CRITIQUE : L’« Énéide » d’après Virgile dans une mise en scène d’Olivier Kemeid à l’Espace Libre

Catégories:

«Une épopée au fondement même de la culture occidentale ». La troupe des Trois Tristes Tigres nous présente leur lecture de l’Énéide par laquelle se donne à entendre et voir un travail notable d’adaptation et de transposition dans le temps.

On dirait que Kemeid a moins cherché à reproduire la forme datée du récit par un souci de transparence de la fidélité qui s’y efforce, qu’à vouloir en saisir par le biais de cette fidélité la substance intemporelle du discours quintessencié. « Est-il plus fidèle à la mémoire de faire entrer le passé dans le présent ou le présent dans le passé »?.

Il me semble important de poser cette question car si la transposition du récit dans le temps peut se valoir en elle-même sans égard à la référence, dans une telle éventualité elle perdrait du même coup sa fidélité. Une transposition sans fidélité ne tient plus comme transposition à proprement dit . Elle devient quelque chose d’autre, sa différence à part entière. Une création.

Le souvenir du récit d’Énée dans la longue errance qu’il entreprend avec les siens, nous rappelle immédiatement, nous communique une résonance contemporaine de nos politiques et des bouleversements géo-politiques sur la planète. À cet effet, la transposition n’est pas une nécessité pour rendre la pièce plus actuelle.

Si on est sensible aussi à une autre problématique qui guette le travail d’adaptation d’une pièce, en l’occurrence l’Énéide d’après Virgile ici, il peut y avoir autant mise en valeur de certains éléments de la lecture pour les porter davantage à notre attention, qu’il peut y apparaître une déconstruction du récit qui se vaudrait alors comme recréation. Il faut être vigilant face à ces possibles dérives. La pertinence n’est pas la fidélité.

La scène est recouverte de sable comme représentation des divers lieux physiques et symboliquement suggérant l’évanescent. Le jeu des comédiens est très physique. Chacun d’eux endosse une pléiade de rôles. Olivier Aubin est particulièrement convaincant et les autres comédiens défendent bien leurs rôles : Marie-Josée Bastien, Simon Boudreault, Eugénie Gaillard, Geoffroy Gaquère, Johanne Haberlin et Emmanuel Schwartz.

La coulisse fait partie de la scène où les comédiens se retirent, mais restent attentifs au déroulement continu du récit. Leur corps près du recueillement, leur écoute visible en coulisses participent pour les spectateurs qui peuvent en témoigner d’une conception du théâtre qui rappelle la représentation au réel.

Dans l’espace, imaginaire et réalité se confondent et dans la temporalité nous ne savons plus depuis quel temps l’événement « est ». Est-ce présent? Est-ce passé? La compréhension chronologique du temps saute, sans avant ni après, dévoilant une antériorité plus profonde que tout passé dans une ouverture du temps qui n’est limitée que par la vitalité impartie de l’incarnation comme si l’instant sur lui-même et se signalant de façon plénière jouait par l’oracle de la chair dans la profondeur de tous les temps- sorte d’éternité vivante.

La matérialité du temps qui se fait visible se confond à la blessure. C’est le récit d’une tragédie et comme toute tragédie les mortels se mesurent à l’indifférence des dieux qui les manipulent à bon gré ou mal gré. Contre la hauteur éternelle des dieux les hommes ne peuvent opposer que l’abîme de leur fatalité. Mais l’éternité des dieux sur les hommes pâlit face à la liberté des hommes qui la dépasse dans la mort. La grandeur se retourne vers les hommes.

« La quête des personnages de l’Énéide est une quête au nom d’un manque jamais comblé,[…]. […] Cette odyssée je n’aurais pu l’entreprendre seul. Il me fallait des amis très chers pour discuter, quatre planches et un peu de sable pour m’étendre, un manteau pour les nuits froides, une lumière pour éclairer le chemin… » nous confie Olivier Kemeid.

L’Énéide, d’après Virgile, à l’Espace Libre à Montréal jusqu’au 19 décembre

J.-S. BOISVERT
jeansebb@hotmail.com
collaboration spéciale

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon