Voyage dans le nouveau Marseille – jour 2

Catégories:

Il fait beau et chaud à Marseille et le pique-nique que nous avons fait à l’ombre des arbres du jardin entourant le Palais Lonchamps fut parfait. Difficile de croire qu’il n’y a pas si longtemps, l’imposante fontaine et les dômes finement peints étaient quasi laissés à l’abandon…

C’est ici, au musée des Beaux-Arts (qui devrait être complètement rénové d’ici 2014), que se tient le premier volet de l’exposition « Le grand atelier du Midi ». Ici que la couleur, dans toutes ses variations, est célébrée à travers les œuvres de Van Gogh (un amoureux de la Provence), Gauguin, Cézanne évidemment, Monet, Renoir, Matisse, Picasso et bien d’autres artistes ayant peint plusieurs recoins de la Provence.

La Friche Belle de mai, cette ancienne usine de tabac posée dans l’un des quartiers les plus pauvres de Marseille – « le coeur de Marseille-Provence 2013 capitale culturelle européenne » selon son directeur artistique - a été savamment convertie en centre d’exposition. Nous avons visité son nouveau « skateparc » où les graffitis sont des œuvres d’art, son restaurant où il est possible de composer et cuisiner son propre menu pour les clients, le potager communautaire (où les familles du quartier peuvent venir faire le plein de fruits et de légumes), sa garderie, et quelques-unes de ses expositions. Avec ses deux théâtres en construction et l’esprit créatif des artistes impliqués dans ce beau projet de création coopérative, je me promets de m’y rendre à nouveau dans quelques années.

Au cœur de ce voyage culturel, j’ai eu la chance de passer une soirée à La cité radieuse, chef-d'œuvre d’un des plus grands architectes du 20e siècle : Le Corbusier. C’est là que le Mamo Audi Talent Awards d’Ora Ito s’est installé, dans ce lieu culte de tous amateurs d’architecture.

Sur la terrasse, au sommet de cette « Unité d’Habitations » (comme l’appelait Le Corbusier), l’artiste Xavier Veilhan nous a présenté son « Architectones », une exposition inspirée du travail de Le Corbusier.

Sur la terrasse de La cité radieuse ce soir-là, entre les installations aux faisceaux disloqués de Veilhan et la vue sur Marseille jamais tout à fait endormi, j’ai pris quelques minutes pour savourer ce moment spécial, consciente d’être privilégiée de me trouver là, entourée d’art, de paysages sublimes et de lumière, même à la nuit tombée.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire