sauts périlleux, d'acrobaties effectuées dans les airs, avant que l'acrobate ne retombe - comme si de rien n'était – les deux pieds sur la barre!...

Le cerceau aérien permet aussi quantité de prouesses acrobatiques. Ici, dans l'un des numéros, l'acrobate, tout enveloppée au début de vêtements, se dépouille graduellement de ces derniers, comme si elle se départissait de diverses couches de sa personnalité pour atteindre l'essence de son être... Le « main à main » permet également des prouesses d'équilibre hors du commun.

Un peu d'histoire

Trois des acrobates, Alex, Eric et Tristan, se sont rencontrés en 2009 à l’École Nationale de Cirque de Montréal, d'où ils sont sortis diplômés, respectivement en cerceau aérien, boîtes à cigares et portées acrobatiques. Tous trois férus de créativité, celle-ci jointe à un très haut niveau de technicité circassienne, ils décident alors de se rassembler autour de la barre russe, afin de former un trio d'acrobates. Ils rencontrent également Eve, qui œuvre alors en France, et qui se joindra au groupe. C'est à la même période qu'ils commencent à travailler avec Sophie Picard, alors directrice des opérations pour les 7 doigts de la Main et responsable du projet sur les quais du Vieux port de Montréal, et qu'ils fondent le cirque Barcode. Dès lors, ils ne se contentent plus d'être des interprètes, mais ils deviennent les créateurs de leurs numéros, tâchant sans cesse de trouver de nouveaux chemins créatifs dans l'art circassien.

Le spectacle « De sueur et d'encre » est présenté jusqu'au 6 novembre à la Tohu, à Montréal. D'autres spectacles suivront en novembre.

https://tohu.ca/fr/programmation/de-sueur-et-dencre