Brigitte Haentjens à la direction du Théâtre Francais du CNA pour encore deux ans

Catégories

Le Centre national des Arts (CNA) a annoncé aujourd’hui le prolongement de deux ans – soit du 1er septembre 2016 au 31 août 2018 – du mandat de Brigitte Haentjens à titre de directrice artistique du Théâtre français.

En septembre 2012, Brigitte Haentjens devenait la première femme depuis la création du CNA en 1969 à accéder à ce poste prestigieux, succédant à des grands noms du théâtre, dont Jean Herbiet, André Brassard, Robert Lepage, Jean-Claude Marcus, Denis Marleau et Wajdi Mouawad.

« Depuis son arrivée au CNA, Brigitte Haentjens a réussi à transmettre sa vision singulière du théâtre, affirme Peter Herrndorf, président et directeur général du CNA. Nous sommes ravis de savoir qu’elle restera des nôtres jusqu’en 2018 pour assurer la direction artistique d’un département aussi dynamique et rayonnant que le Théâtre français. Brigitte est un mentor exceptionnel pour les créateurs de théâtre, autant au Canada qu’à l’étranger. Curieuse, sensible, fine conseillère, elle rencontre et appuie régulièrement des auteurs, des comédiens et des metteurs en scène émergents. Nous sommes fiers qu’elle fasse partie de la grande famille du CNA. »

« Je suis honorée de la confiance que Peter Herrndorf me manifeste, témoigne Brigitte Haentjens. Pour moi, travailler au sein de l’équipe du Théâtre français est un privilège. Les quatre saisons auront passé si vite, elles ont été si riches de rencontres avec les artistes et le public, et il me reste tant à faire ! »

Parmi ses choix artistiques qui ont été des gages de succès, mentionnons la présentation de l’événement rassembleur Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent dirigé par Loui Mauffette et celle en première nord-américaine de deux créations de l’auteur et metteur en scène français Joël Pommerat, figure majeure du théâtre contemporain : La réunification des deux Corées, puissante et sublime méditation sur le thème de l’amour, et Cendrillon, lecture ingénieuse et audacieuse du célèbre conte.

Brigitte Haentjens a également invité de nombreux artistes qui, pour la première fois, « foulaient les planches » du CNA. Pensons à la metteure en scène Catherine Vidal (Le grand cahier), au metteur en scène Alexandre Fecteau (Changing Room), à l’auteur Olivier Kemeid (Moi, dans les ruines rouges du siècle) et à la comédienne Magali Lemèle (Je n’y suis plus). Elle a accueilli tant des créations fortes (Un et Deux de Mani Soleymanlou, Une vie pour deux d’Evelyne de la Chenelière) que des œuvres phares (Oulipo Show de Denis Marleau, Albertine, en cinq temps de Michel Tremblay, mis en scène par Lorraine Pintal).

Les programmations et les activités du Théâtre français témoignent des normes d’excellence très élevées de la directrice artistique et de sa détermination à présenter la crème du théâtre et à signer des coproductions avec des compagnies de théâtre de langue française parmi les plus importantes du Canada (tels le Théâtre du Nouvel-Ontario à Sudbury avec Zesty Gopher s’est fait écraser par un frigo et le théâtre l’Escaouette à Moncton avec Visage de feu et Le long voyage de Pierre-Guy B). Parmi les spectacles qui ont fait sensation au cours des derniers mois, nommons Molly Bloom mis en scène par Brigitte Haentjens avec la pétillante Anne-Marie Cadieux et Kiss & Cry, une œuvre remarquable conçue par un groupe d’artistes belges, dont Michèle Anne De Mey et Jaco Van Dormael. Encore à venir cette saison : la nouvelle version des Aiguilles et l’opium de Robert Lepage, créé au CNA il y a plus de vingt ans, et la présentation très attendue de Richard III de Shakespeare, mis en scène par Brigitte Haentjens.

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Originaire de Versailles, Brigitte Haentjens a fait ses études théâtrales à Paris, chez Jacques Lecoq, avant de s’installer en Ontario en 1977. Elle y est rapidement devenue une des chefs de file de la création artistique franco-ontarienne, à Ottawa puis à Sudbury, où elle a dirigé le Théâtre du Nouvel-Ontario pendant huit ans. En 1991, elle s’installe à Montréal où elle se fait rapidement connaître pour ses mises en scène au style percutant, original, personnel. Elle assure jusqu’en décembre 1994 la direction artistique de la Nouvelle Compagnie Théâtrale ; elle y signera des programmations brillantes et des spectacles retentissants, dont Caligula d’Albert Camus (1993). De 1996 à 2006, elle codirige le Carrefour international de théâtre de Québec. Sa soif de liberté artistique la mène à fonder en 1997 sa propre compagnie de théâtre, Sibyllines. D’une production à l’autre, elle ne cesse de parler de la venue à l’écriture, de l’accès à la création, de ce qu’il faut de courage et de détermination pour parvenir à dire « je », sans concessions aux désirs des autres. Identité, sexualité, pouvoir : tels sont depuis toujours les trois pôles d’attraction, les trois obsessions de Brigitte Haentjens. En plus de trente-cinq ans de carrière, elle a signé une cinquantaine de mises en scène et remporté plusieurs récompenses, dont le prix Siminovitch et le prix Gascon-Thomas en 2007.

SPECTACLES DE BRIGITTE HAENTJENS AU CNA

Dès les années 1980, le public du Théâtre français a pu assister à plusieurs lectures et spectacles mis en scène par Brigitte Haentjens, dont deux créations marquantes du Théâtre du Nouvel-Ontario coproduites par le Théâtre français : Nickel (coécrit avec Jean Marc Dalpé) en mars 1984 et Le chien de Jean Marc Dalpé en avril 1988. D’elle, deux mises en scène de pièces pour jeunes publics ont aussi été présentées : Des yeux au bout des doigts de Louise Painchaud en février 1987 et Hippopotamie de Louise Bombardier en novembre 1992. En 2002-2003, le Théâtre français, sous la direction artistique de Denis Marleau, lui offre une « carte blanche » en présentant trois de ses mises en scène : La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès, avec James Hyndman, en octobre 2002, puis Farces conjugales, deux courtes comédies de Feydeau, et L’éden cinéma de Marguerite Duras en mai 2003. Depuis, le Théâtre français a accueilli la majorité de ses créations : son adaptation et sa mise en scène de La cloche de verre de Sylvia Plath en décembre 2004 ; l’événement théâtral Tout comme elle, d’après un texte de Louise Dupré, avec cinquante actrices, en octobre 2006 ; Vivre, d’après l’œuvre et la vie de Virginia Woolf, en avril 2007 ; Woyzeck de Georg Büchner en février 2010 ; L’opéra de quat’sous de Bertolt Brecht et Kurt Weill en février-mars 2012 ; Le 20 novembre de Lars Norén en mars 2013 ; La nuit juste avant les forêts avec Sébastien Ricard en mai 2013 ; Ta douleur, un spectacle chorégraphique conçu en collaboration avec Anne Le Beau et Francis Ducharme, en décembre 2013. Brigitte Haentjens a aussi dirigé au printemps 2007 le sixième Laboratoire du Théâtre français auquel elle a donné comme titre L’acteur vertical.