«Camping tout inclus» : rire à tout prix...

Catégories

Début de l'événement

Image

J'avais décidé de sortir de ma zone de confort et d'aller voir une pièce de théâtre d'été, afin de vivre autre chose que les pièces habituelles (TNM, Théâtre du Rideau vert, etc.) En cette période estivale de post-Covid, j'avais envie d'expérimenter quelque chose de plus léger. J'avoue que j'ai été déstabilisée à souhait, avec Camping tout inclus, au Théâtre des Hirondelles à Saint-Mathieu-de-Beloeil.

Le texte et la mise en scène sont de Francis Vachon. Il faut s'attendre ici à une bonne dose d'absurdité et de folie... Laissez votre esprit critique au vestiaire, car il ne servira pas du tout! On entre ici dans un monde complètement déjanté, où les situations cocasses, absurdes et sans queue ni tête se succèdent et se bousculent à un rythme effréné et ce, dans un seul but : faire rire le public! Tous les genres d'humour sont ici utilisés : humour de situation, humour absurde, exagération des travers des personnages, critique sociale légère, incursion dans le monde imaginaire, quiproquos, etc. Tous ces types d'humour s'entremêlent et se succèdent sans établir de liens entre eux ni avec les situations. Est-ce que ce maëlstrom parvient à faire rire le public? Je dirais que non... En fait, pas vraiment... Ça dépend des gens, bien sûr... J'ai entendu rire à certaines reprises, mais dans l'ensemble, on est surtout surpris par le degré d'absurdité contenu dans la pièce. La faiblesse réside dans le scénario, qui n'a aucune consistance. Il n'y a pas d'histoire, contrairement à d'autres pièces de théâtre d'été auxquelles j'ai assisté et qui ont une intrigue. Ici, pas de début, pas de fin et aucune intrigue... On assiste seulement à une suite ininterrompue de situations absurdes et déjantées.

Tout l'accent est mis sur les personnages. Ces derniers sont extrêmement typés, quétaines à souhait, à l'image de plusieurs Québécois rencontrés sur les terrains de camping très kitch. On a le « Gino » épais,macho, qui mesure son succès à l'aune de la grosseur de sa roulotte... C'est un peu le Elvis Gratton des terrains de camping québécois. Sa femme est aussi superficielle que lui... Quant aux propriétaires du camping, ils s'entendent très bien avec ce couple...

Voici quelques mises en situation diverses que l'on retrouve dans cette pièce qui se définirait davantage comme un collage de scènes qu'une pièce de théâtre structurée. Dans l'ordre ou le désordre, on a le gourou yogiste, qui ne désire, au fond, qu'usurper les propriétaires de leur terrain de camping; on a aussi le concours de grosseur de BBQ et de saucisses. On a les deux madames qui rient pour rien, lorsqu'elles ont un petit coup dans le nez et qui comparent leurs accessoires de camping achetés chez Walmart... Bref, la quintessance des Québécois...

Enfin, si vous avez un besoin irrépressible de rire et que vous n'êtes pas trop « regardants » sur la matière en question, cette pièce est pour vous...

Avec Sophie Bourgeois, Sylvie Potvin, Patrice Coquereau, Denis Houle et Jean-Marc Dalphond.

Crédit photo : Marie-Paule Blais

Soulignons qu'avant la pièce et à l'entracte, la chansonnière Emilie Janvier nous entretient de belle manière avec sa guitare et ses chansons.

https://www.theatredeshirondelles.com/