«8 X L’ALLEMAGNE», une programmation pluri-artistique présentée par huit institutions culturelles montréalaises

Catégories:

Huit institutions culturelles montréalaises s’unissent à l’occasion du 20e anniversaire de la réunification de l’Allemagne et proposent une programmation pluri‐artistique pour permettre au public de découvrir des artistes allemands. Bibliothèque et Archives nationales du Québec, la Cinémathèque québécoise, la Fondation Arte Musica, le Goethe‐Institut, les Grands Ballets Canadiens de Montréal, le Musée des beaux‐arts de Montréal, l’Opéra de Montréal et le Théâtre du Nouveau Monde se regroupent afin de créer pour la saison 2010‐2011, un événement inédit dans le paysage culturel montréalais : un « circuit culturel » au cœur de huit univers artistiques et un voyage à travers les multiples visages de la culture allemande.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) propose quatre activités à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque.

Le 16 septembre, la nouvelle série d’entretiens Place à l’opéra mettra en vedette François Tousignant qui parlera des jalons de l’histoire de l’opéra allemand. Un second entretien en compagnie de Michael Eberle‐Sinatra aura lieu le 10 mars 2011 autour de Salomé, œuvre coup de poing de Richard Strauss. Le jeudi 23 septembre à 19 h 30, dans le cadre du Festival international de la littérature (FIL), le comédien Gabriel Arcand présentera des extraits du Liseur de Bernhard Schlink. Le mardi 28 septembre à 19 h 30, la journaliste et spécialiste de la musique métal Christine Fortier animera une conférence du Club d’écoute de la Grande Bibliothèque et invitera le public à découvrir le métal allemand et ses groupes phares.

La Cinémathèque québécoise vibrera au rythme de l’Allemagne avec du cinéma muet en musique, la visite du cinéaste d’animation Andreas Hykade et une rétrospective dédiée au plus important réalisateur allemand de l’après‐guerre, Werner Schroeter.

Au mois d’octobre, place à l’expressionnisme allemand avec Le Dernier des hommes et Faust, de Friedrich Wilhelm Murnau, ainsi que Le Montreur d’ombres d’Artur Robison, accompagnés en musique par des virtuoses. De plus, Andreas Hykade donnera une leçon de cinéma au cours d’une visite les 28 et 29 octobre. À l’affiche en janvier et février 2011, l’œuvre de Werner Schroeter, remarquable pour ses allégories sociales souvent inspirées par l’opéra et le théâtre.

La Fondation Arte Musica présente, au Musée des beaux‐arts de Montréal, sept concerts d’œuvres de compositeurs allemands ou de l’Europe de l’Est.

En premier lieu, trois concerts en lien avec l’exposition Rouge Cabaret : le monde effroyable et beau d’Otto Dix, le premier, donné par des petits‐enfants de l’avocat Hugo Simons; le deuxième par des musiciens de l’Orchestre symphonique de Montréal dans le cadre de la série « Tableaux en musique », et le troisième proposant de la musique populaire de tradition tzigane. En octobre, Geneviève Soly retracera la vie de Christoph Graupner, ce musicien contemporain de Bach, Handel et Telemann, dans un récital de clavecin commenté. Enfin, en décembre, trois concerts de la série « Le temps des Fêtes en musique » célébreront la grande tradition du motet germanique (Bach, Mendelssohn et Brahms) avec le Studio de musique ancienne de Montréal.

Au Goethe‐Institut, l’Allemagne est toujours à l’honneur.

Au programme, le 22 septembre, une Conférence intitulée : Changer de conduite : idées européennes pour des quartiers sans voitures avec le Centre d’écologie urbaine et l’Université McGill. Le 25 septembre de 11 h à 17 h, dans le cadre des Journées de la culture le Rallye Montréallemand pour découvrir le visage allemand de Montréal. Du 30 septembre au 10 décembre, place au Cinéma avec L’Allemagne au féminin : la nouvelle génération de réalisatrices allemandes. Enfin, du 4 au 31 octobre à la Bibliothèque Marie‐Uguay, l’exposition : Tatort – Lieu du crime, l’univers des crimes les plus sordides et des meilleurs enquêteurs de la littérature policière allemande. Avec en prime, pour les enfants, un jeu «mystère de l’auteur jeunesse Julian Press.

Les Grands Ballets Canadiens de Montréal présentent en octobre et novembre 2010, en première nord‐américaine, Léonce et Léna, une oeuvre inspirée de la comédie satirique politique écrite en 1836 par Georg Büchner, l’auteur de Woyzeck.

Deux royaumes ubuesques, un prince et une princesse en fuite, bientôt rattrapés par le destin dans un chassé‐croisé amoureux… Telle est la trame de ce petit chef‐d’œuvre de bouffonnerie, concocté par Christian Spuck, tête d’affiche du nouveau ballet européen, reconnu pour sa musicalité instinctive et l’originalité de son vocabulaire. Une soirée riche en rebondissements.

Au Musée des beaux‐arts de Montréal, du 24 septembre 2010 au 2 janvier 2011, l’automne allemand s’intitule Rouge cabaret : le monde effroyable et beau d’Otto Dix, la première exposition en Amérique du Nord consacrée à l’un des peintres allemands les plus importants du XXe siècle.

Un regard sans concession, depuis les tranchées de la Première Guerre mondiale aux gens dans les rues, les bordels et les salons, de l'Allemagne de la République de Weimar jusqu'au IIIe Reich. En primeur, des extraits du nouveau film de la réalisatrice québécoise Jennifer Alleyn, Dix fois Dix, tourné en Allemagne.

L’Opéra de Montréal, quant à lui, a mis à l’affiche une œuvre choc de l’opéra allemand : Salomé de Richard Strauss d’après le drame d’Oscar Wilde.

Immoralité, décadence, déferlement sonore inouï, l’œuvre de Strauss est bien un produit de son époque, celle de la «décadence», celle qui voit les débuts de l’expressionnisme et de la psychanalyse. Aujourd’hui, l’oeuvre est l’un des opéras‐phare du répertoire. En vedette pour ce drame violent qui mêle religion et concupiscence, désir et mort : Nicola Beller Carbone, la Tosca de la saison 2009‐2010 et Yannick Nézet‐Séguin à la tête de l’Orchestre Métropolitain.

Le Théâtre du Nouveau Monde, du 28 septembre au 23 octobre 2010, résonne aux accents expressionnistes allemands de L’Opéra de quat’sous sous les mots de Bertolt Brecht et la musique de Kurt Weill.

La version décapante et joyeusement décadente de ce spectacle emblématique, dans un texte français de René‐Daniel Dubois et des arrangements et une direction musicale de Pierre Benoit, met en scène avec un humour mordant l’insondable médiocrité de l’humanité. Avec 21 acteurs‐chanteurs‐musiciens dirigés par Robert Bellefeuille, dont Serge Postigo en Mac‐the‐Knife et Émilie Bibeau qui fait son entrée au TNM, ce théâtre musical se révèle toujours étonnant d’actualité, en ces temps où scandales politiques, fraudes financières et escrocs en cravate se partagent quotidiennement la une.

À cette proposition culturelle se greffent un forfait pluri‐artistique offrant une réduction de 15 % sur le coût des billets et la chance de gagner un voyage à Berlin, en collaboration avec Voyage Régence, Lufthansa et La Presse.

Vous trouverez tous les renseignements sur les horaires, les activités, la billetterie et le concours au 8xallemagne.com ou ligne Info 8xl’Allemagne 514‐285‐4545 ou 1‐866‐924‐5538.

(Source :Marie‐Michelle Paul)

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon