Sur la route de Compostelle - Jour 1 : émerveillement dans la ville du Puy-en-Velay

Catégories:

Il semblerait que cela commence ici, ce grand chemin de Compostelle, dans la magnifique ville du Puy-en-Velay, sous un soleil splendide apparu en fin de journée comme un clin d’œil à ce qui nous attend. Car c’est demain que débute réellement l’aventure, les 100 à 200 km marchés symboliquement en tandem au nom du cancer, de l’espoir et de la vie.

Fatigués - la plupart d’entre nous n’avons pratiquement accumulé aucune heure de sommeil en plus de 24 h de voyage ! – mais tout à fait excités d’être enfin en France, si près de notre but, par petits groupes nous avons chacun emprunté une ruelle, un couloir pavé, une route, et permis à la ville de se laisser découvrir à sa manière.

Pour Annie, Karine et moi, ce fut d’abord l’effervescence du marché extérieur qui occupe tous les samedis matins la Grand Place : les étalages en plein air de fromages, de légumes, de noix, les énormes paniers d’olives fraîches, les fleurs, les fruits et les œufs vendus gaiement par les marchands du coin venus faire des affaires d’or. Puis, des sandwichs maisons littéralement engloutis sur la terrasse d’un petit café, tout à fait français, juste assez dépaysant. Dire qu’hier encore, nous étions à Montréal...

Et puis, la cathédrale du Puy-en-Velay, majestueuse et surplombant la ville. L’endroit parfait pour faire des achats de pèlerins : le fameux coquillage que l’on a apposé fièrement à nos sacs à dos et de petits médaillons de Saint-Jacques.

Enfin, retrouvant des forces devant la beauté médiévale de Saint-Michel d’Aiguilhe, une magnifique chapelle littéralement construite sur un énorme rocher quelque part au 10ième siècle, nous avons grimpé tout en haut et admiré les communes d’Aiguilhe et du Puy-en-Velay, un assemblage de toits orangés désordonnés meublant une ville magnifique.

Quelle première journée !

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Commentaires

Ajouter un commentaire