Beate et Serge Klarsfeld livrent leurs «Mémoires» dans une biographie croisée

Catégories

Image

Beate et Serge Klarsfeld «Mémoires»

Le mythique couple de «chasseurs de nazis», Beate et Serge Klarsfeld, s'est rencontré sur un quai de métro parisien en 1960. Beate, fille de soldat de la Wehrmacht et Serge, fils d'un juif roumain, mènent depuis ce jour un combat acharné pour empêcher d'anciens nazis d'accéder à des postes à haute responsabilité. Ils racontent dans «Mémoires» leurs quarante-cinq années de militantisme.

Beate Klarsfeld, jeune, ne se connaissait pas, et ne cherchait pas à se connaître. Élevée dans les ruines de Berlin, elle était insatisfaite de sa vie. C'est pourquoi son départ pour Paris l'enchantait. La rencontre avec Serge, diplômé d'études supérieures d'histoire à la Sorbonne, lui ouvre tout un univers. Le jeune homme a grandi dans une situation précaire, sans cesse menacé par les arrestations menées contre les juifs à Nice, dont son père a fait les frais en 1943.

Soutenue par son mari devenu avocat, la méthode favorite de Beate était le coup d'éclat permanent. Avec ses actions, elle est rapidement devenue le symbole de la jeune génération allemande. Les responsables de la Shoah ont été traqués et trainés devant les tribunaux, et la mémoire des victimes de la déportation, notamment des juifs de France, a été défendue grâce au couple Klarsfeld.

Leur histoire est touchante et très détaillée. Le couple a vécu dans deux réalités parallèles avant leur rencontre, et leur rapprochement a déclenché leur besoin de se battre. Ni les menaces ni les arrestations - notamment lors de leur tentative d'enlèvement de Kurt Lischka, ancien responsable de la Gestapo – n'ont fait ployer un engagement sans cesse renouvelé jusqu'à aujourd'hui. Leur biographie relate tous les combats menés avec moult détails et sincérité. «L'histoire est imprévisible : on ne peut ni concevoir ni prévoir les événements politiques», met en garde Serge Klarsfeld.

Le couple est toujours très actif sur le front de la mémoire. «Mémoires» est publié chez Fayard Flammarion.