Paysage, révolution, peuple: regard sur l'Iran au Centre des arts graphiques

Début de l'événement: 

17 mars 2013 - 00:00
Catégories:

Cette saison, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) voyage sur différents continents et invite les cultures du monde à dévoiler leurs richesses dans ses galeries d'art. Après l'ouverture de l'exposition "Aussi loin que nous soyons, aussi près que je peux" du Taiwanais Chih-Chien Wang, c'est désormais le photographe iranien Aydin Matlabi qui présente sa première exposition de photographies dans un musée, intitulée "Paysage, Révolution, Peuple". Le jeune photographe Aydin Matlabi, qui est né à Téhéran et a grandi à Montréal, séjourne à plusieurs reprises en Iran, entre 2006 et 2009, en quête d’identité. Il appréhende les réalités sociales et politiques de ce pays de paradoxes, à la fois familier et étranger. En montrant ses individus, ses paysages et ses scènes de rues, il capte l’humanité d’une société stéréotypée par la Révolution islamique.

Matlabi fait un double usage de la photographie, à la fois comme un moyen d’expression et comme un instrument d’investigation du monde contemporain. Lors de ses premiers voyages, interpelé par la beauté des paysages, il compose une série de portraits réalisés en complicité avec ses sujets. Fort d’une éducation occidentale, il s’inspire des conventions du portrait photographique et de celles de la peinture réaliste du XIXe siècle, en plus de citer Manet, particulièrement pour le choix de ses sujets et de ses scènes tirées de la vie quotidienne. En 2009, Matlabi devient l’un des seuls photographes occidentaux et de la diaspora iranienne à documenter la mobilisation sociale – le Mouvement vert – qui se manifeste suite à la réélection contestée d’Ahmadinejad. Il raconte: « … à la recherche d’un récit et d’une source d’équilibre dans une société chaotique, j’ai été confronté à la fraude électorale controversée qui a secoué le peuple iranien. J’ai été témoin de violence, d’injustice et de censure des droits de la personne, et en même temps surpris par la force de la mobilisation des masses en quête de liberté… »

Installée au Centre des arts graphiques du MBAM jusqu’au 17 mars 2013 et composée de 33 photos, celle-ci retrace la quête identitaire de l'artiste né à Téhéran et élevé à Montréal. Les nombreux voyages de Matlabi dans son pays d'origine – en 2006 et 2009 notamment – l’ont en effet amené à appréhender les réalités sociales et politiques d’un pays de paradoxes, à la fois familier et étranger, et ce, dans un contexte politique parfois troublant. Au-delà de sa recherche d'identité, le photographe capte l’humanité d’une société stéréotypée par la Révolution islamique en montrant ses individus, ses paysages et ses scènes de rues.

Paysage, révolution, peuple
Jusqu’au 17 mars 2013
Centre des arts graphiques
Pavillon Jean-Noël Desmarais – niveau S2
Entrée libre en tout temps

Pour plus d'informations: http://www.mbam.qc.ca/

--

Source: Thomas Bastien
Crédit photo: Aydin Matlabi

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire