À la mémoire d'Angéline

Début de l'événement: 

21 juin 2012 - 00:00
Catégories:

Dans l’étroite salle du 7363 St-Hubert, les milliers de boutons et rubans vendus d’ordinaire ont été dissimulés, le temps d’un hommage. La boutique, dont les murs ont été drapés d’épais rideaux noirs, s’ouvre sur une scène où défile, en paroles et en sons, le parcours de vie de la poétesse Angéline Neveu, décédée en octobre dernier d’un cancer du foie.

«On fréquentait les mêmes quartiers, j’avais toujours l’impression que j’allais la rencontrer», raconte Lori Hazine-Poisson, comédienne et membre de la compagnie de théâtre Effet V. Pour l’instigatrice de l’événement, la nouvelle a l'effet d'un choc. «Je ne pouvais pas faire mon deuil; il fallait que je lui dise au revoir.»

Alors que, trois ans plus tôt, Effet V implantait son théâtre Laboratoire à même le nouveau local de Rubans, Boutons, un lieu s’inscrivant dans une démarche de simplicité artistique volontaire voyait le jour. Avec Richard Letendre, propriétaire du discret magasin, Éric Létourneau, musicien-performeur, et Zazalie Z., performeuse, Lori Hazine-Poisson retrace les bribes de passé d’Angéline Neveu. Des textes coup-de-poing dignes de ses débuts, alors qu’en France gronde une révolution, à ceux-là qui, teintés d’humour, reflètent son penchant pour le zen, pour les petits moments du quotidien.

Au Québec, où l’artiste s’installe, fin des années 80, il n’y a pas un très large public pour la poésie. Dans un univers culturel où la visibilité des poètes est bien moindre qu’en France, elle poursuit dans la création, demeure à l’affût de l’actualité alors que tout l’intéresse. «Si Angéline vivait en ce moment, elle serait une des premières à participer à ce qu’il se passe», témoigne Lori Hazine-Poisson, qui dit s’être rapprochée d’elle en 2005.

«Son engagement passait par la pratique de son art, la poésie», raconte Éric Létourneau, aujourd’hui professeur à l’École de Médias de l’Université du Québec à Montréal. Elle s’implique au sein de P.E.N. International, une organisation apolitique qui, alors qu’elle regroupe des écrivains de tout acabit, offre un espace d’expression sur le sort de collègues réduits au mutisme ailleurs dans le monde, et décide, à l’automne, de participer aux actions d’Occupons Montréal malgré son état de santé qui se détériore.

À 65 ans, celle qui aimait l’aspect interdisciplinaire de la pratique artistique laisse derrière elle des ouvrages où les pages blanches marquent des silences et où les mots sont musique de l’âme. Sa plume, aux couleurs de ses multiples voyages, des tumultes de sa jeunesse et d’une infatigable quête d’absolu, se veut imprégnée de son amour de la poésie sonore. Un amour que Lori Hazine-Poisson honore, et qui pourrait faire l'objet d'une nouvelle série de représentations, là où sont conservées les cendres de son amie, à Paris.

Quelques ouvrages de l'auteure:

Âme sauvage (2004)
Éclat redoublé (2002)
Le vent se fie au vent (1994)
Je garderai la mémoire de l'oubli (1993)
Désir (1985)
Lyrisme télévisé (1982)
Rêve (1982)
Synthèse (1976)

En 1980, Angéline Neveu crée une collection de livres de poésie, Unfinitude. Vingt livres d'auteur sont publiés.

* Ce texte a été réalisé suite à la 13e édition du festival de poésie de Montréal, qui s'est tenu du 28 mai au 3 juin 2012.
** Crédits photo: Laura Regev

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire