Bloc Party, du rock en pleine tronche!

Catégories

Image

Bloc Party_

Le groupe de rock indie anglais, Bloc Party, est venu décaper la scène du Métropolis jeudi le 6 juin dernier. Leur précédent passage fut très remarqué lors du Festival Osheaga 2012 lorsque le groupe avait offert l’une des prestations les plus enflammées de la fin de semaine. Disons que les attentes étaient hautes, et bien qu’ils n’ont pas réussi à atteindre le sommet connu à Osheaga, ils ont tout de même offert une performance solide, rodée au quart de tour qui a su brasser les tympans des fans montréalais.

Un spectacle assurément plus rock que l’électro présenté sur leurs albums, les quatre membres de Bloc Party n’ont pas lâché le tempo d’une semelle au plaisir de la foule du parterre qui s’en donnait à cœur joie dans les « mosh pits ». Personnellement, j’aurais joué davantage dans la liste des chansons (setlist) en y ajoutant des pièces plus mélodieuses telles que Silent Alarm afin de couper la cadence qui roulait à fond le train. Le groupe a joué la plupart des pièces de leur plus récent et en quatrième album, nommé très originalement Four. Cependant celui-ci n’a pas la résonance de trois précédents. Heureusement, ils ne nous ont pas privés des classiques tels que Banquet, Hunting for Witches et Helicopter.

De toute évidence, le groupe avait l’air heureux de fouler les planches du Métropolis et les membres étaient en grande forme. D’ailleurs, une mention honorable pour le chanteur qui transmettait une énergie contagieuse et qui ne rechignait pas à échanger avec les fans. Un bon contact avec la foule n’est pas à négliger.

À la suite d’une performance dense, mêlée de distorsions de guitares et parfois même d’envolées psychédéliques, le groupe est revenu avec deux rappels en terminant avec une nouvelle pièce résolument funky et la très touchante Modern love.
Bien que ces bêtes de scène soient à leur meilleur lors de concerts extérieurs, les quatre membres ont réussi à lâcher avec conviction une tonne de rock sur les fans rassemblés au Métropolis.

Bear Mountain

Groupe anglais plus électro que leurs comparses de Bloc Party, ce quatuor présente une musique bien de leur temps. Projections indéchiffrables sur des toiles triangulaires combiné à un son électro majoritairement marqué de notes de claviers, ils ont réussi à réchauffer la foule sans nécessairement réussir à se positionner comme nouveau groupe à suivre.
Leurs chansons semblaient faire partie d’un seul et même bloc, dont les rythmes ne se distinguaient pas assez l’un de l’autre. Une musique agréable à écouter en fond, mais sans élément accrocheur.