La route devant: sur les traces des gitans

Début de l'événement: 

03 août 2012 - 18:20
Catégories:

La route devant

Avec le désir de donner l’heure juste sur la culture des peuples Roms et Tziganes de la Bulgarie, le réalisateur Stefan Ivanov a sillonné chemins et villages du pays de son enfance. Une aventure qui, bouclée en 80 heures de tournage, s’est avérée être, pour son initiateur, un voyage aussi intérieur que physique, à travers souvenirs et découvertes, «là où passé, présent et avenir s’entrecroisent».

Accompagné de son fils à la caméra, le réalisateur, qui compte quelque 25 années d’expérience comme directeur photo dans plus de 40 réalisations cinématographiques, a arpenté l’espace liminal de l’Europe, là où foisonnent ghettos et campements gitans. Dépourvu de toute narration, La route devant ouvre une fenêtre sur le quotidien de personnages attachants qui, à force d’ostracisme, sont devenus méfiants à l’égard des Occidentaux. Des êtres qui, jour après jour, luttent pour préserver leurs valeurs et traditions.

À travers le regard de Rady, le dresseur d’ours solitaire, de Tatako, le trompettiste passionné, et de la jeune Veska, en préparation pour la foire aux mariés, miroite un univers aux accents poétiques. Un univers qu’Ivanov parvient à saisir en faisant appel à nombre d’intellectuels, de défenseurs des droits humains et de poètes issus du monde des gitans. Ces derniers auront choisi la voie de l’éducation, alors que rares sont les Roms à poursuivre leurs études après la huitième année.

Nourri par l’amour que porte Ivanov pour cette peuplade nomade, le documentaire révèle avec humanité le charme authentique d’individus portés par une fougue et une joie de vivre sans précédent. Ceux-là qui, survivant à la misère et à l’exclusion, célèbrent la liberté avec le sourire, au gré du vent qui les emporte. Bien qu'il ne soit pas accessible à tous, La route devant émeut, séduit. Que ce soit à travers le pétillement des yeux d'un enfant ou le rire d'un artisan sachant apprécier les petits plaisirs du quotidien. Sur le chemin, des hommes, des femmes, des enfants, avec leurs rêves et leurs inquiétudes. Des gens aimants qui ont le coeur à la fête et pour qui l'espoir renaît à chaque levée du soleil.

La route devant, à l’affiche au cinéma Excentris du 3 août au 9 août, à 13h00 et à 18h20.

* Une coproduction Canada-Bulgarie produite par Isabelle Couture des Films de l'Isle (Canada), Vladimir Andreev et Georgi Blakanski de Borough Film (Bulgarie) avec la participation financière de la SODEC, du Crédit d'Impôt du Québec, du Conseil des Arts et des Lettres du Québec, du Crédit d'Impôt du Canada et du Centre National du Cinéma de la Bulgarie.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire