La clôture stroboscopique des Flaming Lips

Début de l'événement: 

31 juillet 2011 - 23:25
Catégories:

Il y a mille et un mots pour décrire le spectacle The Soft Bulletin offert par les Flaming Lips en clôture du festival Osheaga dimanche. Chaotique, psychédélique et hypnotique? Dangereux pour les épileptiques? Rempli de personnages énigmatiques? Anecdotique, « spirographique », fantasmagorique ou encore, comme le chanteur Wayne Coyne le répétait, orgasmique? Quoi qu’il en soit, il s’agissait-là d’une prestation complètement euphorique pour le public. Bien des « ique », n’est-ce pas?

Le spectacle a débuté par une entrée explosive des musiciens, qui apparaissaient un à un par une porte située en plein milieu de la scène où était projeté un œil. Puis, pour donner le ton magique au spectacle, Wayne s’est inséré dans une gigantesque bulle de plastique transparente et s’est promené au-dessus de la foule.

Comme prévu, la formation américaine y est allée intégralement de son album The Soft Bulletin, paru en 1999. Les musiciens ont d’abord joué Race for the Prize, où une quinzaine de figurants sont arrivés sur scène déguisés en personnage du Magicien d’Oz. La pièce a été suivie de A Spoonful Weighs a Ton, avec la projection d’une vidéo des Teletubbies. Les pièces se sont succédées; The Spark That Bled, The Spiderbite Song, What Is the Light?, l’instrumentale The Observer, Waitin' for a Superman, le moment émotionnel du spectacle, Suddenly Everything Has Changed, The Gash, Feeling Yourself Disintegrate et pour finir, Sleeping on the Roof.

Des jets de laser, des mains géantes, de la boucane jaillissant d’un porte-voix, des projections de gueules de félins, des mascottes, des ballons et des confettis : The Flaming Lips ont mis le paquet. Et cela est sans compter la présence de Coyne, qui était en soi un artifice du spectacle. Sa main coincée dans un ballon pour jouer de la guitare, ses effets apocalyptiques créés par un theremin (ou autre bidule s’y apparentant) en fin de spectacle, sa grosse fourrure, ses cheveux bouclés, il nous entraînait facilement dans ses folies. Même ceux qui ne connaissaient pas la formation étaient curieux de découvrir ce qui allait se produire d’encore plus inimaginable. Un mariage? Oui. Le rappel a été précédé par le mariage plus ou moins réaliste de deux individus déguisés pour échanger leur consentement. Finalement, les milliers de fans présents ont eu droit au classique Do You Realize? comme dernière chanson de l’édition 2011 d’Osheaga.

Finalement, tout le monde a vécu le spectacle à sa façon, chaque festivalier a voyagé dans son propre imaginaire, mais unanimement, tous s’entendent pour dire que les Flaming Lips ont offert la prestation la plus fantastique, laissant à certains des yeux qui piquent...

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire