FPJQ

De nombreux prix et bourses ont été remis hier soir lors de la soirée de Gala du congrès de la FPJQ ou furent aussi soulignés les 40 ans de la Fédération Professionnelle des journalistes du
Québec.

Le Prix Judith-Jasmin Hommage
-----------------------------

Le prix Hommage a été remis à Pierre Nadeau pour honorer la carrière

Le Centre culturel Simon Bolivar présente le documentaire Mexique illégal de deux membres de la FPJQ, Lisa-Marie Gervais, journaliste au Devoir, et Pedro Ruiz, photographe.

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec vient de créer un réseau de photographes de presse et un mailing list à leur intention. Pour débuter les activités, la FPJQ invite tous ceux et celles qui s'intéressent à la photo de presse à un «Lundi de la pige» qui vous donnera un bon aperçu du marché actuel de la photo de presse.

Qui achète des photos de presse ? À quels tarifs ? Dans quelles circonstances ? Comment réussit-on à vendre des photos de presse à un média? Quelles sont les conditions techniques ? Qu'en est-il des droits d'auteur? Le lundi 28 février 2005 de 19 h à 21 h à Montréal
Avec: Alain-Pierre Hovasse, directeur photo du quotidien La Presse, Roland-Yves Carignan, directeur de l¹information visuelle (National Post, The Gazette, Spafax; Jocelyne Fournel, directrice artistique du magazine L'actualité.

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec invite les journalistes à joindre ses rangs au cours de la campagne de recrutement qui bat son plein en ce moment. Jusqu’au 22 novembre, des rabais spéciaux rendent l’adhésion encore plus attrayante.

La FPJQ compte 1700 membres dans plus de 250 médias différents. Porte- parole des journalistes sur toutes les questions professionnelles, elle intervient actuellement contre les restrictions que les juges veulent imposer aux journalistes dans les palais de justice, contre le projet du bureau du coroner qui restreindrait l’information, contre les pratiques du Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal qui entravent le travail des journalistes, contre le Grand prix de Trois-Rivières qui refuse l’accès d’un journaliste à une de ses activités, pour le maintien de l’information journalistique au sein du mandat de Télé-Québec qui est en révision, contre les politiques de communication gouvernementales qui empêchent d’avoir accès à l’information, etc. La FPJQ défend pied à pied le journalisme.