L’Opéra de Montréal ouvre sa saison avec Tosca le 16 septembre

Début de l'événement: 

16 septembre 2017 - 20:00
Catégories:

L’Opéra de Montréal ouvre sa 38e saison en grand avec ce qui incarne l’essence de l’opéra : le mélodrame passionnel Tosca de Giacomo Puccini. Amour, jalousie, intrigues politiques et tension constante… tous les éléments d’un opéra-thriller sont présents dans cette nouvelle co-production de l’Opéra de Montréal et du Cincinnati Opera à la facture classique nous faisant revivre le contexte et lieux historiques de l’histoire (Rome de 1800) dans une mise en scène de grande finesse de Andrew Nienaber, étoile montante de la mise en scène aux États-Unis.

Distribution

Après son émouvante Butterfly, la soprano américaine Melody Moore revient à l’Opéra de Montréal pour incarner son rôle signature et intense de Floria Tosca. Moore représente aujourd’hui l,une des meilleures interprètes de Tosca dans le monde. Le ténor chilien Giancarlo Monsalve sera son amant, le peintre Mario Cavaradossi, pour ses débuts à la compagnie. À leurs côtés, le baryton canadien Gregory Dahl (Aida – 2016) incarnera le sinistre Scarpia, le chef de la police, la basse américaine Valerian Ruminsky (Otello – 2016), celui du Sacristain et le baryton canadien Patrick Mallette, le rôle de Cesare Angelotti (Les Feluettes – 2016). Autres rôles : Rocco Rupolo (Spoletta), Nathan Keoughan (Sciarrone), qui chantera d’ailleurs Pink dans la reprise d’Another Brick in the Wall à Cincinnati en 2018, Max Van Wyck (Un geôlier) et Chelsea Rus (Un pâtre). La production évoluera dans des décors et costumes de Robert Perdziola et des éclairages de Thomas C. Haze. L’Orchestre Métropolitain et le Chœur de l’Opéra de Montréal (préparé par Claude Webster) seront dirigés par le chef italien Giuseppe Grazioli.

L’histoire : un baiser mortel...

La cantatrice Floria Tosca est la maîtresse du peintre Mario Cavaradossi, complice du fugitif Angelotti. Le chef de la police, Scarpia, joue sur la jalousie et la passion de Tosca pour piéger Cavaradossi. Suite à l’arrêt de celui-ci, Scarpia exerce un odieux chantage sur Tosca : elle doit céder à ses avances pour sauver l’homme qu’elle aime. Elle accepte et Scarpia donne l'ordre de simuler l'exécution de Cavaradossi, tout en donnant un contrordre discrètement. Une fois signé le sauf-conduit des amants, Scarpia s’approche de Tosca et elle le poignarde – « Voici le baiser de Tosca ! », crie-t-elle. Elle se précipite au château Saint-Ange pour rassurer son amant et l’aider à feindre sa mort. Mais Mario est réellement fusillé et c'est un cadavre criblé de balles que Tosca retrouve…

L’œuvre : le drame avant tout

Puccini pense à mettre en musique la pièce La Tosca de Sardou dès 1889, à peine un mois après la première de son premier opéra Edgar. Ce projet sera ensuite mis de côté jusqu’en 1895, lorsqu’il voit une représentation de La Tosca avec la célèbre actrice Sarah Bernhardt dans le rôle-titre. En 1896, quelques mois après la première de La bohème, Puccini lutte pour obtenir l’autorisation de l’auteur qui avait, entre-temps, donné les droits à un autre compositeur. Lorsqu’il obtient enfin les permissions nécessaires, il doit aussi convaincre le librettiste Giuseppe Giacosa du potentiel opératique de ce sujet.

Pourquoi tant d’obstination et de persévérance à mettre Tosca en musique? Bien que Puccini n’ait jamais été particulièrement intéressé par les intrigues politiques, il a tout de suite ressenti le potentiel dramatique de l’histoire de Tosca. Giacosa et Illica répondent à ce potentiel en concentrant l’action sur l’affrontement entre Tosca, Cavaradossi et Scarpia. La musique de Puccini contribue à mettre le drame au premier plan, allant parfois à l’encontre des désirs de son éditeur Ricordi et des conventions opératiques en vigueur. Il refuse, par exemple, d’écrire un duo d’amour entre Tosca et Cavaradossi, puisque, comme le rapporte le musicologue Julian Budden, Puccini soutenait que Tosca « serait trop préoccupée par l’aboutissement des événements pour pouvoir se livrer à des effusions qui lui feraient perdre du temps ».

La musique

La musique colle aux passions de l’histoire. L’atmosphère est sombre (Puccini choisit des tessitures basses et une seule voix féminine) et oppressante, et sa fine musique ne cède à aucun débordement. Le pivot dramatique de l’œuvre, l’acte II, est l’affrontement à huis clos des trois protagonistes, où Puccini dépeint avec beaucoup d’acuité l’étouffement, le piège qui se referme sur les amants. Avec Tosca, Puccini brille d’efficacité et livre l’émotion, qu’on pense seulement à l’air de lamentation du deuxième acte où Tosca chante sa douleur (Vissi d’arte, vissi d’amore), et celui de désespoir de Cavaradossi au début du troisième acte (E lucevan le stelle).

Parmi les plus célèbres cantatrices qui ont interprété le rôle de Tosca, une place particulière doit être réservée à Maria Callas qui y débuta le 27 août 1942, et acheva sa carrière scénique par ce rôle fétiche, le 5 juin 1965. Elle est considérée comme la « Tosca du siècle ».

Opéra : Tosca de Giacomo Puccini
Genre : Drame tragique
Structure : 3 actes
Langue : en italien avec surtitres français et anglais
Livret : Giuseppe Giacosa et Luigi Illica (d’après la pièce de Victorien Sardou)
Création : Rome, Teatro Costanzi, le 14 janvier 1900
Production : Opéra de Montréal et Cincinnati Opera

Dernière présentation à l’Opéra de Montréal : février 2010

Septembre à l'opéra de Montréal

Parlons opéra - Gratuit

L’Opéra de Montréal sort de ses murs pour vous parler opéra. Parlons opéra! est une nouvelle série d’initiation aux opéras de la saison. En compagnie du musicologue Pierre Vachon (Ph.D.), d’un pianiste et de chanteurs, une plongée au cœur de chaque opéra en 90 minutes (incluant une pause café) : histoire, musiques, voix, contexte culturel, compositeur, style...

Prmeier rendez-vous : Tosca de Puccini

FRANÇAIS : dimanche 10 septembre à 14

Lieu : Auditorium de la Grande Bibliothèque Info
ANGLAIS : dimanche 10 septembre à 10h30
Lieu : Victoria Hall Info

Festival international de la littérature

L’Opéra de Montréal est heureux de contribuer pour une troisime année au FIL en présentant OPÉRA DE RUE – HUMANITUDES : QUAND L’OPÉRA EST INSTRUMENT DE RÉINSERTION SOCIALE. Le Sac à Dos et l’Opéra de Montréal se sont associés dans un projet innovant favorisant par l’opéra la réinsertion sociale de personnes qui ont vécu une situation d’itinérance. Ce projet, étalé sur un an, a permis la création d’un opéra basé sur l’histoire des personnes itinérantes en plus de les initier à tous les aspects de l’opéra par une équipe de profesisonnels des arts de la scène. Cet événement propose la présentation de l’œuvre en version concert et d’une table ronde avec le compositeur Eric Champagne, le librettiste José Acquelin, l’instigatrice Nicole Blouin. Animation : Pierre Vahcon.
Date : 29 septembre, 19 h
Lieu : Chapelle historique du Bon-Pasteur Info

OPÉRA DE MONTRÉAL | SAISON 2017-2018 – 38E SAISON

Tous les opéras sont présentés en langue originelle, avec surtitres bilingues projetés au-dessus de la scène.

SALLE WILFRID-PELLETIER DE LA PLACE DES ARTS (PDA)
PUCCINI – TOSCA | 16, 19, 21, 23 septembre 2017 à 19 h 30
ROSSINI – La Cenerentola | 11, 14, 16, 18 novembre 2017 à 19 h 30
LITTLE/VAVREK – JFK | 27, 30 janvier, 1er, 3 février 2018 à 19 h 30
GOUNOD – Roméo et Juliette | 19, 22, 24, 26 mai 2018 à 19 h 30

ESPACE GO
SOKOLOVIC – Svadba (Mariage) | 24, 26, 27, 29, 30, 31 mars 2018 à 19 h 30
Conception graphique de la campagne 2017-2018 de l’Opéra de Montréal : Brad
VENTE DE BILLETS

ABONNEMENT
À 4/5 opéras offert dès maintenant à partir de 169 $ et en vente jusqu’au 18 novembre 2017.
Billetterie de l’Opéra de Montréal uniquement : 514-985-2258 • 1 877 385-2222
Operademontreal.com

BILLETS À LA PIÈCE
Billetterie de l’Opéra de Montréal : 514-985-2258 • 1 877 385-2222
Operademontreal.com
Billetterie de la Place des Arts : 514-842-2112 • 1 866 842-2112
À partir de 20 $

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire