Le Musée des Beaux-arts de Montréal dévoile son nouveau pavillon en présence de Pauline Marois.

Début de l'événement: 

03 mai 2013 - 10:00
Catégories:

Le Musée des Beaux-arts de Montréal a dévoilé ce matin le projet du futur Pavillon 5 en présence de la première ministre du Québec, Pauline Marois. Ce nouvel espace sera inauguré à l’occasion du 375e anniversaire de la ville de Montréal, en 2017.

Il y verra s’installer la collection privée de tableaux anciens de Renata et Michal Hornstein. Un don de près de 80 œuvres d’une valeur approximative de 100 millions de dollars. Pauline Marois a longuement remercié le couple qu’elle a qualifié d’« un des plus beaux trésors montréalais ». Le pavillon permettra également d’accueillir la récente donation de Ben Weider sur Napoléon Ier ainsi que la collection jusqu’à Picasso.

Il sera également un lieu éducatif et communautaire avec de larges espaces aménagés dans ce sens.

La première ministre a souligné l’importance des arts pour son gouvernement. Celui-ci a fait un don de 18,5 millions pour la construction du pavillon.

L’architecture du Pavillon 5 est le résultat d’un concours que Manon Asselin Architecte et Jodoin Lamarre Pratte ont remporté. Organisé en décembre 2012 par le MBAM, plus de 20 firmes basées au Québec ont répondu à l’appel. Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du musée, avoue être « tombé en amour » sur le projet de l’architecte.

L’architecture du pavillon, installé rue Bishop, a pour but de « se projeter vers la ville et d’y rayonner », selon sa conceptrice, Manon Asselin. Fait de verre, de bois et de pierre, il comprend un escalier de bois « pour flâner » et des jardins intérieurs. Il sera également possible d’avoir accès au reste du musée par voie souterraine ou aérienne.

Encré dans son époque par son esthétisme et son dynamisme, le projet « répond parfaitement à notre vision d’un musée du 21e siècle » a poursuivi la directrice, « On n’est plus dans un lieu d’inventaire d’objets mais on est dans un lieu de partage, d’émotion et de bien-être ». Une ouverture vers l’extérieur chère au musée.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire