CRITIQUE - Le Dragon bleu de Robert Lepage : du cinéma sur scène

Catégories:

Le Dragon bleu, dernière pièce de Robert Lepage et Marie Michaud présentée au Trident du Grand Théâtre de Québec depuis le 13 janvier 2009 et au TNM de Montréal en ce moment, c'est comme du cinéma, mais sur scène. Cette pièce de deux heures, sans entracte, s'écoute donc comme un téléfilm et on ne s'ennuie pas une seconde.

Comme dans tous les univers de Robert Lepage, on retrouve ici une mise en scène épurée mais complexe, avec des structures en métal sur deux étages.

Robert Lepage et Marie Michaud prolonge ici la Trilogie des dragons (1985) en racontant l'histoire de Pierre Lamontagne (Robert Lepage), un artiste québécois exilé à Shanghaï en Chine depuis 15-20 ans. Lamontagne est un gars un peu blasé par la vie, et aussi un peu effacé voire taciturne. Une de ses ex-copines, Claire Forêt (la très belle Marie Michaud) débarque le visiter avant d'adopter une petite Chinoise. Leurs rapports ne sont pas simples et Lamontagne a encore des sentiments pour Claire Forêt, une femme d'affaires québécoise de 46 ans qui a réussi en marketing et publicité. Entre aussi en jeu l'artiste chinoise Xao Ling (Tai Wei Foo dans la vraie vie), qui est l'amante de Pierre Lamontagne. Un chassé-croisé se développe entre eux trois, et la pièce met en évidence la Chine moderne d'aujourd'hui, en parralèle avec un Québec qui fait du surplace.

Le Dragon bleu n'amène pas de profonde réflexion, mais son humour, sa facilité de compréhension, sa mise en scène visionnaire confirme encore une fois le désir de Robert Lepage de «réinventer le théâtre avec des nouveaux outils et langages». Dans Le Dragon bleu, on retrouve du vidéo, de la musique, des projections, des jeux d'ombre, l'utilisation de la calligraphie chinoise sur des écrans, des déplacements de mini-trains, des simulations de plateformes de gare de train, etc

La scène est à la fois l'appartement de M. Lamontagne, une galerie d'art, le centre-ville de Shanghaï, l'intérieur d'une carlingue d'avion ou encore un studio d'artiste.

La mise en scène est de Robert Lepage, qui joue avec brio un Lamontagne calme et un peu mal dans sa peau. La magnifique Marie Michaud rejaillit du lot avec son énergie, sa beauté et sa passion, et Tai Wei Faoo se fait découvrir avec sa fougue et sa jeunesse.

La pièce est jouée en français, en anglais et en chinois (surtitrée en français).

C'est une pièce magnifique, la meilleure de Lepage depuis bien des années, et bien supérieure à la Face cachée de la lune ou au Projet Andersen. C'est toujours un work in progress, mais ça semble assez achevé malgré tout.

Le soir de la première médiatique jeudi, il faut quand même avouer qu'il y eu quelques pépins techniques. On a en effet entendu et vu les employés en coulisse bouger, faire du bruit, et même sacrer... C'était assez dérangeant et énervant pour les gens assis à l'avant de la scène dans la salle Crémazie.

La production d'Ex Machina est présentée au Théâtre du Trident du 13 janvier au 14 février 2009. Au TNM, la pièce est présentée jusqu'au 30 mai 2009 :

http://www.tnm.qc.ca/saison-2008-2009/Le-Dragon-bleu/Le-Dragon-bleu.html

http://www.letrident.com/index.php/saison/ledragonbleu

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon