Le pianiste Gérard Hébert est mort

Catégories:

Je tenais à vous informer du décès du pianiste de jazz Gérard Hébert survenu hier soir le 5 avril à sa résidence de Beauport. Dans les années 1970 il a formé le trio de jazz Gérard Hébert avec Vic Angelillo et Phil Gagnon. Il a accompagné au piano entre autre Ginette Reno et Gilles Vigneault . Il a bien connu Gérard Thibault dans les années du cabaret Chez Gérard à Québec.

Il a également joué pendant plusieurs années à l'Hotel Le Clarendon à Québec faisant un grand succès de leurs soirées de jazz. Il a joué également au Palais Montcalm etc...

Gérard était un grand musicien, un grand pianiste et un grand Québécois.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Commentaires

Gérard Hébert cet inconnu...par Pierre Boivin (Saguenay)

Ça faisait un bail que je n’avais pas entendu parler de Gérard, presqu’une vingtaine d’années. En ouvrant le journal du 5 avril 2010, j’apprends qu’il est décédé le même jour mais en 2009. Je n’ai pas été surpris d’apprendre sa mort survenue un an plus tôt car il n’était pas en très bonne santé mais le fait de l’apprendre un an plus tard m’a donné un sale coup, car Gérard était avant tout un ami que j’ai connu grâce au jazz . Ça remonte au début des années ’80 alors que Gérard se produisait avec son trio à l’hôtel Le Roussillon de Jonquière. Il a été là pendant presqu’un an à faire danser la clientèle avec des rythmes qui s’apparentaient plus au jazz qu’à la musique populaire. La première fois que je suis entré dans le bar, j’ai été immédiatement séduit par le trio de Gérard. Alors, je suis devenu un habitué de ce bar et finalement, je suis devenu son ami. On a parlé jazz pendant des heures et des heures, j’ai même travaillé à produire des soirées de jazz les lundis soirs (3 si je me souviens). Il n’y avait pas beaucoup de monde mais ceux qui étaient là savouraient sa musique et Gérard se comportait comme un poisson dans l’eau en jouant les classiques du jazz américain, de « Take Five » de Brubeck jusqu’au puissant « On Green Dolphin Street ». Ça m’avait donné le goût d’apporter mon attirail électronique pour enregistrer tout ça et je viens de retrouver tous ces rubans que je vais numériser prochainement. Je me souviens également que Gérard m’avait donné un ruban d’une émission que Radio-Canada avait réalisé au Club Le Jazzé de Québec avec les fans du milieu. Quelle belle époque!. Gérard a toujours été un marginal du jazz au Québec depuis ses débuts au Picardie de Chicoutimi en 1960. Tout comme Errol Garner, il ne lisait pas la musique. Il n’a jamais enregistré de disque mais je garde précieusement le souvenir d’un des plus grands musiciens de toute l’histoire du jazz au Québec.

Trio de jazz Gérard Hébert au Picardie de Chicoutimi

Je suis à écrire une auto-fiction dont une partie de l’action se déroule dans cette ville.
Je me suis rappelée la nuit dernière du trio de jazz que j’allais entendre au début des années soixante. Grâce à Google, j’ai trouvé le nom du trio, je cherchais celui de Vic Angellino, et j’en ne me souviens pas du troisième musicien. Était-ce Phil GAGNON?
Merci

Pages

Ajouter un commentaire