Cinquante-quatre journalistes ont été tués en 2004

Cinquante-quatre journalistes ont été tués cette année dans l’exercice de leur métier, ce qui fait de 2004 l’année la plus meurtrière pour la profession depuis dix ans, selon le Comité pour protéger les journalistes.
D’après cette association, l’Irak est le pays le plus dangereux avec 23 morts cette année contre 13 en 2003. La plupart étaient des reporters irakiens, tués par des insurgés alors qu’ils travaillaient pour des médias étrangers.
Viennent ensuite les Philippines, où huit journalistes ont été tués cette année. Le bilan n’inclut pas les reporters morts de maladie ou dans des accidents. Le Comité pour protéger les journalistes a commencé ses statistiques il y a 12 ans. Jusqu’à présent, l’année la plus meurtrière a été 1994: 66 journalistes avaient été tués, la plupart en couvrant les conflits en Algérie, au Rwanda et en Bosnie.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon