Corteo : première réussie à St-Pétersbourg en Russie

Catégories:

À Saint-Pétersbourg, cette semaine, avait lieu la première européenne de “Corteo”, le show le plus poétique du Cirque du Soleil. L'action de la représentation se déploie dans l'imagination du clown. “Corteo” ("le cortège" en italien) – est une procession funèbre joyeuse, qui va sur les planches, et soudain décolle sous le Grand Chapiteau du cirque canadien.

Pour résumer, un clown fait ses adieux à ses amis: des acrobates, des jongleurs, des gymnastes, sans compter les femmes bien-aimées et... les souliers (qu'il a oublié de chausser), et qui vont maintenant seuls, sans propriétaire. Mais ils ne lui sont plus nécessaires ici-bas puisque quatre anges planant dans l'air lui jettent l'escalier au ciel, sur lequel il monte, dans les airs, au ciel, et le chœur lui chante une chanson d'adieu à la Terre.

Là, sont restées ses tragédies de vie "d`une petite personne" au «teatro intimo» de rue, les supplices de la création qu`il ne voulait pas révéler à l'oeil étranger, le rire, les joies et "les larmes invisibles au monde". Ici, maintenant, quand le clown s'éloigne de la Terre, il n'est pas clair s`il est déjà l'ange ou encore l`homme.

“Corteo” - la procession carnavalesque de Fellini, la fantasmagorie où les illusions se mélangent avec la vie véritable et les rêves deviennent la réalité. Les anges descendent sur la terre et les gens volent vers les cieux. C'est le spectacle dans lequel voisinent avec succès et se correspondent tous les genres imaginables: la clownerie, les numéros uniques d’acrobatie, la comédie musicale, les danses du funambule sur son fil de fer, les trucs mortels et les attractions féériques…

Tout cela ressemble au sommeil. Mais en effet, le cirque, au dire de Fellini, c'est un sommeil… magique en réalité. Comment ne pas approuver ça?

Ekaterina Bayukina, collaboratrice en Russie

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon