Clap de fin pour l’Excentris ?

Catégories

Image

Depuis ce matin, la rumeur court sur les réseaux sociaux de l’arrêt des activités du cinéma du Boulevard Saint Laurent. Celui-ci confirme dans un Tweet (supprimé quelques instants après) une fermeture temporaire et précise que le « cinéma en ligne demeure actif ». Un communiqué officiel a suivi: «C’est avec un grand regret que le conseil d’administration de Cinéma Parallèle, opérateur d’Excentris depuis 2011, annonce la suspension provisoire des activités en salle à compter de ce jour, par le dépôt d’un avis d’intention de faire une proposition à ses créanciers. »

Hier et jeudi devaient avoir lieu des projections du festival de court-métrage « Ca s’ra pas long », les utilisateurs Facebook ont pu voir apparaître le message de Serge Abiaas (La Distributrice de films) sur la page de l’événement : « Le cinéma Excentris nous apprend qu'il ferme ses portes, indéfiniment, à partir aujourd’hui. La nouvelle est tombée comme un couperet, et sera sans doute relayée plus en détails par les medias dans les heures à venir. Notre projection de courts métrages est par le fait même annulée. »

Francois Delisle quant à lui a exprimé sa profonde inquiétude : « Le Cinema Excentris ferme ses portes aujourd'hui. Pour de bon, il parait. Une catastrophe pour les cinéphiles et le cinéma d'ici. La rétrospective de mes films est interrompue. Nous faisons le tout pour le tout pour la re localiser. »

Redirigé vers le site de l’ONF

Quelques minutes après les messages d’Abiaas et Delisle, le site officiel de l’Excentris renvoyait vers celui de l’ONF où s’affiche la possibilité de louer en ligne un film parmi la sélection de l’Excentris. Cette stratégie numérique en partenariat avec L’Office national du film a vu le jour en janvier dernier, alors que l’établissement peinait déjà à survivre. En 2014, le Cinéma Excentris avait eu recours au sociofinancement et obtenu une contribution financière de 50 000$ du Plateau-Mont-Royal.

Dans le communiqué de presse, l'établissement évoque la complexité de survie financière et la prise de risque à défendre un cinéma de niche dans sa diversité:

"La santé financière d’Excentris est donc directement proportionnelle à sa capacité à s’approvisionner auprès des distributeurs en films d’auteur à plus large portée. Et c’est là que le bât a blessé. Malgré ses efforts, c’est à armes inégales qu’Excentris a dû faire face à la forte concentration de la distribution et de la diffusion de films au pays. Les difficultés pour obtenir ces titres se sont manifestées dès la réouverture en 2011 et se sont amplifiées depuis cet été, avec des modifications rapides des stratégies commerciales de mise en marché des films."

La question en suspens est de savoir le temps de fermeture de cet étendard du cinéma d’auteur. En attendant, le Cinéma Excentris affirme étudier "différents scénario" pour la suite des opérations.