Compostelle le dixième jour: l’ultime marche vers la ville de Conques !

Ça y est, cela se termine ici, notre route, notre chemin de Compostelle. Après un dernier petit 11 km de marche, nous avons atteint, chacun à notre rythme, chacun à notre manière, l’époustouflante ville de Conques, notre but ultime, notre inspiration.

Ce que chacun d’entre nous avait en tête au moment de franchir le seuil de cette ville mille fois imaginée depuis notre départ reste personnel et légèrement mystérieux.

Pour moi, de la musique plein les oreilles, ce fut l’un de ces moments magiques, de ceux qui transforment la vie en rendant tout simplement heureux. Il faut dire qu’à ce même moment, devant mes yeux embués, une image, touchante, allait rester dans ma tête pour longtemps : notre ami Denis – qui avait dû se résoudre à prendre la navette jusqu’à Conques à cause d’un pied blessé – attendait l’arrivée de sa femme, histoire de franchir, à deux, les portes de la ville. Un moment totalement émouvant… !

Au terme de ce merveilleux voyage, la dernière pierre que j’ai déposée sous une croix le long de la route (moi qui l’avait fait des dizaines de fois pour et en l’honneur d’amis, de membres de ma famille, de connaissances – je l’ai choisie et placée pour moi-même, au-dessus d’un amas d’autres petits rêves accomplis ou sur le point de l’être, fière de moi comme jamais je ne l’ai été.

Je me suis souhaité d’être désormais aussi heureuse qu’à ce moment précis et de revenir, un jour, poursuivre cette route qui m’a tant fait grandir.

Puis, j’ai poursuivi mon chemin car, au fond, il ne faisait véritablement que commencer.

Ajouter un commentaire