Bon Iver, c'est bien

Catégories

Image

Lundi soir, le groupe aux quatre nominations aux prochains Grammy Awards (dont celle de la meilleure chanson pour le titre Holocene), se produisait sur les planches du Métropolis.

Lianne La Havas

C'est la chanteuse anglaise Lianne La Havas qui avait la délicate tâche de mettre en jambes le public et cela, seule avec sa guitare. Même si les chansons sont servies par une voix lumineuse (qui rappelle fortement celle de Martina Topley Bird), leur originalité reste relative. Les thèmes tournent autour de l'amour et de la haine et les compositions sont assez monotones. Un papillon pas encore totalement sorti du cocon.

Justin Vernon et les autres

Accueillis comme des demi-dieux, c'est sur Perth que les musiciens ont entamé le concert, magnifiquement interprété et transcendé par la section cuivre qui produisait des réflexes pilomoteurs à chaque amorce du refrain éclatant. Le groupe annonce la couleur dés le premier morceau.
L'explosion musicale se poursuit avec Minnesota, WI et Towers où la voix de Justin Vernon s'envole littéralement.

Quelque peu déçu par l'album, ce concert a contrebalancé mon opinion sur la qualité des compositions, créant une sorte d'ascenseur émotionnel me mettant dans le désarroi critique le plus total. Alors, Bon Iver, c'est bien ou c'est pas bien? me demandais-je accoudé dans les 50 cm2 restants dans un coin poussiéreux du balcon droit.
À mon sens, certains titres tels que Hinnom, TX ou Beth/Rest reléguaient l'opus au rang de bande-originale de mauvais documentaire animalier mais, sur scène, ils prennent une dimension totalement différente. Les huit musiciens qui accompagnent Justin Vernon sont incroyables, les introductions et les finales sont éclatantes et poussent un peu plus loin le côté déjà bien planant des morceaux, contribuant grandement à la création de cette atmosphère spéciale qui se dégage de la musique de Bon Iver.
Le spectacle est rodé et les acteurs savent comment électriser une foule et amener le public ailleurs, un peu plus loin que sur l'album.

Alors oui, Bon Iver c'est bien, mais en concert c'est mieux.

Fabien Boileau