Le FIFEM dévoile la programmation de sa 20e édition

Début de l'événement: 

04 mars 2017 - 20:00
Catégories:

Le Festival International du Film pour Enfants de Montréal (FIFEM) est heureux de dévoiler la programmation de sa 20e édition qui se tiendra pendant la semaine de relâche, du 4 au 12 mars prochain. Afin de célébrer comme il se doit ce 20e anniversaire, c’est un nombre record de 20 films, dont 10 courts-métrages, qui seront présentés en compétition officielle. La programmation inclura également une section en version anglaise, des courts-métrages pour les tout-petits et plusieurs autres surprises, pour le plus grand plaisir des jeunes cinéphiles.

Rappelons que c’est le film LE CŒUR EN BRAILLE, adapté du roman éponyme de Pascal Ruter, qui sera présenté en ouverture. Le long-métrage est réalisé par le populaire comédien français Michel Boujenah (Père et fils, 3 amis), qui sera d’ailleurs présent à Montréal dans le cadre du festival. Présenté en première nord-américaine, c’est le film PRIMAIRE, mettant en vedette Sara Forestier, qui clôturera le festival en présence de la réalisatrice Hélène Angel.

Depuis maintenant 20 ans, le FIFEM s’engage à ouvrir les horizons des cinéphiles de demain grâce à sa programmation internationale. Avec 20 films présentés en « Compétition officielle », les familles montréalaises seront conviées à un véritable tour du monde en 9 jours. Du côté des longs-métrages, on visitera l’Allemagne avec À HAUTEUR D’HOMME d’Evi Goldbrunner et Joachim Dollhopf, qui trace l’histoire de Michael, un jeune garçon intimidé à l’école qui déménage à contrecœur chez son père alors que ce dernier est la raison des railleries dont il est victime; la Norvège avec GRAND HÔTEL d’Arild Fröhlich, sur l’amitié inusitée entre un enfant atteint du syndrome de Gilles de La Tourette et d’un vieil écrivain alcoolique; la France avec JAMAIS CONTENTE d’Émilie Deleuze, à propos de l’adolescence difficile d’une jeune fille pour qui rien ne va; la Pologne avec LA PORTE BLEUE de Mariusz Palej, qui suit les aventures incroyables du petit Lukas, qui, suite à un accident ayant laissé sa mère dans le coma, doit affronter ses peurs lorsqu’il trouve un passage secret vers une autre dimension; les Pays-Bas, la Belgique et la Croatie avec LE JOUR OÙ MON PÈRE EST DEVENU UN BUISSON de Nicole van Kilsdonk, sur le périple de Toda, qui entreprend un voyage audacieux quand son père est subitement appelé à défendre son pays; la Suisse avec LE PETIT SUMO de Stefan Jäger, à propos d’un ancien champion de lutte qui voit sa retraite bouleversée par l’arrivée dans son immeuble d’un jeune garçon qui rêve de devenir lutteur-sumo; la Corée du Sud avec MEILLEURES ENNEMIES de Ga-Eun Yoon, film émouvant qui donne un aperçu du monde affectif ambivalent et très complexe de deux fillettes; Taïwan avec SOURIEZ LES ENFANTS de Laha Mebow, sur l’enfance soudée de trois gamins nés dans une tribu indigène isolée; et la Suisse avec MA VIE DE COURGETTE de Claude Barras, sur l’histoire d’un vaillant petit garçon qui doit s’adapter à sa nouvelle vie en foyer d’accueil. Ce long-métrage a d’ailleurs été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes et a reçu de nombreux prix dans plusieurs festivals à travers le monde, dont le Cristal du long métrage et le prix du public au Festival international du film d’animation d’Annecy en 2016. Il est également nommé pour l’Oscar du meilleur film d’animation en 2017.

Pour la toute première fois, on retrouvera également une sélection de courts-métrages en « Compétition officielle ». Ce volet inédit permettra aux cinéphiles de découvrir le film d’animation DEUX ESCARGOTS S’EN VONT (France) du réalisateur Jean-Pierre Jeunet, inspiré d’un poème de Jacques Prévert et mettant en vedette les voix de nombreux comédiens dont Audrey Tautou; SPRING JAM (Nouvelle-Zélande) de Ned Wenlock, à propos d’un jeune cerf dont les bois n’ont pas encore poussé et qui a besoin de musique pour la saison des amours; NADINE (Canada) de Patrick Péris, qui présente un adolescent qui doit surmonter sa timidité lorsqu’il veut aborder une belle inconnue; LE PETIT BONHOMME DE POCHE (Suisse, France, Géorgie) d’Ana Chubinidze, l’histoire d’un petit bonhomme qui se lie d’amitié avec un vieil aveugle grâce à leur passion mutuelle pour la musique; J’AIME LES FILLES (Canada) de Diane Obomsawin, qui dépeint les anecdotes intimistes de quatre amies qui se racontent avec franchise leurs premières histoires d’amour; THE SHADOW WHICH TURNED INTO LIGHT (Iran) de Nazanin Soghan Sarbandi, le récit surréaliste de l’ombre d’un marionnettiste qui décide de quitter ce dernier et faire carrière solo; ROGER (Espagne) de Sonia Cendón, Arnau Gòdia, Sara Esteban, Ingrid Masarnau, Martí Montañosa, comédie qui met en scène Roger, personnage de pâte à modeler en vedette dans une série d’animation stop motion, qui est mis de côté au profit de son double; LA LICORNE (France) de Rémi Durin, à propos d’une reine qui décide de partir à la recherche d’un animal mythique; WAY OF GIANTS (Brésil) d’Alois di Leo, où l’on suit Oquirá, une petite fille indigène de six ans qui vit dans une forêt d’arbres géants; et finalement MOON GIRL (France) de Nicolas Bianco Levrin, le touchant récit d’un petit cafard qui, depuis les bas-fonds parisiens, nourrit un amour inconditionnel pour la lune.

Comme chaque année, le FIFEM fait la part belle à des œuvres inédites du patrimoine cinématographique mondial, notamment grâce à sa section « Panorama ». Ainsi, une panoplie de longs-métrages seront présentés en français au Cinéma Beaubien : la trilogie ANTBOY, d’Ask Hasselbalch, qui vous donne la chance de revoir sur grand écran les deux premiers épisodes de la trilogie mettant en vedette ce héros attachant et le retrouver dans sa nouvelle aventure : ANTBOY 3 : LE COMBAT FINAL; GUS, PETIT OISEAU, GRAND VOYAGE de Christian de Vita, qui nous fait découvrir l’histoire de Gus, petit oisillon, qui doit diriger ses semblables dans la grande migration; IQBAL, L’ENFANT QUI N’AVAIT PAS PEUR de Michel Fuzellier et Babak Payami, qui met en scène un jeune garçon prêt à tout pour aider sa mère et soigner son frère, même à vendre sa chèvre adorée; et OPÉRATION PINGOUINS de Stuart McDonald, l’histoire d’un fermier excentrique qui tente, avec l’aide de sa petite fille, d’entraîner son chien Oddball à protéger un enclos de pingouins des attaques de renards.

Encore une fois, le FIFEM propose une multitude d’œuvres en version anglaise au Cinéma du Parc. Parmi les films présentés figurent SHEEP AND WOLVES réalisé par Maxim Volkov et Andrej Galat et présenté au Festival d’Annecy en 2016, qui raconte l’histoire d’un troupeau de moutons qui voit sa paisible existence mise en péril par l'arrivée d'une meute de loups; THE EAGLE HUNTRESS d’Otto Bell, documentaire inspirant qui nous transporte en Mongolie, où la jeune Aisholpan désire devenir la première dresseuse d’aigles, discipline jusque-là dominée par les hommes; et WINDOW HORSES d’Ann Marie Fleming, film d’animation qui dresse le récit d’une jeune poétesse canadienne qui se rend en Iran pour participer à un festival de poésie.

Finalement, certains films seront présentés à la fois en anglais au Cinéma du Parc et en français au Cinéma Beaubien. C’est le cas des films MA VIE DE COURGETTE (My Life As a Courgette) de Claude Barras, qui fait partie de la compétition officielle; À LA POURSUITE DU ROI PLUMES (Beyond Beyond) du cinéaste Esben Toft Jacobsen, qui nous présente Johan, un petit lapin qui vit heureux avec ses parents jusqu’au jour où sa mère est emportée par le Roi Plumes; L’ÉLAN DE NOËL (A Christmoose Story) de Lourens Blok, conte de Noël sur le périple du jeune Max, chargé de remplacer le Père-Noël pour la distribution des cadeaux; TOUT EN HAUT DU MONDE (Long Way North) de Rémi Chayé, film d’animation à propos d’une fillette qui décide de suivre les traces de son grand-père, un ancien explorateur de grande renommée; et finalement MONSIEUR GRENOUILLE (Mr. Frog) d’Ana van der Heide, le récit cocasse d’un professeur qui possède un don assez particulier : celui de se transformer en grenouille!

La programmation du FIFEM s’adresse à toute la jeunesse. Des films accessibles aux enfants dès l’âge de deux ans seront ainsi proposés dans la section « Mini-cinéphiles », avec notamment ERNEST ET CÉLESTINE, LA COLLECTION de Julien Chheng et Jean-Christophe Roger, un montage de six épisodes des aventures d’Ernest, ours bougon et asocial, et de Célestine, petite souris optimiste et généreuse; BANDE DE CANAILLES de Velt Helmer, qui suit les enfants de Bollevillage, alors qu’ils décident de saboter une étude menée auprès de leurs parents et reprendre le contrôle sur leur ville; LES P’TITES POULES de Jean-Luc François, les aventures rocambolesques de Carmen et Carlito, deux poules téméraires, et de leur ami Belino le mouton; et finalement GRABOUILLON ET LE TRÉSOR DU CAPITAINE NEM’OS de Paul Leluc, film d’animation mettant en vedette Grabouillon, un chien qui passe le plus clair de son temps à faire des bêtises, alors qu’il vient de découvrir un coffre au trésor rempli d’indices mystérieux.

Comme toujours, la programmation de cette 20e édition du FIFEM fait honneur à la diversité culturelle avec des films venus d’une trentaine de pays différents. Le FIFEM est présenté en collaboration avec le Cinéma Beaubien, Télé-Québec et Renaud-Bray. Le programme complet du festival sera disponible chez Renaud-Bray et au www.fifem.com à partir du 14 février.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire