«L'amour, la mort et le prêt-à-porter» une comédie réussie à voir au Théâtre du Rideau Vert

Début de l'événement: 

09 mai 2013 - 20:00
Catégories:

Un soutien-gorge. Une robe. Des talons hauts. Une robe de chambre. Plus que de simples vêtements, notre garde-robe fait partie de notre quotidien, de notre histoire, de notre vie. C’est de cette constatation qu’est née la pièce « L’amour, la mort et le prêt à porter » qui se joue actuellement au Théâtre du Rideau Vert jusqu’au 1er juin.

Cette comédie est tirée d’un livre de Ilene Beckerman (« Love, Loss and What I wore ») et a été adapté pour le théâtre par Nora et Delia Ephron, deux sœurs new-yorkaises, scénaristes de nombreux succès dont « When Harry met Sally ». Depuis, la production a connu un succès mondial et s’est déplacé à travers le monde, de Toronto jusqu’à Los Angeles ou à Paris.
C’est Denise Filiatrault qui importe et dirige la pièce à Montréal. Excellente idée puisque c’est une réussite !

Plus qu’un simple fil rouge, la garde-robe est le sujet central de la pièce. Pourtant, les vêtements sont une excuse afin de dévoiler des histoires. On rentre dans le monde des femmes comme on s’immiscerait dans un sac à main pour y découvrir secrets et révélations. Une robe à fleurs qui rappelle une enfance heureuse. Une robe de chambre qui ramène le souvenir d’une mère décédée. Un soutien-gorge qui imite Madonna. La pièce est une succession de parallèle entre les vêtements et des périodes de vies.

Comme pour mieux servir le texte et mettre en avant les actrices, la mise en scène est simple et reprend la version originale : des chaises et des lutrins. L’intérêt du spectacle ce sont elles. Les actrices. Les femmes. Et leurs histoires.

Comme dans « Les monologues du vagin », on écoute ces femmes représenter, tour à tour, dans un rythme soutenue, des personnages, attachants, drôles ou tristes mais toujours réalistes. Cinq actrices pour plus d’une vingtaine de personnages. Pierrette Robitaille, Valérie Blais, Adèle Reinhardt, Geneviève Schmidt et Tammy Verge remplissent la scène de leur simple présence et de leur talent. Toutes aussi excellente les unes que les autres, elles arrivent à passer de personnages en personnages avec une aisance remarquable. Surtout, les actrices relèvent parfaitement le ton comique du texte, ponctué pour l’occasion de références québécoises. C’est une vraie comédie dans laquelle la salle rie de bon cœur et beaucoup !

Vous y passerez un excellent moment et il est sur que vous vous y reconnaitrez à de maintes reprises…femmes ou hommes !

« L’amour, la mort et le prêt à porter » de Denise Filiatrault. Au théâtre du Rideau Vert jusqu’au 1er juin.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire