Le secteur touristique se met au « vert » dans l'État du Vermont

Catégories:

LES MONTAGNES VERTES, VERTES, VERTES!

Au Vermont, amoureusement appelé l’État des Montagnes vertes, ce qui représente le plus fidèlement notre état d’esprit est l’intérêt que nous portons à notre environnement – du sol que nous foulons à l’art que nous créons jusqu’à l’air que nous respirons. Des gens venant de tout le pays contribuent, chacun à leur mesure et à leur façon, à protéger et améliorer leur environnement. Tous ceux qui ont la chance de vivre et travailler dans l’État des Montagnes vertes ont la réputation d’être des écologistes et des pionniers innovant pour garder un environnement pur.

Les initiatives écologiques les plus récentes de Bromley concernent l’usage de verres et contenants de plastiques biodégradables utilisés, entre autres choses, pour les frites! Fait inusité, l’huile végétale de cuisson quotidienne est recyclée et alimente la fournaise qui chauffe l’atelier d’entretien tout au long de l’hiver. Dans un proche avenir, une fois que le projet de système de raffinement aura été réalisé, Bromley prévoit d’utiliser toute « l’énergie des frites » pour sa flotte de véhicules diesel !

Ainsi, imaginer de nouvelles façons de protéger l’environnement où nous nous épanouissons est normal au Vermont. Mount Snow recycle déjà toutes les graisses résiduelles venant de la cafétéria pour le carburant des navettes. On y récupère la chaleur dégagée par les compresseurs des canons de neige artificielle pour réchauffer les installations centrales. L’huile de moteur des voitures commerciales est également recyclée pour chauffer les bâtiments. Enfin, tous les travaux d’imprimerie sont faits avec de l’encre à base de soya.

Loin des huiles de friture et des navettes fonctionnant au diesel, le Trapp Family Lodge produit, par ailleurs, un excellent sirop d’érable « à l’ancienne ». Le maître acériculteur du domaine utilise de simples chaudières pour recueillir la sève des érables avec un attelage de chevaux de traits. Il bout ensuite le liquide dans la cabane à sucre, grâce à un immense évaporateur au bois, jusqu’à obtenir la consistance d’un sirop. Une méthode traditionnelle qui remonte aux années 1940 et 1950. Environ 1200 chalumeaux sont installés annuellement et produisent environ 300 gallons (soit 1136 l) de sirop par an. La saison débute à la fin mars et l’établissement offre des forfaits spéciaux « temps des sucres » qui invitent les curieux à découvrir ce savoir-faire traditionnel et non motorisé.

Stratton voit dans l’érable un moyen d’assurer la pérennité de la station. Récipiendaire de deux Vermont Governor’s Awards et de trois Silver Eagle Environmental Awards soulignant son excellence en matière de défense de l’environnement, Stratton soutient que celui-ci constitue l’atout numéro 1 d’une station de ski et de planche.

Cette année, le projet Fresh Tracks, fait appel aux services d’une entreprise locale (Brattleboro), Allard Lumber, détentrice d’une certification écologique, pour extraire les arbres de 494 acres (200 ha). Les érables à sucre et les érables rouges coupés feront l’objet d’un programme pilote initié par Redstart Forestry et le Vermont Sustainable Jobs Fund ou le fond pour les emplois durables au Vermont (VSJF). Ainsi, les rondins de bois sont coupés et rassemblés à Stratton, sciés par la société Allard Lumber et finiront enfin leur périple chez Copeland Furniture à Bradford dans le Vermont. Ce bois produira des meubles de bois dur de deux qualités distinctes, toutes deux certifiées par le Forest Stewardship Council. Le programme a pour objectif de surveiller et comptabiliser l’approvisionnement durable en bois rond provenant du Vermont et documenter la chaîne de transformation de l’arbre au produit fini.

À l’Okemo Mountain Resort, la culture de la gestion de l’environnement prend sa source au sein de la direction avec Tim and Diane Mueller, les propriétaires, et influence jusqu’au dernier membre du personnel dans toutes leurs tâches quotidiennes. Depuis deux ans, les Mueller achètent des certificats d’énergie renouvelable en contrepartie de la totalité de leur consommation en électricité.

Un comité sur l’environnement d’Okemo (CEO), nouvellement créé et géré exclusivement par des bénévoles, a réussi à développer et uniformiser un programme de recyclage à l’échelle d’Okemo. Grâce à des formations et une communication régulières auprès de tous les employés d’Okemo, le CEO a contribué à implanter une culture d’entreprise où les gestes de chaque employé peuvent et font toute la différence.

Une des couleurs du Smugglers Notch est le vert, ses idées aussi. De nombreux programmes et initiatives ont été mis en place de façon permanente, que ce soit pour protéger les ours et les oiseaux ou pour le recyclage. D’ailleurs, pour avoir su réduire son empreinte écologique, Smuggs a reçu le prix Governor’s Award for Environmental Excellence & Pollution Prevention lors de la saison 2006/2007.

Son empreinte écologique a pu être réduite, notamment grâce à la construction de maisons répondant aux plus hautes exigences en matière d’économie d’énergie, à l’utilisation d’un véhicule électrique en guise de navette, à l’installation de panneaux solaires pour l’eau chaude, à l’achat d’un compresseur électrique pour les canons à neige, à l’utilisation de diesel-bio pour l’équipement tout terrain, et à bien d’autres initiatives encore.

Afin d’aider les clients à réduire leurs propres empreintes écologiques, Smuggs leur recommande le covoiturage et met à leur disposition le forum de discussion Ride Share. La station offre aussi gratuitement un service de transport aller-retour durant les vacances et les fins de semaines avec plusieurs points de chute dans les trois comtés frontaliers.

Montez à bord : http://www.smuggs.com/pages/universal/environment/index.php

L’année dernière, Killington Resort et Pico Mountain ont conjugué leurs efforts pour réduire de manière significative leurs émissions de gaz à effets de serre (ou de dioxyde de carbone) grâce à divers programmes écologiques ou de recyclage : interdiction de laisser tourner les moteurs en position d’arrêt pour l’ensemble des véhicules de l’entreprise (incluant les motoneiges) et l’installation de la technologie Freeaire, qui utilise la fraîcheur naturelle de l’air à des fins de refroidissement pour six des chambres froides de la station de Killington.

Spruce Peak at Stowe, la nouvelle section de Stowe Mountain a remporté deux prix remis par Audubon International, un organisme environnemental à but non lucratif basé dans l’État de New-York : Spruce Peak at Stowe est le premier complexe touristique en montagne aux États-Unis à remporter le Audubon’s Green Community Award et dont le terrain de golf est reconnu comme un Audubon Signature Sanctuary (www.auduboninternational.org).

Stowe Mountain Resort, une entreprise membre de l’American International Group (AIG), profite d’un véritable essor grâce à Spruce Peak at Stowe, une nouvelle communauté de montagne, ainsi qu’aux améliorations apportées aux zones skiables du légendaire Mount Mansfield et Spruce Peak.
Le complexe Spruce Peak at Stowe, développé par AIG Global Real Estate, comprend de très belles résidences à vendre, le Stowe Mountain Lodge (un hôtel luxueux), un spa et un centre de bien-être hauts de gamme, un terrain de golf de 18 trous, une zone réservée aux restaurants et aux boutiques, une piscine et un futur centre pour les arts de la scène.

Des initiatives écologiques ont été lancées dès 2003. Seuls 35 acres (15 ha) sur les 2000 (plus de 800 ha) qui constituent le domaine de Spruce Peak at Stowe seront construits. Le reste du domaine sera ainsi protégé et restera sauvage. Pour plus d’informations, visitez le site - www.sprucepeak.com.

Des chiffres, des litres, des kilowatts et des dollars…

100. C’est le pourcentage d’électricité que les établissements suivants parviennent à compenser en achetant des certificats d’énergie renouvelable : Killington, Mad River Glen, Middlebury College Snow Bowl, Okemo Mountain Resort, Pico Mountain et Stratton.

Middlebury College Snow Bowl est la première station de ski à avoir réussi à atteindre la neutralité carbone en compensant non seulement pour son utilisation d’électricité, mais aussi de gaz, de propane, de diesel et de bio-diesel, ainsi que pour l’énergie nécessaire au transport aller-retour des skieurs vers les pistes. Pour sa première saison, 2006-2007, la station a compensé 679,9 tonnes de dioxyde de carbone.

Les 251 nouveaux canons à ventilateurs de Mount Snow requièrent à peine 1/3 de l’énergie normalement consommée par les canons air/eau traditionnels. Chaque canon possède son propre petit compresseur, produisant ainsi l’air comprimé dont il a besoin, ce qui évite l’utilisation de canons fonctionnant au diesel et permet une économie moyenne de 200 000 gallons d’essence, soit près de 757 000 litres par an.

À Killington, des millions de dollars ont été investis dans l’efficacité des systèmes d’enneigement et dans l’achat de canons à neige à faible consommation d’énergie. Durant les trois dernières années, l’utilisation de diesel à baissé de 30% et celle d’électricité de 25%.

Dans le cadre de l’une des ses activités les plus cruciales, à savoir l’enneigement, Sugarbush suit la règle numéro 1 en préservation de l’environnement: réduire et économiser. Depuis que la station a installé 230 canons à neige avec gicleurs à faible consommation d’énergie en 2006, elle a réussi à réduire ses besoins en électricité de plus de 5 millions de kilowatt/heure et à économiser près de 200 000 gallons d’essence, soit environ 757 000 litres de carburant. Résultat: une diminution de 250 000 lb, soit près de 114 000 kg d’émissions de dioxyde de carbone. Et il semble qu’on a tout à gagner à être vert, on estime le montant des économies réalisées à 300 000 $ !

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire