«Tromper Martine»: Entrevue avec son auteur, Stéphane Dompierre

Catégories:
«Tromper Martine»: Entrevue avec son auteur, Stéphane Dompierre

Patwhite.com a eu envie de faire passer un simili questionnaire Dompierre à … Stéphane Dompierre! L'auteur vient de lancer Tromper Martine, la conclusion de sa trilogie sous le thème des tribulations amoureuses de l'homme moderne. Voici ses réponses à son propre genre de questions.

-Stéphane, vends ta salade (et ton livre) à quelqu'un qui ne lit pas ou qui n'aime pas lire.

Dans mon cas, c'est assez facile, car c'est un compliment que j'ai eu assez souvent; des gens qui ne lisaient pas - en particulier des gars – à qui leur blonde offrait mon livre en disant «Je sais que tu ne lis pas, mais ce livre-là se lit tout seul». Beaucoup de gens m'ont dit que le premier livre qu'ils ont lu au complet a été "Un petit pas pour l'homme". C'est un livre qui a eu une sorte de succès culte, car les gens qui l'ont aimé l'ont souvent relu. J'ai l'impression que "Tromper Martine" est un peu, pour le couple, l'équivalent de ce qu'était "Un petit pas pour l'homme" pour le célibat. C'est une espèce de bible de toutes les situations possibles à vivre en couple, comme mon premier roman l'était pour le célibat. Ces deux romans sont vraiment intimement liés.

-"Un petit pas pour l'homme" a été publié il y a 11 ans déjà… Même s'il y a eu la publication de "Mal élevé" entre les deux (plus précisément en 2007), qu'attendais-tu pour nous livrer la conclusion de cette histoire?

En fait, je ne me voyais tout simplement pas écrire ce roman à 34 ans, alors que j'étais loin de cette vie-là. Aujourd'hui, je suis en couple avec une femme qui a un enfant, j'ai appris beaucoup de cela et j'ai vécu ce genre de situations. Tout cela m'a aidé à ce que "Tromper Martine" sonne vrai. Ça aurait été une caricature si j'avais écrit ce roman il y a 10 ans.

-As-tu déjà trompé une Martine (ou une fille)?

Une Martine? Ben non, même pas. Une fille, oui, une fois, mais je ne sais même pas si elle est au courant. Ça fait très longtemps, mais je me souviens que pour moi cela avait fait naître une grande réflexion sur le pourquoi j'avais fait cela. Je me suis aperçu que c'est l'aspect séduction qu'on va souvent rechercher dans la tromperie, l'étape avant d'aller coucher ailleurs et qui est pour moi une étape suffisante. Ce que tu veux quand tu es en couple, c'est de savoir que tu pognes encore. Les étapes suivantes te font t'empêtrer dans des gaffes qui vont peut-être te coûter cher longtemps.

-Est-ce que cette unique expérience de tromperie t'a servi dans l'écriture de ton roman?

Je pense que cela m'a plus servi dans la vie en fait. Les informations que j'accumule dans mes romans sont des dialogues, des conversations que j'ai eues avec des gens. Quand j'ai écrit un livre fantastique, j'ai demandé à tous mes amis de me raconter les histoires bizarres qui leur étaient arrivées. C'est la même chose lorsque je parle du couple; je deviens un canal ouvert qui écoute les conversations avec une oreille peut-être un peu plus intéressée, car je sais que cela pourra éventuellement me servir dans l'écriture de mes romans.

-Est-ce que tes amis doivent avoir peur de se retrouver dans tes romans?

-Oui, comme c'est aussi le cas pour des gens que je ne connais pas. Je pense que mes romans créés souvent ce petit «Oupss, c'est moi ça!» chez les lecteurs. C'est un autre beau compliment que je reçois d'ailleurs, des gens que je ne connais absolument pas qui me disent «J'ai l'impression que tu écris mon histoire». Donc, je ne pense pas que les gens autour de moi vont se reconnaître plus que d'autres. Mais j'ai tout de même averti un ami en lui disant «Ça se pourrait que tu penses que tu te reconnaisses beaucoup là-dedans, mais ce n'est pas tant toi».

-Est-ce que le sujet de ce dernier roman a fait «freaker» ta blonde?

-En fait, ce qui a fait freaker ma blonde, et c'est très intéressant, ce n'est pas que moi j'ai écrit ce livre, mais que ce livre-là ait été écrit point. Elle a lu ça et a dit «Ouain, ce n'est pas très rassurant pour la vie de couple». C'est que, dans le roman, on voit que ça ne prend pas grand-chose pour qu'un couple éclate. Il ne suffit souvent que d'un malentendu, une conversation, une erreur, une accumulation… Il y a beaucoup de cela dans le roman, ce constat d'à quel point tout est fragile.Ma blonde a plutôt freaké de voir cette fragilité de la vie de couple, car c'est un livre tout sauf rassurant pour le couple.

-Avoir dirigé et écrit dans le recueil de nouvelles érotiques "Nu" t'a-t-il servi dans l'écriture des scènes de sexe de "Tromper Martine"?

-Pas tant que cela, car j'ai toujours écrit des scènes de sexe. C'est un roman où un gars est exposé à toutes les tentations possibles pendant une pause de deux mois avec sa blonde. Donc, c'est un peu exagéré oui bien sûr c'est un roman, mais je voulais que le personnage exploite toutes les possibilités et les façons de tromper sa blonde pour ainsi voir ce qu'il en ferait. Oui, il y a beaucoup de scènes de sexe par définition, mais c'est toujours fait de façon très organique, non planifiée.

-Y a-t-il de l'espoir, selon toi, pour le couple moderne?

-Oui, autant que pour le couple ancien, je dirais. C'est drôle parce que j'ai vu autour de moi bien des gens qui se mettaient en couple tôt et qui avaient l'impression d'avoir enfin trouvé l'âme sœur. Plusieurs ont fait des enfants rapidement, mais on dirait que tous ces gens-là sont maintenant avec quelqu'un d'autre. Personnellement, j'ai l'impression que j'étais arrivé à un âge où j'étais disposé à vivre une bonne relation. À 30 ans, j'aurais peut-être eu peur de manquer des opportunités .Aujourd’hui, ça ne me fait plus peur, je n'ai plus cette impression de perte dans une relation à long terme. Et pour moi, ce n'est pas une question de génération. Je trouve qu'on mélange souvent l'âge et la génération. C'est plutôt qu'à 22 ou à 40 ans, les relations n'ont rien à voir. Pour moi, il n'y a pas tant de révolution au niveau du couple dans la mesure où, à quelque part, pas mal tout le monde rêve d'être en couple, d'une façon ou d'une autre. Même les gens qui disent le contraire... J'ai aussi été comme cela et j'accepte tout à fait ces contradictions.

"Tromper Martine", le nouveau roman de Stéphane Dompierre, se retrouve en librairie.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire