Ballet de Lorraine au Centre national des Arts à Ottawa

Catégories:

Le Ballet de Lorraine de France propose un survol étincelant et d’accès facile des courants modernes en danse – de 1921 à 2008 – avec La Nuit des Interprètes, dans l’espace intime du Studio du CNA, les jeudi 8, vendredi 9 et dimanche 10 mai 2008 à 20 h. Les chorégraphes au programme sont Meredith Monk, Isadora Duncan, Françoise Sullivan, Martha Graham, Jean-Pierre Perreault, Russell Maliphant, Dominique Bagouet, Mathilde Monnier, Jean‑François Duroure et Paul-André Fortier (nouvelle création).

L'Ambassade de France est fière d'apporter son soutien à la représentation à Ottawa de La Nuit des Interprètes du Ballet de Lorraine.

« Follement brillant et inventif (…) magnifique chorégraphie. » L'Est Républicain

[Mama, Monday, Sunday or Always :] « (…) les danseurs de [Mathilde] Monnier si profondément engagés dans son univers de fantaisie et exécutent ses pas piégés avec une telle aisance (…) quand des danseurs ont autant de plaisir, on ne peut que les accompagner dans cette voie. » Judith Mackrell, The Guardian (Londres), 1er novembre 2002

« Le Ballet de Lorraine, malgré son nom, se situe quelque part entre une compagnie de danse contemporaine et une compagnie de ballet. Elle nous est apparue comme une compagnie fort aimable qui présente un répertoire varié et intéressant. Ce fut un soirée follement divertissante, avec quelques morceaux de musique enregistrée ben choisis mettant en évidence un climat théâtral avec un net penchant pour l’autodérision. » Lynette Halewood, ballet.co magazine, octobre 2002

Le programme regroupe les œuvres suivantes :

Break (1964) – 8 minutes 50 secondes
Chorégraphie : Meredith Monk
« [Je m’attache à créer] un art qui abolit les frontières entre les disciplines », explique la chorégraphe Meredith Monk; « un art qui, en retour, illustre l’ouverture – de la pensée, de la perception, de l’expérience… Un art qui exprime ces émotions que les mots ne peuvent nommer et que nous peinons à nous remémorer; un art qui atteste l’existence d’un monde émotionnel, à une époque et dans une société où l’on cherche systématiquement à éradiquer l’émotion. »

La Mère (1921) – 2 minutes 50 secondes
Chorégraphie : Isadora Duncan; musique : Scriabine
Ce solo fait partie d’une série de danses, Impressions de Russie, inspirée par trois études de Scriabine. Isadora Duncan créa cette œuvre quelques mois après son arrivée à Moscou, où elle s’était rendue pour créer une école de danse. Dans un morne paysage russe, les harmonies mystiques de Scriabine constituent l’accompagnement désolé qui convient pour le chagrin d’une mère endeuillée.

Étude révolutionnaire (1921) – 2 minutes 18 secondes
Chorégraphie : Isadora Duncan; musique : Scriabine
Également tiré des Impressions de Russie, ce solo inspiré par des événements historiques reflète l’engagement social et politique passionné de Duncan. Dans un affrontement imaginaire, une femme seule martèle l’air et le sol de ses poings et de ses pieds; le rythme martelé s’accélère jusqu’à ce que, tout à coup, ses chaînes se rompent. L’avenir s’ouvre devant elle et elle l’accueille avec avidité, brandissant le poing en signe de défi tandis que la danse s’achève.

Dédale (1947) – 5 minutes 25 secondes
Chorégraphie : Françoise Sullivan

Black and Tan (1948) – 5 minutes 20 secondes
Chorégraphie : Françoise Sullivan; musique : Duke Ellington
La célèbre chorégraphe, danseuse et artiste pluridisciplinaire Françoise Sullivan compte parmi les signataires du Refus global, l’important manifeste artistique lancé en 1948. Pionnière de la danse moderne au Québec, son catalogue d’œuvres riche et varié lui a attiré de nombreux prix et distinctions, y compris l’Ordre du Canada et l’Ordre du Québec.

Lamentation (1930) – 3 minutes
Chorégraphie : Martha Graham; musique : Zoltán Kodály, Neun Klavierstücke, opus 3, numéro 2
Lamentation est une « danse de la douleur » – non pas celle d’une personne, d’un moment ou d’un lieu précis, mais plutôt une expression physique de la douleur en soi.

Les Ombres dans ta tête (1996) – 17 minutes
Chorégraphie : Jean-Pierre Perreault; musique : Bertrand Chénier
L’univers créatif de Jean‑Pierre Perreault est intimiste et néanmoins social, à la fois fragile et puissant. Ses œuvres nous invitent à explorer la nature humaine, évoquant pour le spectateur « chaque fois ce sentiment d'être témoin, mais concerné, hors l'intrigue mais reproduit, ignoré mais signifié » (Aline Gélinas, Cahiers de théâtre JEU, 1988).

Two – 8 minutes
Chorégraphie : Russell Maliphant; musique : Andy Cowton
Dans cette pièce forte et exigeante, une danseuse seule est confinée dans un cube de lumière – une manifestation visuelle de la fascination que nourrit Russell Maliphant pour la relation entre la lumière et le mouvement.

Une danse blanche avec Eliane (1980) – 8 minutes
Chorégraphie : Dominique Bagouet; musique : Eliane Lencot, Jo Privat
Cette pièce formée de trois extraits de chorégraphies plus anciennes propose une relecture de la relation à l’espace, à la musique et inévitablement, par le fait même, à l’interprétation. C’est une œuvre fondamentalement humaine, à la fois rigoureuse et ludique – rigoureuse dans l’écriture, la danse s’affirmant comme un langage à part entière; ludique pour la place donnée à l’interprète.

-20° (2008) – 15 minutes
Chorégraphie : Paul-André Fortier; musique : Victor – Auto 20
Paul-André Fortier enseigne la littérature et l’art dramatique quand, en 1973, il découvre la danse – et c’est le coup de foudre. Il se joint au Groupe Nouvelle Aire, la compagnie qui verra éclore les talents de quelques-uns des plus brillants chorégraphes du Québec : Ginette Laurin, Édouard Lock, Daniel Léveillé. Les créations chorégraphiques de M. Fortier évolueront peu à peu « du narratif à l’abstrait », laissant « le champ libre à la multiplicité des interprétations, au jeu libre des sensations du spectateur ».

Mama, Monday, Sunday or Always (1986) – 20 minutes
Chorégraphie : Mathilde Monnier et Jean‑François Duroure; musique : Bernard Herrmann et Kurt Weill
Dans un studio de cinéma encombré de projecteurs, des danseurs costumés de façon ambiguë (les hommes et les femmes portent également des tutus bouffants – semblables à des robes de mariées – sous des imperméables trop grands, signe distinctif des détectives privés et des exhibitionnistes) se livrent à des jeux de rôles dans une prestation ironique et pleine d’énergie, où les coups de théâtre abondent.

ATELIER DE MAÎTRE DU BALLET DE LORRAINE
Classe de technique de danse contemporaine ouverte aux artistes de la danse professionnels et préprofessionnels de niveau avancé.

Le dimanche 10 mai 2008 ~ 10 h à 12 h
Salle de répétition A, Centre national des Arts, 53, rue Elgin, Ottawa (accès par l’Entrée des artistes)
Coût : 20 $, payable en espèces à l’entrée

Le nombre de places étant limité, il est obligatoire de RÉSERVER pour y assister. Inscrivez-vous auprès de Renata Soutter, coordonnatrice des activités de rayonnement / Danse, à l’adresse courriel soutter@magma.ca ou en téléphonant au 613-947-7000, poste 588

Le Ballet de Lorraine présente La Nuit des Interprètes au Studio du Centre national des Arts les jeudi 8, vendredi 9 et samedi 10 mai 2008 à 20 h. Les billets sont en vente au coût de 24,79 $ (13,65 $ pour les étudiants, sur présentation d’une carte d’étudiant en règle). On peut se les procurer à la Billetterie du CNA (en mains propres) ou, par l’entremise de Ticketmaster (frais de service en sus), au 613-755-1111 ou en ligne, via le site Web du CNA à l’adresse HYPERLINK "http://www.nac-cna.ca" www.nac-cna.ca . Les étudiants à plein temps de treize à vingt-neuf ans peuvent aussi se procurer des billets Buzz en direct (s’il en reste) à 10 $ chacun, à la Billetterie du CNA ou en ligne à l’adresse HYPERLINK "http://www.nac-cna.ca" www.nac-cna.ca , entre 14 h et 18 h le jour de la représentation seulement, sur présentation d’une carte de membre Buzz en direct dûment enregistrée. Les groupes de dix personnes et plus épargnent de 15 % à 20 % du prix courant des billets pour toutes les présentations de Musique, de Théâtre ou de Danse du CNA. Réservations : 613-947-7000, poste 384 ou HYPERLINK "mailto:grp@nac-cna.ca" grp@nac-cna.ca .

Consultez le site Web du CNA à l’adresse HYPERLINK http://www.nac-cna.ca www.nac-cna.ca .
Des photographies de toutes les productions de danse à l’affiche peuvent être vues et téléchargées à l’adresse HYPERLINK http://www.nac-cna.ca/media/ www.nac-cna.ca/media/ .

30 —

Renseignements : Gerald Morris
Marketing et relations avec les médias, département de la Danse, CNA
613-947-7000, poste 249
[courriel] HYPERLINK "mailto:gmorris@nac-cna.ca" gmorris@nac-cna.ca

CENTRE CHORÉGRAPHIQUE NATIONAL – BALLET DE LORRAINE
Le Centre Chorégraphique National (CCN) – Ballet de Lorraine a été fondé en 1978, sous le nom de Ballet Français Théâtre de Nancy, et a été rebaptisé en 1999. La compagnie produit et interprète un large éventail de pièces chorégraphiques, des toutes nouvelles créations aux oeuvres établies du répertoire du ballet. Depuis sa nomination, en 2000, au poste de directeur général et artistique, Didier Deschamps a fait du Centre un chef de file en matière d’invention et de diversité chorégraphiques, en s’appuyant sur une troupe permanente de trente talentueux danseurs.

Chaque saison,, la compagnie présente – à Nancy, où elle est domiciliée, de même que partout en France et dans plusieurs autres pays – une programmation regroupant des productions issues des répertoires contemporain et classique, ainsi qu’un choix de nouvelles pièces qui font connaître au public les plus récentes approches et techniques de la danse actuelle. Des chorégraphes de renommée internationale aux jeunes espoirs de la danse, des artistes du monde entier se rendent à Nancy pour collaborer avec les danseurs du Ballet de Lorraine à des oeuvres illustrant l’extraordinaire richesse et diversité de la danse d’aujourd’hui.

Fidèle à sa mission d’atteindre le plus large public possible, le CCN – Ballet de Lorraine invite tous et chacun à entrer dans la danse pour vivre l’émotion, la passion et le plaisir de cette merveilleuse discipline artistique.

DIDIER DESCHAMPS
Didier Deschamps a étudié la chorégraphie à Lyon, au Centre International de la Danse à Paris, et au Merce Cunningham Studio à New York auprès de Viola Farber.

En tant qu’interprète, il a dansé à Lyon dans les compagnies de Michel Hallet Egayan, Marie Zighéra et Régine Chopinot, et au sein du Ballet de l’Opéra de Lyon; à Paris, avec la Yuriko Dance’s Compagnie; aux États-Unis, avec l’Hawaii Dance Theatre (dans le répertoire Humphrey/Limón sous la direction de Betty Jones) et avec Viola Farber à New York; et à Angers, au Centre National de Danse Contemporaine (CNDC), également avec Viola Farber.

Comme chorégraphe, il a oeuvré en France pour Régine Chopinot, pour le Ballet de l’Opéra de Lyon, pour le Théâtre des Huits-Saveurs, pour le CNDC d’Angers, pour le Conservatoire National Supérieur de Musique (CNSM) de Lyon, et pour sa propre compagnie; et à l’étranger au Danse’Hus de Copenhague et à la London Contemporary Dance School. Il est aussi un professeur de danse très recherché, aussi bien en France que sur la scène internationale.

Il a été directeur des études au CNDC d’Angers de 1982 à 1984, et au CNSM de Lyon de 1984 à 1990.

En 1990, à la demande de Brigitte Lefèvre, alors Déléguée à la danse au ministère de la Culture de France, il rejoint le ministère à titre d’inspecteur à la danse avant d’être nommé, en 1992, Inspecteur Général de la création et des enseignements artistiques par le ministre de la Culture de l’époque, Jack Lang. En 1995, l’ancien ministre des Affaires étrangères de France Philippe Douste‑Blazy l’a nommé Délégué à la danse puis, en 1998, conseiller pour la danse auprès de Dominique Wallon, directeur de la Musique, de la Danse, du Théâtre et des Spectacles (DMDTS) au sein du Ministère.

En juillet 2000, M. Deschamps était nommé directeur général du Centre Chorégraphique National
– Ballet de Lorraine. La même année, il était fait officier des Arts et Lettres et chevalier dans l’Ordre National du Mérite.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire