Daniel Moisan : faire d'une pierre deux coups

Catégories

Image

L'artiste multidisciplinaire de Québec vient de réaliser un exploit, soit de lancer le troisième roman de la série Lezardo Da Vinci et le cinquième album de son projet musical Mosquito-B.

Daniel Moisan revient de Londres mais d'abord de Saguenay, où il a participé au Salon du livre là-bas. Il se pince car il croit rêver. Après deux ans d'absence, les aventures de son personnage Lezardo sont de retour. Il a vu défiler les jeunes (et moins jeunes) fans, heureux de voir enfin arriver « Les abysses de Mörker », troisième épisode de la série La légende de Lezardo Da Vinci, publiée aux Éditions Sylvain Harvey à Québec.

« Nous avons eu près de 400 exemplaires de vendus, soit presque le double d'il y a deux ans. Vendre ce nombre de livres est exceptionnel dans ce genre d'événement », nous dit Daniel Moisan. En plus du succès remporté là-bas, le curieux homme-lézard fait des petits à travers la planète avec la publication prochaine de la série en Espagnol, laquelle sera disponible dans dix pays dont le Mexique, les États-Unis et l'Espagne.

L'entreprise Vélocité International (Les Pee-Wee 3D, Les Grandes Chaleurs) a fait l'acquisition des droits cinéma. Moisan est à écrire le quatrième et dernier volet de la série qui s'intitulera « L'Ire du kronophage » et qui devrait se retrouver en librairies à l'automne 2017.

Un cinquième album

Paralèlement à sa carrière d'auteur, Moisan est également à la tête du projet musical Mosquito-B dont le cinquième opus a également été lancé le 20 octobre dernier. Mixé et co-réalisé par Paul Northfield (Rush, Dream Theater, Emerson, Lake and Palmer) et mastérisé à Londres par le légendaire Ray Staff (Rolling Stones, Led Zeppelin, Supertramp, Muse) aux AIR Studios, Use Less U se veut la continuité de l'album précédent, Killing Mars, paru en 2011.

« C'est de la pop-rock britanique axée sur la mélodie et les guitares... beaucoup de guitares! », raconte le musicien. « J'ai eu la chance de travailler avec les meilleurs de l'industrie, des gars d'expérience avec qui j'ai énormément appris. Je suis très fier du résultat final », dit celui qui a fait plus de 24 spectacles en Angleterre dans les cinq dernières années. Use Less U se distingue également par son mode de distribution : « J'ai été sous contrat des années avec des labels et après mûre réflexion, face à cette industrie qui est en constante redéfinition depuis internet, j'ai décidé de lancer le produit de façon totalement indépendante, sans Itunes ni Spotify ou autres plateformes. Sans intermédiaire, je vends l'album à un seul endroit sur le web à une livre Sterling (1,61$). Ça paraît peu mais c'est plus que ce que je faisais par album vendu quand j'étais sous contrat. Il y a 25 ans, les compagnies de disque payaient tout, ce qui expliquait le peu de revenus des artistes. Aujourd'hui, ces derniers doivent fournir un album terminé, faire leur propre promotion et donner 50% de leurs droits en échange de contacts, de bonnes intentions et d'une présence sur Itunes et Spotify. Ça ne fonctionne plus. Le modèle d'affaires doit changer. Avec l'ère du numérique, les coûts ont grandement diminué. Le travail des artistes doit donc être mieux reconnu et rétribué en conséquence. », conclut celui qui ne regrette pas d'avoir fait le pari de l'indépendance.

La série Lezardo Da Vinci est disponible en librairies et l'album Use Less U se télécharge ici : www.1poundalbum.com