Anne Frank au Musée des beaux-arts de Montréal

Catégories

Image

Le Musée des beaux-arts de Montréal célèbre le 70ème anniversaire de la libération d'Auschwitz-Birkenau. Le musée a choisi de mettre à l'honneur Anne Frank,
en lui consacrant une exposition : Anne Frank, une histoire d'aujourd'hui, présentée jusqu'au 28 janvier.

Dans l'entrée, un uniforme rayé de prisonnier, provenant du camp d'extermination d'Auschwitz. Une étoile jaune. Un portrait d'Anne Frank. Le ton est donné. Nous entrons dans les mémoires de l'effroyable seconde Guerre Mondiale. Pour célébrer le 70ème anniversaire de la libération d'Auschwitz-Birkenau, le Musée des beaux-arts de Montréal a décidé de rendre hommage à Anne Frank en lui consacrant une exposition du 8 janvier au 28 janvier. Qui n'a jamais lu le Journal d'Anne Frank à l'école ? Un ouvrage incontournable. Le témoignage poignant du quotidien d'une adolescente de 13 ans, de confession juive, retranchée avec sa famille dans le grenier d'une maison à Amsterdam durant la seconde Guerre Mondiale. Nathalie Bondil, conservatrice en chef du musée, a eu l'idée de commémorer les mémoires d'Anne Frank. « C'est un écho à la pièce de théâtre, Le Journal d'Anne Frank, d'Eric Emmanuel Schmitt, mis en scène par Lorraine Pintal, qui se joue au Théâtre du Nouveau Monde du 13 janvier au 7 février. Cette exposition qui se tient dans la section arts et éducation du musée est une façon pour nous de perpétuer le devoir de mémoire. Pour ne pas oublier. Pour que ces atrocités ne se répètent pas. Nous invitons donc les écoles et les familles à venir voir cette exposition », confie Pascale Chasset, directrice des communications au MBAM.

Visite guidée : extraits du journal et photos d'Auschwitz

Réalisée en collaboration avec la Maison Anne Frank à Amsterdam (en partenariat au Québec avec Anciens Combattants Canada), le Centre commémoratif de l’Holocauste à Montréal et le Théâtre du Nouveau Monde (TNM), les murs de la salle d'exposition sont placardés d'affiches relatant la vie d'Anne Frank dans le contexte de la seconde Guerre Mondiale. Des extraits du journal intime de la jeune fille sont aussi mis en exergue pour rappeler-ou- se rappeler l'ouvrage d'une écrivaine en herbe. En parallèle, des pancartes reviennent sur l'histoire de l'Allemagne nazi. Une manière pédagogique pour souligner à quel moment de l'Histoire, Anne Frank noircit les pages de son carnet. Au centre de la pièce, un étrange cubicule est planté. La voix d'une fillette s'y échappe. En s'approchant de plus près, on peut voir, sur un écran, Anne Frank lire des extraits de son journal intime. Non ce n'est pas la vraie adolescente, bien sûr. Mais Mylène Saint-Sauveur, la comédienne qui interprète la jeune fille dans la pièce de théâtre Le Journal d'Anne Frank. Sur le mur qui fait face au portrait de celle qui rêvait de devenir journaliste, on peut admirer 12 glaçantes photographies, en noir et blanc, du camp d'Auschwitz datant d'aujourd'hui. Prises par le photographe montréalais Laszlo Mezei ces funèbres et (paradoxalement) magnifiques photos accompagnent le visiteur vers la sortie.

Mélanie Pinto