OSHEAGA 2017 - Jour 3 – Consécration de la 12e édition

Début de l'événement: 

06 août 2017 - 13:35
Catégories:
Osheaga 2017 - Jour 3 - Dominique Caron - Musique - Festival - Montréal
Run The Jewels - Osheaga 2017 - Jour 3 - Dominique Caron - Musique - Festival - Montréal
Run The Jewels - Osheaga 2017 - Jour 3 - Dominique Caron - Musique - Festival - Montréal
Foster The People - Osheaga 2017 - Jour 3 - Dominique Caron - Musique - Festival - Montréal
Foster The People - Osheaga 2017 - Jour 3 - Dominique Caron - Musique - Festival - Montréal
Foster The People - Osheaga 2017 - Jour 3 - Dominique Caron - Musique - Festival - Montréal
Foster The People - Osheaga 2017 - Jour 3 - Dominique Caron - Musique - Festival - Montréal
Vance Joy - Osheaga 2017 - Jour 3 - Dominique Caron - Musique - Festival - Montréal
Vance Joy - Osheaga 2017 - Jour 3 - Dominique Caron - Musique - Festival - Montréal
Whitney - Osheaga 2017 - Jour 3 - Dominique Caron - Musique - Festival - Montréal
Whitney - Osheaga 2017 - Jour 3 - Dominique Caron - Musique - Festival - Montréal
Die Antwoord - Osheaga 2017 - Jour 3 - Dominique Caron - Musique - Festival - Montréal
Die Antwoord - Osheaga 2017 - Jour 3 - Dominique Caron - Musique - Festival - Montréal
Die Antwoord - Osheaga 2017 - Jour 3 - Dominique Caron - Musique - Festival - Montréal
Die Antwoord - Osheaga 2017 - Jour 3 - Dominique Caron - Musique - Festival - Montréal

Il aura fallu deux jours pour que dame nature s’ajuste pour offrir aux festivaliers la parfaite ambiance pour apprécier l’offre musicale variée, mais assurément de qualité de cette 3e journée d’Osheaga avec les performances de Bishop Briggs, Run the Jewels, Die Antwoord et pour conclure The Weekend.

Bishop Briggs

Premier arrêt obligatoire ne cette 3e journée de festival, la chanteuse anglaise Bishop Briggs qui possède un look mêlant extraterrestre et sportif unique à elle tout comme sa musique indie pop à saveur rock edgy. En ouvrant sa prestation avec Wild Horses, la chanteuse assure avec justesse la tonalité de sa voix qui rend ses chansons si personnelles et transcendantes. Une performance qui aura juste, mais sans éclat jusqu’à tant que la chanteuse termine sa pièce maîtresse River en la transformant en une version électro survoltée qui fit réveilla d’un coup la foule qui sauta de cœur joie! - C.M.

Run The Jewels

J’avais très hâte de voir ce groupe de hip-hop américain performer sur scène et je ne fus pas déçue! Bien que le set ait commencé avec des problèmes techniques qui distortionaient la musique, une fois l’équilibre sonore rétabli, le rappeur new-yorkais El-P et le rappeur d'Atlanta Killer Mike ont offert une performance solide en offrant aux fans massés à la Scène de la Rivière, leurs succès tels que Close your Eyes, Call Ticketron, Stay Gold et plus. Le duo offrit plus qu’une prestance musicale, ils s’adonnèrent également à un stand-up vocal à cheval entre le comique et l’éloquence des sujets humanistes, tels que les règles de civilité, le consentement, les problèmes de santé mentale. Bref, un beau témoignage de la nouvelle génération de hip-hop que s’éloigne de l’agressivité gratuite et qui place leur force dans les mots. - C.M.

Foster The People

Le groupe disposait d’une plage horaire enviable juste à temps pour le « golden hour » lorsque le soleil descend sur la vallée du Parc Jean-Drapeau. Et la musique indie pop rassembleuse de Foster The People accompagnait magnifiquement ce moment. Tous les festivaliers y ont trouvé leur compte, lorsque le chanteur dont la voix unique et haut perchée a interprété les pièces telles que la connu Pumped Up Kids autant que les nouvelles Do It for the Money de leur plus récent album Sacred Heart Club. Un beau moment. - C.M.

Die Antwoord

Loin de moi l’idée de créer du FOMO à quiconque, mais si vous avez manqué le show de Die Antwoord, alors vous avez manqué le highlight de la journée de dimanche (pour ne pas dire de tout le festival). Et ce n’est pas seulement moi qui le dit, en discutant avec les festivaliers à propos de leurs coups de cœur du festival, plusieurs ont nommé la performance de ce groupe d’Afrique du Sud comme étant la découverte. C’est d’ailleurs le visuel survolté qui intrigue les gens tout d’abord avant d’être confronté à une musique hors du commun. Au croisement du rap et du rave, le duo éclectique a balancé sans répit leurs hits à une foule qui débordait de tous les côtés de la scène de la vallée. Le look du rappeur Ninja, tatoué sur l’entièreté du corps et la chevelure platine de la menue Yo-landi démontrent de prime abord que nous n’avons pas affaire à des humains réguliers. Démontrant une grande complicité, les deux rappeurs ont offert une performance convaincante, dynamique et dosée d’une agressivité bien canalisée. Banana Brain, Ugly Boy, I Find You Freek, Baby’s on Fire, tous les hits y sont passés pour créer un spectacle qu’il faut voir au moins une fois de sa vie! - C.M.
___________________________________________________________

Tegan and Sara

Les jumelles Quin faisaient parti de la foulée d’artistes canadiens présents à Osheaga cette année. Également des habituées, n’en étant pas à leur premier passage au festival, elles ont offert un spectacle coloré, mais sans plus. Il faut dire que la sonorité n’était pas à son meilleur et on avait souvent peine à bien les entendre. Elles le savaient et elles s’en sont même excusées. Leur charme indéniable et leurs belles harmonies ont quand même eu raison de nos cœurs et il est toujours plaisant de chanter et danser sous le soleil sur les rythmes accrocheurs de « Closer ». Osheaga et Tegan and Sara, c’est une relation faite pour durer! - S.F.

SOHN

Décrire le style ambiant et unique de Sohn est extrêmement difficile si on ne connaît pas. C’est tout simplement envoûtant. Une magnifique découverte dans l’intimité de la scène des arbres, le musicien et chanteur anglais a su séduire la petite foule présente. Toujours assis derrière son clavier, avec son style incomparable et sa voix aiguë, mais poignante, Sohn s’est démarqué dans la foulée du style « indie ». Son premier album « Tremors » sorti en 2014 est un pur délice et il en va de même pour le tout dernier sorti en janvier, « Rennen ». Il fallait y être pour comprendre, sinon je recommande fortement de ne pas rater son prochain passage à Montréal. - S.F.

Vance Joy

Décidément, Osheaga 2017 était l’année des habitués et l’australien Vance Joy – James Gabriel Keogh – n’y a pas fait exception. Mais cette fois, il prenait d’assaut la scène de la rivière et on sentait que la montée des plus petites scènes quelques années auparavant à la scène « des grands » dimanche après-midi l’a fortement impressionné. Le chanteur de 29 ans n’a qu’un seul album studio à son actif et son nouveau simple « Lay It On Me » vient tout juste de sortir, laissant présager un nouvel album à sortir sous peu. Ses nombreux succès « Mess Is Mine », « Georgia », « Fire and the Flood » et l’incontournable « Riptide » l’ont rapidement propulsé au sommet de tous les palmarès. Mais son sourire contagieux, ses petites bouclettes brunes ainsi que son accent australien font aussi de Vance Joy la coqueluche de ces dames. On l’a bien senti encore une fois cette année! Parions un retour rapide sur scène à Montréal d’ici 2018, un rendez-vous à ne pas manquer!

Immense coup de cœur pour Die Antwoord qui m'ont fait hurler leurs chansons à pleins poumons et danser comme jamais! Des bêtes de scène et des artistes de grand talent. Quelle expérience mémorable! - S.F.

La critique complète de The Weeknd, ICI!

La critique complète de MUSE, ICI!

Lisez la critique complète du JOUR 2 par Sophie Ferrandino et Catherine Matusiak ICI!

La critique complète de Lorde, ICI!

Lisez la critique complète du JOUR 1 par Sophie Ferrandino et Catherine Matusiak ICI!

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire