Blair dément avoir eu connaissance d’un projet d’attaque américaine contre le siège d’Al-Jazira

Le premier ministre britannique Tony Blair a affirmé lundi qu’il n’avait reçu aucune information laissant penser que les Etats-Unis avaient eu l’intention de bombarder le siège de la chaîne de télévision Al-Jazira en 2004.
La semaine dernière, le quotidien britannique «Daily Mirror» avait publié un document présenté comme la transcription d’une rencontre en avril 2004 entre Tony Blair et George W. Bush au cours de laquelle le président américain aurait envisagé d’attaquer le siège de cette chaîne panarabe par satellite, à Doha, au Qatar.
Le journal, citant des sources non identifiées, avait écrit que, lors de cette rencontre, Blair s’était montré hostile à une telle attaque. Ces sources divergeaient toutefois pour savoir si les propos de Bush étaient une plaisanterie ou si elles devaient être prises au sérieux.
L’affaire qui fait grand bruit en Grande-Bretagne a conduit le député Adam Price à poser une question parlementaire écrite au Premier ministre, qui a été rendue publique lundi. La question était la suivante: «Quelle information avez-vous reçu à propos d’une action que l’administration américaine proposait de prendre contre la chaîne de télévision Al-Jazira?"
La réponse de Tony Blair a tenu en un seul mot: «aucune».
Deux personnes -un fonctionnaire, David Keogh, et un ancien attaché parlementaire, Leo O’Connor- doivent comparaître mardi devant un tribunal britannique dans le cadre de l’enquête sur la fuite ayant permis au «Daily Mirror» d’obtenir une transcription de ce document.
Durant la guerre en Irak et les mois qui ont suivi, la chaîne Al-Jazira a diffusé des reportages critiques sur la présence américaine en Irak ainsi que des vidéos et enregistrements de responsables d’Al-Qaïda.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon