Augustines: quand la magie opère

Image

Au moment même où j’écris ces quelques lignes, il s’est écoulé presque 24 heures où je suis sortie le sourire aux lèvres, un rythme têtu qui résonnait dans ma tête, ainsi que la conviction d’avoir assisté à un spectacle vivant hors du commun. L’appellation « vivant » couramment utilisée dans la langue de Molière ne s’est jamais aussi bien appliquée. Coup d’œil et coup de cœur sur le spectacle d’Augustines à la Vitrola.

Ne jamais avoir d’attentes, la clé de la séduction

Qui dit musicien, dit séduction. Où vais-je avec mes skis en confirmant ceci? C’est simple et voici la raison : le gagne-pain d’un musicien est indéniablement ses fans. Vous savez ceux qui croient dur comme fer qu’ils peuvent avoir un dialogue avec le groupe pendant le spectacle, et bien ce genre de fanatiques. Afin d’arriver à payer ses factures, le dit musicien se doit de détenir plusieurs spécimens de ce genre.

En tant que spécimen en question, quel est le meilleur moyen de se faire séduire? C’est tout simple, ne pas avoir d’attentes.

C’est dans cet esprit où il n’y avait rien à perdre et tout à gagner que j’ai foulé le plancher de la Vitrola attendant patiemment l’arrivée des membres d'Augustines sur scène. Une petite parenthèse biographique s’impose ici. Pour les fidèles, vous savez sûrement que c’est depuis la sortie de leur tout dernier album éponyme du nom d’ « Augustines » que ce trio a pris la décision formelle d’enlever les deux préludes « We are ». C’est ainsi qu’ « ils sont » devenus le groupe « Augustines ».

Étant empreinte d’optimiste, je me suis donc laissée séduire dès les premières secondes où Billy McCarthy a soufflé doucement, mais surement, ses toutes premières notes musicales accompagné d’Eric Sanderson et Rob Allen.

La transparence et l’authenticité, des qualités toujours gagnantes à partager

C’est donc au sein de cette ambiance feutrée que j’ai vu naître ce spectacle sous mes yeux. Chanter enterré sous les rythmes effrénés des guitares et des percussions est une chose. Chanter a cappella au milieu de la foule en est une autre. Le talent se reconnait dans son état naturel, sans artifices.

Afin de garder la flamme qui unit les musiciens à leur public, quoi de mieux que la transparence. J’avoue avoir été surprise de découvrir l’aisance et l’humour satirique qui sortaient de la bouche de Billy McCarthy. Cette touche légère eue comme réponse des rires chaleureux qui résonnaient dans l’écho de la salle. Il n’y a pas à dire l’opération séduction se déroulait à merveilles. Billy a fait part au public qu’il appréciait la poutine et les jeunes montréalaises, ce à quoi, les jeunes montréalaises en question ont répondu d’un cri aïgu euphorique. Il n’y a pas à dire, la transparence et l’authenticité sont des qualités gagnantes pour séduire!

Demandez et vous recevrez, spécial 2 pour 1

C’est dans cet esprit intime qui me rappelait fortement les réunions de famille à Noël que le spectacle s’est transformé en concert privé pour une cinquantaine de personnes présentes. Comme le dirait ma grand-mère, « dans les petits pots les meilleurs onguents ! »

Ayant assisté à divers concerts dans le cadre de mon travail, je dois dire qu’un rappel d’une durée de 50 minutes, je n’ai sincèrement jamais vu cela. Bref, le « rappel » était tout simplement un deuxième spectacle. Pour justifier cet élan de générosité, je nommerais deux coupables. Les premiers sont bien évidemment le public qui ne cessait d’en redemander comme un enfant dans un magasin de bonbons. Les autres responsables sont sans l’ombre d’un doute le groupe.

Billy a eu la merveilleuse idée d’aller chanter la dernière chanson du rappel au milieu de la foule. Inspirant me direz-vous? Oui et peut-être un peu trop, car il y a pris goût et que dire du public qui en avait l’eau à la bouche. Les trois acolytes se sont donc dirigés au bar pour y chanter.

C’est au bout de 45 minutes qu’ils sont remontés sur scène, afin de conclure cette soirée où la lune presque pleine avait définitivement jeté un sort . Je suis encore persuadée que nous y aurions passé la nuit si Augustines n’avait pas eu l’intelligence de remonter sur scène. Comme on le dit si bien, toute bonne chose a une fin!

Vous pouvez toujours écouter leurs chansons sur leur page youtube : https://www.youtube.com/channel/UCrnDgrqrOoLNUWgVRPyU52Q
Ou sur leur site officiel : http://www.weareaugustines.com/