Charlie Winston, le charme du troubadour

Catégories

Début de l'événement

Image

Vendredi soir au Théâtre Corona, Charlie Winston et ses invités donnaient la première prestation montréalaise de la tournée canadienne pour son récent album Running Still. Il y a également une dernière représentation le 28 janvier, mais celle-ci est complète. Avis aux chanceux qui possèdent déjà des billets, c’est tout un show qui vous attend.

Charlie Winston est un artiste complet qui marie avec talent une diversité de styles passant du folk, au funk, à la pop accompagnée de quelques passes de rock. Le spectacle est beaucoup plus qu’une simple reprise de l’album. L’artiste interprète avec un plaisir évident chaque chanson dans un style distinct entouré de ses acolytes avec qui il partage une franche complicité qui se transmet spontanément de la scène au public entassé du Théâtre Corona. Affublé de vêtements dépareillés, Charlie Winston s'est présenté sur scène au coup de 22 h avec l'énergique Wild ones. Tel un troubadour, il maîtrise parfaitement l'art de la scène et du divertissement. D’ailleurs, il faut voir le chanteur s’improviser magicien, faire des mimiques faciales tout en jouant du clavier, manier le beat box avec aisance, encourager à la foule à l’accompagner dans sa joyeuse folie et au grand bonheur des francophones reprendre la chanson Au Suivant de Jacques Brel entièrement en français. Énergique, humble, polyvalent et polyglotte, Charlie Winston est un vrai charmeur.

Bien que son récent album ait été mis de l’avant, dont la majorité des chansons furent jouées, les spectateurs ont également eu le droit aux grandes réussites de son second opus, tel que Like a Hobo, The Bucket et In Your Hands, pour laquelle il a plongé parmi la foule ce qui a pour effet de relancer la fête de plus belle. Il était impossible de rester insensible à tant d’enthousiasme. L’artiste a porté le spectacle pour plus d’une heure et demie offrant un rappel généreux puisque manifestement il ne voulait point mettre fin à l’ambiance festive solidement établie entre sa troupe et ses fans fidèles.

Charlie Winston, qui avait déjà réussi à établir solidement sa popularité au Québec, a certainement conquis le cœur de plusieurs autres hier soir. Des artistes d’une telle générosité on ne peut qu’en redemander.

Premièrement partie : Current Swell

J’ai trouvé tout à fait charmant que Charlie Winston monte sur scène en début de soirée pour présenter la première partie, le groupe Current Swell, de bons amis à lui de toute évidence. Ce quatuor canadien dont la musique est majoritairement folk, agrémentée de passages rock et pop rappelle tantôt Mumford & Sons, tantôt John Mayer pour ses balades et même parfois de Black Keys pour leurs rifts secs de guitare. Si je fais autant de comparaisons, ce que je juge en mon sens que le groupe possède du bon matériel, mais rien qui se démarque au point de leur attribuer une personnalité propre. Malgré tout, ils ont réussi à remplir leur mandat en réchauffant la foule par leur énergie sur scène.

Liens vers les sites officiels des artistes :
Charlie Winston : www.charliewinston.com
Current Swell : www.currentswell.com

Catherine Matusiak