!!! au Club Soda : en quête de groove

Début de l'événement: 

30 juin 2010 - 00:00
Catégories:

Le Club Soda était clairsemé mercredi soir à l’approche du concert des !!!. L’atmosphère qui règnait n’avait rien de véritablement enthousiasmant. Un DJ diffuse d’obscurs disques disco-funk rappelant vaguement les grandes heures du label Factory Records qui connut son heure de gloire à l’aune des années 90. Ce mélange de boîtes à rythmes, de synthétiseurs et de guitares groovy tournant sur deux accords étant l’ingrédient principal de la musique des !!!.
Et lorsque retentissent les premières notes du groupe emmené par Nic Offer, on se dit que se groupe doit tout au son de « Madchester » et de ses fameux Happy Mondays.

Leur musique se veut résolument dansante. Point ici de mélodies. Deux batteurs sont voués à marteler un rythme binaire implacable. Un guitariste se charge des riffs post-punk fantasmés sur Entertainment des Gang of Four (qui d’autres à part eux et le Wire de Chair Missing pour relancer le rock après le coup d’enclume du punk ?) alors qu’un claviériste chevronné parfume le son de vapeurs analogiques. Que dire de plus… Ces mecs ont bon
goût. Ce sont tous de très bons musiciens… Mais voilà, il n’y a pas de compositions. On a la désagréable impression d’entendre toujours le même morceau. Toujours le même refrain, le même break au milieu de chaque morceau. Le groupe tourne en rond dans un style qui en live vaut pourtant le détour, force est de le reconnaître (Il faudrait que j’écoute les disques pour me faire une impression plus complète de leurs réelles capacités).

Nic Offer, le frontman du groupe, armé de son seul micro a le don pour s’accaparer les faveurs de la foule. Muni d’une voix maigrelette sans grand intérêt, il possède pourtant une présence scénique impressionnante. De son petit corps de trentenaire attardé, il sait monopoliser l’espace. Chacune de ses gesticulations improvisées et une invitation à la danse. On devine l’influence d’un des grands du rock underground américains, Ian Svenonius le magnifique qui il n’y a pas si longtemps enflammait les clubs de rock de Chicago avec son groupe Make Up. Mêmes mouvements d’épileptiques sous amphétamines, même façon de gober le micro… Oui, oui, ces mecs ont bon goût je vous dis, quant à savoir si ils font réellement de la bonne musique, et bien il faut que je me penche sur leur discographie plus en profondeur. On attend donc de pied ferme la sortie de leur prochaine album, Strange Weather, Isn't It?, prévue pour 2010 afin de savoir si leur musique garde toute sa fraîcheur sur disque… Advienne que pourra…

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon