OSHEAGA 2018 – Jour 3 – Florence and the Machine, The National, Dua Lipa, James Bay, Franz Ferdinand et plus

Début de l'événement: 

05 août 2018 - 13:00
Catégories:
Osheaga 2018 - Jour 3 - Dominique Caron
Dermot Kennedy - Osheaga 2018 - Photo: Tim Snow
The Neighborhood - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry
The Neighborhood - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry
Tash Sultana - Osheaga 2018 - Photo: Dominique Caron
Tash Sultana - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry
Tash Sultana - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry
Tash Sultana - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry
Dua Lipa - Osheaga 2018 - Photo: Dominique Caron
Dua Lipa - Osheaga 2018 - Photo: Dominique Caron
James Bay - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry
James Bay - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry
Franz Ferdinand - Osheaga 2018 - Photo: Dominique Caron
Franz Ferdinand - Osheaga 2018 - Photo: Dominique Caron
Post Malone - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry
Post Malone - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry
The National - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry
The National - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry
Florence and the Machine - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry
Florence and the Machine - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry
Florence and the Machine - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry
Florence and the Machine - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry
Florence and the Machine - Osheaga 2018 - Photo: Patrick Beaudry

Photos par Dominique Caron (patwhite), Patrick Beaudry (evenko) et Tim Snow (evenko)

C’était une journée lourde en humidité où la chaleur et le soleil accablants étaient bien difficiles à supporter par moments. Mais la troisième et dernière journée d’Osheaga 2018 était tout aussi chargée de talents et de prestations prodigieuses. De quoi nous faire endurer le tout plus facilement et même nous donner quelques frissons de soulagement.

Dermot Kennedy

Kennedy nous est apparu humble et touché par la foule présente devant lui à la Scène Verte. Il a même révélé en cours de prestation qu’il ne s’attendait pas du tout à voir autant de gens. Mais il faut l’avouer, le jeune dublinois, en plus d’être très charismatique, a un talent brut et sincère. Rencontre entre James Vincent McMorrow et Bon Iver, le style du chanteur irlandais est à la fois poétique et cru. Avec des chansons poignantes comme « After Rain », « Glory » et « A closeness », on ne peut que tomber sous l’emprise. Gageons un retour imminent au Québec et sur une plus grande scène dans une prochaine édition du festival. Définitivement à suivre de près.

The Neighbourhood

Le quintet électro-pop-alternatif californien a fait une apparition remarquée sur la scène de la Rivière dimanche après-midi, alors que la chaleur semblait être à son paroxysme. Une foule dense s’était amassée pour profiter du spectacle énergique du chanteur Jesse Rutherford et de ses comparses. Ils ont joué quelques pièces de leur tout dernier album éponyme sorti en mars dernier, mais la plupart des autres chansons provenaient des deux opus précédents, notamment : « R.I.P. to my Youth », « Prey », « Afraid », « Daddy Issues » et la toujours excellente « Sweater Weather ». Tout souriant, Rutherford a aussi gâté ses fans en se payant un très long et classique « body surfing » à travers la vaste masse de gens qui ne se sont pas fait prier pour profiter de cette unique occasion de transporter leur idole.

James Bay

L’ascension fulgurante de James Bay au sommet des palmarès depuis ses débuts en 2013 est tout aussi impressionnante que sa performance de dimanche soir à Osheaga. Le jeune et célèbre chanteur anglais a offert une douzaine de chansons à une foule épuisée par la chaleur, mais non le moins très excitée par sa présence sur la scène de la Montagne. Malgré un soleil encore cuisant, Bay avec sa nouvelle coupe courte a tout donné à son public. Bien sûr nous avons tous chanté très fort la belle « Let It Go » qui l’a propulsé à la notoriété en l’espace d’un claquement de doigts, mais nous avons aussi dansé sans relâche sur « Pink Lemonade » issue de son dernier album Electric Light, « Craving », la contagieuse « Best Fake Smile » et l’inévitable et très entraînante « Hold Back the River ». James Bay sera de retour à Montréal le samedi 16 mars prochain à la Place des Arts, les billets seront en vente dès le 10 août prochain via www.evenko.ca. À ne pas manquer!

Post Malone

Le rappeur d’origine new-yorkaise (Syracuse) de 23 ans a été l’un des premiers artistes annoncé de la programmation d’Osheaga 2018 et ceci au plus grand plaisir de l’énorme masse de fans entassés devant la scène de la Rivière en fin de journée. Sous un superbe coucher de soleil, Austin Richard Post, mieux connu sous le nom de Post Malone, a chanté treize de ses récentes compositions. « rockstar », « White Iverson », « Psycho » et « Better Now » étaient sur toutes les lèvres et les rythmes contagieux de Post ont mis un baume sur la fatigue généralisée causée par l’infatigable chaleur. Avec autant de succès accumulé après seulement deux albums à son actif dans sa courte carrière, on ne peut que présager d’autres grands accomplissements pour le jeune rappeur.

Florence + The Machine

Florence Welch est apparue comme un ange sur la scène de la Rivière pour le spectacle de clôture de la 13e édition d’Osheaga. Vêtue d’une simple robe de satin de couleur pêche qui épousait parfaitement sa longue forme mince, le vent s’est levé doucement, comme par magie… Ou peut-être était-ce elle la magicienne, saura-t-on jamais, mais elle demeurera certainement toujours la voix enchanteresse d’Osheaga.

Une performance parfaite d’une quinzaine de chansons, sans répit, sans baisse d'énergie, sans trop d’artifices, dansant et virevoltant pieds nus, nous faisant oublier tous nos soucis, sans regret, comme Florence nous l’a ordonné pendant la prestation. Et nous avons obéi. Pendant « Dog Days are Over », nous avons professé notre amour à nos proches et mêmes aux étrangers près de nous et nous avons dû libérer nos mains esclaves de nos appareils mobiles pour relâcher notre énergie et nos inquiétudes dans les airs. Je vous le dit, de la magie pure et simple!

Le groupe indie rock s’est surtout concentré sur les chansons de leur tout dernier album High as Hope, sorti il y a un peu plus d’un mois. De magnifiques découvertes dont « South London Forever », dédiée à sa ville d’origine et à tous ceux ayant survécu ou vivant encore une adolescence ou une vingtaine difficile. Peu avant le rappel, Florence est descendue prendre un bon bain de foule, l'espace de deux chansons. Elle se soutenait sur les mains de ses fans ravis en flottant (oui, oui, elle semblait flotter) doucement à travers le parterre.

« Ship to Wreck », « What Kind of Man » et bien sûr « Shake it Out » en guise d’au revoir ont été parmi les pièces connues choisies par Welch et sa bande pour les admirateurs des premiers jours. La chanteuse a d’ailleurs sincèrement remercié son public pour son support dès leurs tous débuts. Nous n’avons certes aucune inquiétude en ce qui a trait à leur avenir et le support assuré qu’ils recevront dans les années futures. Surtout pas après une soirée aussi féérique.

Par Sophie Ferrandino

Tash Sultana

J’étais en Australie à Melbourne quand j’ai vu Tash Sultana performer pour la première fois. Elle était seule à jouer dans la rue en vendant ses disques sur le trottoir et devant son talent brut, j’ai dû m’arrêter dans ma course pour rester hypnotisée à l’écouter pendant 30 minutes. Depuis elle s’est hissée parmi les grands en jouant dans les festivals à travers le monde et ce dimanche elle a finalement eu l’opportunité d’une première performance à Osheaga. Quel parcours! One woman show, elle chante d’une voix cristalline et puissante, manie la guitare électrique avec dextérité (son instrument principal), rajoute des sons électro en boucle et parfois même du beat box à la flûte de pan (vous connaissez un autre artiste capable de faire ça!?) pour créer des pièces uniques, disjonctées. Tash Sultana, c’est un savant mélange de funk, R&B, rock dont les pièces Big Smoke, Mystik, Notions et sa populaire Jungle ont su nous émouvoir. Sous le soleil tapant, le groove de Tash Sultana était parfait pour ouvrir cette 3e journée d’Osheaga.

Dua Lipa

Dua Lipa a tout pour être une star de la pop à grand succès : une voix maitrisée, mais singulière, une présence dynamique sur scène, une troupe de danse énergique et effets visuels vibrants pour encadrer le tout, bref la machine était bien huilée ! Sur la grande scène de La Rivière, l’auteure-compositrice-interprète anglaise d’origine albanaise a su en mettre plein la vue en enchainant ses succès Be the One, One Kiss, No Lie, IDGAF, et pour la fin New Rules qui l’a vraiment propulsé au niveau planétaire. Un bon moment pop qui a fait danser la foule avec joie et allégresse!

Franz Ferdinand

Les gars écossais étaient en grande forme! Ils ne sont peut-être plus à leur apogée en termes de popularité, mais ils savent toujours donner un bon spectacle et chaque chanson de Franz Ferdinand est un hit accrocheur en soi! En enchaînant avec dynamise les pièces de tous leurs albums confondus, ils ont su faire plaisir aux festivaliers de tous âges amassés devant la Scène Verte. Ils ouvrirent avec la pièce Do You Want To avec un Alex Kapranos toujours aussi charismatique qui s’adressa plusieurs fois à la foule en français, ce qui a eu le don d’en charmer plus d’un! Puis, ils poursuivirent avec No You Girls, Glimpse of Love de leur plus récent album, Dark of the Matinée et devant quitter pour arriver à The National à temps, mais on parie qu’ils ont joué leur mythique Take Me Out.

The National

Après la performance de Post Malone, on redescend tranquillement de notre high d’énergie avec la musique rock mélancolique de The National qui se produisait sur la Scène de la Rivière une fois le soleil couché. Ce fut un bon moment pour le groupe américain dont la musique touchante a su nous bercer au son de la voix grave et réconfortante du chanteur Matt Berninger qui n’a pas hésité à plusieurs reprises à prendre de long bain de foule parmi les miles mains tendues. Avec puissance et assurance, ils ont joué leurs classiques tels que Grace Don’t Swallow the Cap et Need My girl, à laquelle une amie montréalaise du chanteur s’est jointe pour unir leur voix. Une descente en douceur vers le prochain acte, soit la flamboyante Florence and the Machine.

Par Catherine Matusiak

OSHEAGA 2018 - Jour 1 - Lykke Li, Yeah Yeah Yeahs, Portugal. The Man et Sylvan Esso.

OSHEAGA 2018 - Jour 2 - Arctic Monkeys, Blondie, Bahamas, Loud, Billie Eilish et plus!

Revisitez nos photos du weekend via notre page Instagram @ patwhite_com

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire