Retour de la pièce Le Pillowman, du 11 au 22 janvier 2011 au Théâtre du Rideau Vert.

Début de l'événement: 
11 janvier 2011 - 00:00

Le Théâtre de La Manufacture propose en codiffusion avec le Théâtre du Rideau Vert le retour de la pièce Le Pillowman, du 11 au 22 janvier 2011 au Théâtre du Rideau Vert.

La pièce...

Nous sommes dans un État totalitaire. S’il travaille dans un abattoir, Katurian se définit avant tout comme un auteur. Il a des centaines de nouvelles à son actif. Écrivain dans l’ombre, il n’a pour tout public que Michal, son frère aîné, un homme demeuré dans l’enfance : il est juste un peu lent, dira Katurian, qui s’en est fait le protecteur suite à la mort de leurs parents.

Un jour, Katurian se fait embarquer pour un interrogatoire. Il est en garde à vue, les autorités s’intéressent à ses écrits. Katurian ne comprend absolument pas pourquoi. Tupolsky et Ariel, deux inspecteurs chargés de l’enquête qui aiment bien « croquer de l’auteur » à l’occasion, voient les choses autrement… Car ce que Katurian ne sait pas, c’est que trois enfants sont disparus dans des circonstances qui ne sont pas sans rappeler certaines de ses nouvelles.

Martin McDonagh propose ici une comédie noire charbon qui se double d’un conte moderne. Un regard sur l’enfance, sur ses rêves, ses blessures et ses espoirs qui, tels des fossiles incrustés au plus profond de nos êtres, définissent nos gestes, nos relations, nos vies.

Le Pillowman pose une question cruciale : un créateur doit-il être tenu responsable des conséquences sur sa communauté de l’expression de son imaginaire? Dans les histoires de Katurian, des personnages étranges nous interpellent : un petit cochon vert est heureux d’être différent, le pillowman vient hanter les enfant juste avant leur sommeil, une petite fille est convaincue d’être la réincarnation de Jésus… Katurian pourrait-il renier ses histoires, en choisir une plutôt qu’une autre? Et s’il devait choisir entre son œuvre et sa vie ? Peu importe ce qu’y font, Michal, peu importe quoi, tu signes rien. Peu importe ce qu’y peuvent te faire, tu signes rien.

Né en 1970 à Londres, Martin McDonagh est aujourd’hui un auteur reconnu au Royaume-Uni, en Irlande, aux États-Unis et un peu partout dans le monde : ses textes ont été produits dans une quarantaine de pays.

Jouissant d’une place enviable dans le paysage culturel depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 1980, Denis Bernard (Mise en scène) cumule depuis interprétation au théâtre, à la télévision, au cinéma et mise en scène.

Du côté de l’interprétation, un quatuor d’acteurs de talent sera au rendez-vous : Antoine Bertrand donnera vie à Katurian, l’auteur, Frédéric Blanchette à son frère, Michal. David Boutin et Daniel Gadouas incarneront Ariel et Tupolski, les deux policiers plutôt inquiétants. Audrey Rancourt-Lessard sera l’incarnation de l’enfance.

La production réunit aussi une équipe de concepteurs fidèles et complices de La Manufacture :
Olivier Landreville au décor, Marc Senécal aux costumes, Ludovic Bonnier à la musique, André Rioux à la lumière, Patricia Ruel aux accessoires et Suzanne Trépanier aux maquillages. Marie- Hélène Dufort assume l’assistance à la mise en scène.

AU THÉÂTRE DU BIC DU 25 AU 27 NOVEMBRE 2010
À QUÉBEC, AU THÉÂTRE DE LA BORDÉE DU 30 NOVEMBRE AU 11 DÉCEMBRE 2010
AU THÉÂTRE DU RIDEAU VERT DU 11 AU 22 JANVIER 2011

(Source : Théâtre de La Manufacture - Crédit du visuel de l'affiche : Rolline Laporte )

Ajouter un commentaire