Ouverture de la 12e édition du World Press Photo Montréal

Catégories:

La 12e édition montréalaise du plus prestigieux concours annuel de photographie professionnelle, le World Press Photo, présente au Marché Bonsecours dans le Vieux-Montréal les 152 images lauréates de l’année 2016 ainsi que des expositions et activités complémentaires. L’exposition est présentée tous les jours, du 30 août au 1er octobre 2017, de 10 heures à 22 heures, et jusqu’à minuit les jeudis, vendredis et samedis.

Avec 53 000 visiteurs en 2016, l’événement emblématique de la rentrée culturelle montréalaise accueille cette année trois invités d’honneur : le comédien et musicien Sébastien Ricard, porte-parole de l’édition du World Press Photo Montréal 2017, le photographe turc Burhan Özbilici de l’agence Associated Press, lauréat de la Photo de l’année du World Press Photo 2017 et la photographe canadienne Amber Bracken, Premier Prix dans la catégorie Sujets contemporains.

- World Press Photo 2017

L’exposition internationale présente les 152 photos primées par le jury de la compétition du World Press Photo 2017 qui a évalué, pour sa 60e édition, plus de 80 000 images soumises par plus de 5000 photojournalistes de 126 pays, décernant des prix à 45 photographes de 25 pays. Le palmarès et la Photo de l’année 2016 ont été dévoilés en février dernier.

L’exposition propose en images un parcours des grands événements de l’année, répartis dans huit catégories, soit Actualités, Nouvelles générales, Sujets contemporains, Sport, Nature, Vie quotidienne, Portrait et Projet à long terme.

Présent à Montréal durant la première semaine d’exposition, le photojournaliste turc Burhan Özbilici, de l’agence Associated Press, s’est mérité le Premier Prix du World Press Photo 2017 pour son cliché intitulé Un assassinat en Turquie. Sa photographie témoigne du meurtre d’Andreï Karlov, ambassadeur russe en Turquie, abattu le 19 décembre 2016 par le policier Mevlüt Mert Altintas, lors d’une exposition d’art à Ankara. L’homme a également blessé trois autres personnes avant d’être tué par des officiers. Ce cliché a fait le tour du monde et a marqué les esprits. Burhan Özbilici a également remporté le Premier Prix de la catégorie Nouvelles. Le jury a salué le courage du photographe qui montre « la haine de notre époque ».

Au nombre des sujets et enjeux abordés : le conflit en Ukraine, la mobilisation dans une réserve sioux du Dakota du Nord contre un projet d’oléoduc, la manifestation du mouvement Black Lives Matters contre la brutalité policière, l’afflux des réfugiés en Macédoine, la violence de la guerre contre la drogue aux Philippines, les combats à Mossoul en Irak, le camp de réfugiés surpeuplé de Debaga, le cortège funéraire de Fidel Castro, les traditions ancestrales d’habitants dans l’extrême nord de la Russie, la popularité des tournois d’échecs en République tchèque, des animaux photographiés de nuit dans leur habitat naturel, la résurgence des papillons monarques, les mesures prises par la Chine pour protéger l’habitat des pandas, des athlètes californiens se préparant aux Jeux de Rio et la première équipe de rugby gay-friendly à Toronto.

Considéré comme les Oscars de la photographie mondiale, le World Press Photo plonge les visiteurs au cœur d’enjeux internationaux, tout en privilégiant un photojournalisme créatif de grande qualité.

- À propos du World Press Photo www.worldpressphoto.org

Créée en 1955, la Fondation World Press Photo est une organisation indépendante et sans but lucratif dont le siège social est situé à Amsterdam. La Fondation s’engage à développer et à faire progresser des normes élevées en photojournalisme et en documentaire dans le monde entier. Le World Press Photo bénéficie du soutien de la Loterie néerlandaise des Codes postaux et est parrainé dans le monde entier par Canon.

L’exposition fait chaque année le tour du monde dans 100 villes et plus de 45 pays, attirant plus de 4 millions de visiteurs. Quatre villes canadiennes accueillent en 2017 la prestigieuse exposition : Ottawa (Musée canadien de la guerre, du 21 juillet au 13 août), Montréal (Marché Bonsecours, du 30 août au 1er octobre), Saguenay (La Pulperie, du 20 octobre au 12 novembre) et Toronto (Brookfield Place, du 4 au 24 octobre).

- Marché Bonsecours : 170 ans d’échanges

Depuis son inauguration en 1847, le Marché Bonsecours est à la fois témoin et acteur de l’évolution de Montréal, du Québec et du Canada. Principal marché public de la métropole durant plus d’un siècle, le Marché Bonsecours est aujourd’hui une destination emblématique du Vieux-Montréal, véritable trait d’union entre le port et la ville. Chaque jour s’y manifestent des échanges privilégiés. Chaque jour s’y écrit l’Histoire. Avec des photos, des illustrations et des cartes postales d’époque, les images grand format de cette exposition évoquent à la fois la puissance et la finesse de l’un des plus importants joyaux du patrimoine nord-américain.

- Cinquième édition de Regards d’Oxfam-Québec : Karibu, bienvenue en RD Congo

Oxfam-Québec soutient les droits des femmes et des filles. De choisir avec qui et quand elles auront des relations sexuelles. De choisir combien d’enfants elles auront. De vivre en santé. De Mwanga à Nizi, de Rwampara à Bunia, plongez vos yeux et votre cœur dans le regard d’Éric St-Pierre, photographe. Il vous présente des communautés entières engagées au quotidien avec Oxfam-Québec pour l’égalité et la santé des femmes, des jeunes filles et des enfants en République démocratique du Congo.

- Premières impressions : Montréal vue par de jeunes Syriens

L’atelier de photographie Flash Forward Photovoice, organisé avec l’aide de Singa Québec, en partenariat avec la Maison de la Photo de Montréal, a réuni douze adolescents récemment arrivés de Syrie pour leur apprendre les aspects visuels, esthétiques et techniques de la photographie. Inspiré par le concept de photovoice, l’atelier a proposé aux jeunes un moyen de se raconter par la pratique photographique. Mené par la photographe montréalaise Amina Jalabi, cet atelier a mis à la disposition des participants des moyens pour immortaliser leurs parcours d’installation et d’établissement au Québec. Ces jeunes ont passé sept mois, de juillet 2016 à février 2017, à arpenter Montréal, ses recoins, ses paysages, munis de leur appareil, documentant leurs trajectoires scintillantes.

- ICI RDI : ses correspondants sous un nouveau jour

ICI RDI invite les visiteurs à découvrir le travail de ses correspondants à l’étranger à travers leur propre regard. L’univers des équipes ainsi que leur insatiable volonté d’informer le public sont mis de l’avant tout au long du parcours. De la campagne électorale américaine à la bataille pour la reprise de Mossoul, l’installation présente sous un éclairage nouveau certains événements ayant marqué l’actualité internationale récente.

- La Presse+ : La route des possibles

Depuis l’élection de Donald Trump, des milliers de migrants affluent à la frontière canadienne. Le nouveau décret sur l’immigration aux États-Unis suscite une indignation planétaire. Traqués par les autorités américaines, les illégaux prennent la fuite. La Presse+ présente un reportage sur cette réalité, signé par le photojournaliste Martin Tremblay.

- L’expérience Planète+

Dans un monde hypermédiatisé, peut-on mettre en doute le rôle de certains médias ? C’est la question que soulève l’installation de Planète+, imaginée par l’agence de publicité Havas Montréal. Dans un espace habillé aux couleurs de la chaîne, des phrases écrites sur des téléviseurs en carton interpellent. Pour découvrir des éléments de réponse, les visiteurs sont invités à télécharger l’application Blippar : ils voient alors, en réalité augmentée, sur leur téléphone, les vidéos qui se cachent derrière les questions.

Événement public et gratuit (en français) le jeudi 31 août

Avec le lauréat de la Photo de l’année, Burhan Özbilici et la correspondante de Radio-Canada, Marie-Eve Bédard

Jeudi 31 août, 18 h | UQAM | Pavillon J.-A.-DeSève, salle DS-R510, 320, rue Saint-Catherine Est

Événement gratuit et ouvert au public, Les entretiens du World Press Photo Montréal accueillent le photographe turc Burhan Özbilici, lauréat du World Press Photo de l’année, qui partagera en français son expérience liée à sa photo de décembre 2016 intitulée Un assassinat en Turquie, une image qui a marqué le monde et les esprits.

La journaliste et correspondante de Radio-Canada au Proche-Orient Marie-Eve Bédard participera aux entretiens et animera ce panel, en compagnie du photojournaliste affecté à l’équipe d’enquêtes de La Presse Martin Tremblay et du photographe, documentariste et producteur du World Press Photo Montréal Matthieu Rytz. Les échanges répondront principalement à ces deux questions : La limite de l’acceptable : doit-on tout montrer? et Provoquer ou saisir le moment?

Le public sera également convié à se joindre à la discussion.

Détails de l’événement sur la page Facebook du World Press Photo Montréal,

accessible à l’adresse facebook.com/WPPMTL.

Cet événement est organisé avec la précieuse collaboration de la Maison de la photo de Montréal et de l’UQAM.

www.wppmtl.ca | | Facebook | Instagram | Twitter

BIOGRAPHIES

WORLD PRESS PHOTO MONTRÉAL 2017

- Sébastien Ricard, porte-parole

L’équipe du World Press Photo Montréal a demandé au musicien et comédien Sébastien Ricard d’être le porte-parole de sa 12e édition en raison de son parcours artistique au registre large, abordant à la fois les scènes théâtrale, musicale, cinématographique et performative avec le même engagement. Homme de mots et d’écriture, il est reconnu pour son engagement citoyen, sa liberté de parole et sa sensibilité. Il s’agit de qualités que l’équipe du World Press Photo Montréal valorise et qui font partie de son ADN, à l'instar de celles des porte-paroles précédents, dont Anaïs Barbeau-Lavalette (2016) et Samian (2015).

Né en 1971, connu sous le pseudonyme de Batlam au sein du groupe Loco Locass, il a notamment interprété André Fortin dans le film Dédé, à travers les brumes. Au théâtre, il a joué le duc de Gloucester (Richard III au TNM et au CNA), rôle pour lequel il a obtenu le Prix de la critique 2015-16, Mackie dans L’opéra de quat’sous et le tambour-major dans Woyzcek. En 2010, il est nommé Patriote de l’année par la Société nationale des Québécois et des Québécoises de la Capitale. On le verra à l’automne 2017 dans la série télévisée Olivier et il sera de la distribution du nouveau film de François Girard, Hochelaga, terre des âmes. En janvier et février 2018, il sera de la distribution de la pièce Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès, dans une mise en scène de Brigitte Haentjens (Usine C).

- Burhan Özbilici, photographe lauréat de la Photo de l’année www.worldpressphoto.org/people/burhan-ozbilici

Le photojournaliste turc Burhan Özbilici a remporté la Photo de l’année 2016 et le Premier Prix de la catégorie Nouvelles pour son cliché intitulé Un assassinat en Turquie. Fils d’un intellectuel et héros de la guerre d’indépendance turque, Burhan Özbilici étudie le français dans un institut à Ankara, puis la littérature française et le journalisme spécialisé dans les nouveaux médias en France. Il rejoint l’Associated Press (AP) comme photographe en 1989, intégrant l’équipe en 1996. Il a notamment couvert la guerre du Golfe, la guerre civile syrienne et, en 2016, la tentative de coup d’État en Turquie.

- Amber Bracken, photographe lauréate du Premier Prix, Sujets contemporains www.canon.fr/pro/world-press-photo/amber-bracken

La photographe canadienne Amber Bracken, vivant à Edmonton, a remporté le Premier Prix dans la catégorie Sujets contemporains pour une série de photographies prises lors de plusieurs reportages effectués à l’automne 2016 à Standing Rock, réserve Iakota du Dakota du Nord. Standing Rock a été au cœur d’une lutte contre la construction d’un oléoduc de la société Energy Transfer Partners.

- Matthieu Rytz, commissaire expo Marché Bonsecours, producteur du World Press Photo Montréal

D’origine suisse, le photographe Matthieu Rytz vit et travaille à Montréal. Il est le producteur du World Press Photo Montréal. Anthropologue visuel de formation, passionné d’ethnologie et globe-trotter polyglotte, il parcourt la planète depuis plusieurs années pour documenter le monde contemporain dans sa diversité et sa complexité humaine et culturelle, à travers des photoreportages qui mettent de l’avant une narration visuelle de qualité, intégrant le portrait, la photographie d’art contemporain et le photojournalisme. Depuis 2011, le travail photographique et cinématographique de Matthieu Rytz porte sur les problématiques liées à la montée des eaux à travers le monde.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire